26.9 C
Dzaoudzi
lundi 30 janvier 2023
AccueilEconomie«Il faut lever les freins à la libre-circulation dans l’Océan indien»

«Il faut lever les freins à la libre-circulation dans l’Océan indien»

Il ne suffit plus de lancer des rencontres puis de se lamenter sur les difficultés : Xavier Desplanques veut mettre toutes les cartes sur la table en compagnie des acteurs de la coopération régionale pour faire bouger les Etats.

Pour Xavier Desplanques, rien ne s'améliorera si on ne fait pas évoluer les lois
Pour Xavier Desplanques, rien ne s’améliorera si on ne fait pas évoluer les lois

On ne compte plus les rencontres et débats censés dynamiser les échanges entre les îles de l’Océan Indien, animés par des hommes et femmes qu’une bonne volonté peut lâcher tant les résultats sont médiocres. Carrefour des Entrepreneurs, Concept Canal du Mozambique, Rencontres 3 M (Mayotte-Moroni-Mutsamudu)… Rien n’y fait. «Le compteur des échanges régionaux est toujours bloqué à 5% du commerce total de chaque île», s’exaspère Xavier Desplanques, initiateur du Carrefour des Entrepreneurs.

Il a donc décidé d’une rencontre de plus, mais qui porterait exclusivement sur les difficultés rencontrées par les acteurs, entreprises ou associations, qui souhaitent commercer avec les autres îles, «il faut lever les freins de la libre circulation des marchandises et des hommes sur la zone Océan Indien».

Les rencontres de Nosy Be

Ce seront les Rencontres régionales de Nosy Be qui se dérouleront fin septembre, en présence d’une cinquantaine de personnes, «de l’Agence française de Développement, du Conseil général, des Chambres de Commerce, mais aussi des 4 ambassadeurs de France de Maurice, Seychelles, Madagascar, Comores et de l’ambassadrice de l’Océan Indien Claudine Ledoux».

L’objectif est de parvenir à améliorer le cadre législatif, «on connaît les butées que sont l’obtention de visas ou l’application de normes inadaptées», déclare Xavier Desplanques qui se veut rassembleur, «il ne faut plus que l’AFD, les Chambres ou les Conseils généraux travaillent chacun de leur côté, mais ensemble».

Le ministère des Affaires étrangères peut avoir un grand rôle facilitateur, «mais il doit travailler en concertation avec ses collègues de l’Outremer».
Rendez-vous en septembre pour les coopérants de bonne volonté.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...