30.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 février 2023
AccueilslideLe BSMA « dans un pessimisme raisonnable »

Le BSMA « dans un pessimisme raisonnable »

Lorsqu’on est un organisme de formation, il faut sans arrêt adapter ses cursus, surtout que des tendances sont inquiétantes. C’est le but du Conseil de perfectionnement du BSMA qui se tenait ce mercredi matin à Combani.

Issoufi Ahamada (CG), Philippe Laycuras et Stéphane Guillaume-Barry
Issoufi Ahamada (CG), Philippe Laycuras et Stéphane Guillaume-Barry

A Mayotte, le marché de l’emploi est contraint, 36% de chômeurs officiels, 50% d’officieux, et l’avenir jamais très clair… comme le traduit le chef de corps du BSMA Stéphane Guillaume Barry, « en étant pessimiste raisonnable, le pire n’est jamais décevant ! »

Le Conseil de perfectionnement du Bataillon du Service Militaire Adapté, qui se tient chaque année avait lieu ce mercredi matin. C’est sa feuille de route, dresse un bilan de l’activité de l’année, et projette les bientôt 525 jeunes qui ont choisi la voix d’une année sous les drapeaux pour se former. Il se tient en présence de l’Etat, des acteurs de l’éducation et de la formation professionnelle et de l’insertion.

Une seule formation qualifiante est proposée, domaine plutôt échu à l’Education nationale, surtout du préqualifiant « plus adapté à nos jeunes » indique le chef de bataillon Benjamin Soubra. Le contrat impose en effet un quotta de 40% de jeunes illettrés à Mayotte.

Les mauvaises habitudes reviennent au galop

Les décisions à prendre reposent sur un postulat : « maintenir la performance de plus de 80% d’insertion, en formation qualifiante et rémunérée ou en emploi ». Leur réussite repose sur la « militarité » et sa rigueur, l’éducation au savoir vivre et l’employabilité. Mais ces causes sont aussi un challenge : pérenniser cette éducation sur la durée, les jeunes reprenant rapidement de mauvaises habitudes, « le stagiaire qui sort du BSMA n’est pas un produit fini ! » s’exclame le lieutenant colonel. Une réflexion est en cours sur un suivi à 6 mois après la sortie.
SAMSUNG DIGITAL CAMERA
Autre réflexion qui portait débat ce mercredi matin à Combani, « la capacité de création d’emplois de l’économie locale est inférieure à la quantité d’individus qui arrivent sur le marché de l’emploi ! » notait Yves Mayet, IEDOM. C’est une des raisons de la mobilité, « 50% de nos jeunes quittent l’île » indiquait Benjamin Soubra.

Une tendance inquiétante était soulignée : de moins en moins de jeunes se présentent aux portes du Bataillon. « Beaucoup n’ont pas la carte d’identité »… le taux d’immigration étant constant, il faut creuser les motivations des mahorais concernés, et comprendre cette désaffection, « beaucoup sont médicalement inaptes ».

5 décisions pour l’année à venir

Exposé du chef de bataillon  Soubra
Exposé du chef de bataillon Soubra

Les grandes décisions de ce Conseil de Perfectionnement touchent à la certification des formations, « en dehors de l’aquaculture, nous n’irons pas forcément chercher de qualification pour des jeunes qui ne peuvent y accéder ». En revanche, c’est une tendance inverse vers la qualification pour les cadres en charge d’une instruction spécifique.

La branche menuiserie aluminium sera amenée à se décentraliser vers les entreprises montantes pour former efficacement les stagiaires. La branche aquacole est toujours considérée comme à fort potentiel, mais le financement de la formation nécessitera de l’adosser l’année prochaine au Schéma directeur du développement de l’Aquaculture du Conseil général.

Enfin, le secteur qui devrait être moteur de l’économie mahoraise, l’agriculture, est encore en sommeil, « mais certains jeunes sont motivés. Si nous avons pris la décision de ne pas encore relancer la filière, nous leur donnons une chance à travers une formation en petits machinismes agricoles et en transformation alimentaire qui leur permettra de poursuivre une formation et décrocher un emploi en métropole où ce métier est en tension ».

C’était le dernier Conseil de perfectionnement au BSMA de Mayotte pour le colonel Guillaume Barry qui part vers ses cieux champenois.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

3 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...