26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 janvier 2023
AccueilEducationFonction publique : l'enjeu des congés bonifiés

Fonction publique : l’enjeu des congés bonifiés

Le mouvement de la fonction publique a peu mobilisé ce mardi 18 mars au matin à Mamoudzou. A Mayotte, les problématiques locales se rajoutaient à la grogne nationale.

Rivo déroule l'ensemble des revendications des fonctionnaires de l'éducation nationale ce mardi 18 mars
Rivo déroule l’ensemble des revendications des fonctionnaires de l’éducation nationale ce mardi 18 mars

Deux cents manifestants s’étaient rassemblés ce mardi matin Place de la République à Mamoudzou, à l’appel de quatre organisation syndicales : CGT, FSU, Solidaires et FO. Mayotte participait ainsi au mouvement de grogne national au cours duquel les organisations syndicales entendaient s’élever contre la politique du gouvernement et les «attaques contre la Fonction publique et ses agents»: blocage de la valeur du point d’indice de la fonction publique et «des carrières», «gel des primes» ou «destruction d’emplois», les sujets de mécontentement sont nombreux.

Mais dans notre département, beaucoup de problématiques spécifiques se sont greffés à ces questions nationales.
Il a d’abord été question des congés bonifiés. Le système doit remplacer les congés administratifs dont bénéficient l’ensemble des personnels. Depuis l’intégration de la fonction publique mahoraise dans le corps des fonctionnaires d’Etat, les personnels pouvaient bénéficier de ce congé tous les trois ans, avec une prise en charge des frais de voyage à 100%. Avec les congés bonifiés, les fonctionnaires ne pourront bénéficier du système que tous les cinq ans et avec une prise en charge à 50%.

Pour Rivo Rakotondravelo, le secrétaire départemental SNUipp-FSU Mayotte, il était important de revendiquer un changement en douceur avant le 31 mars. A cette date, le Haut conseil commun de la fonction publique doit étudier la question et les syndicats demandent que le cycle de trois ans se termine pour tous les personnels avant de basculer complètement dans le nouveau système. A Mayotte, 2.000 fonctionnaires sont concernés.

Les rythmes scolaires toujours dans le collimateur des syndicats

Environ 200 personnes s'étaient rassemblées à l'appel des syndicats
Environ 200 personnes s’étaient rassemblées à l’appel des syndicats

Le rassemblement a été également l’occasion d’aborder les thèmes chers aux syndicats de notre département : la formation et la reconversion des personnels du premier degré qui changeraient de voie professionnelle. «Il ne faudra pas être ingrat avec eux, ça ne sert à rien de les stigmatiser», soulignait Rivo.

Pour les syndicats, la mise en place des rythmes scolaires toujours annoncée pour l’année prochaine reste une pomme de discorde avec le vice-rectorat : «sans formation des personnels et sans mise en place de repas pour les enfants, on va droit à l’échec, prévient Rivo. On va dégrader les conditions de travail mais aussi la qualité de la scolarité des élèves»… sans avoir réglé pour autant le rythme des constructions scolaires dont le syndicaliste ne manque jamais de souligner la lenteur.
Le rassemblement était enfin l’occasion de dénoncer l’alignement des prestations d’allocations familiales sur le régime national prévue à l’horizon 2027, «dans ces conditions, comment peut-on parler sérieusement d’égalité de traitement ?» se demande Rivo.

Les syndicats annonçaient se préparer pour le mois d’avril au cours duquel de nouvelles mobilisations nationales sont annoncées.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139121
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139121
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139121
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139121
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139121
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139121
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...