31.9 C
Dzaoudzi
dimanche 5 février 2023
AccueilEducationGrève illimitée dans le Premier degré à partir du 19 mai

Grève illimitée dans le Premier degré à partir du 19 mai

Le SNUipp menace d’une grève illimitée pour obtenir l’égalité des allocations familiales pour l’ensemble des personnels de l’éducation nationale à Mayotte. Un sujet explosif.

Rivo lors de la manifestation des instits ce lundi 28 avril Place de la République
Rivo lors de la manifestation des instits ce lundi 28 avril Place de la République

La tension monte d’un cran entre le vice-rectorat et le SNUipp, le syndicat du premier degré. A partir du 19 mai, le syndicat prépare une grève illimitée avec une action qui se veut spectaculaire : les instits sont appelés à se rendre au vice-rectorat avec tous leurs enfants pour demander les mêmes allocations familiales que leurs collègues Métropolitains et ainsi mettre fin à une «discrimination», un terme volontairement choisi pour frapper les esprits.

Le SNUipp dénonce les deux systèmes qui cohabitent encore à Mayotte. D’un côté, les allocations familiales des personnels essentiellement Métropolitains et Domiens régies par le décret de 1996. Ces familles perçoivent les allocations au niveau national directement versées par le vice-rectorat. Les autres les reçoivent par la CAF mais à un niveau mahorais, très inférieur.
Et les écarts sont particulièrement conséquents : une famille avec deux enfants perçoit 128€ mensuel dans le premier système mais seulement 57€ dans le second. Avec quatre enfants, les sommes sont de 458€ contre 134€. Et au-delà, ce sont 164€ supplémentaires par enfant pour les personnels «métros» contre… 0€ pour les Mahorais.
Pour un instituteur mahorais avec six enfants, scénario qui n’a rien d’exceptionnel à Mayotte, ce sont 652€ de plus qui pourraient lui être versés chaque mois s’il changeait de système.

Egalité de traitement

SNUipp drapeau«Cette organisation ne repose sur aucune base réglementaire. Le système a été mis en place dans un entre soi dérangeant, par des personnes qui en bénéficiaient elles-mêmes. On veut simplement être traités de la même façon», dénonce Rakotondravelo Rivo, secrétaire départemental SNUipp.
Rivo doit être reçu au ministère de l’éducation nationale le 16 mai, trois jours avant la date annoncée de la grève, mais bien avant, «le vice-recteur a dit qu’il apporterait une réponse», assure-t-il, peut-être en fin de semaine.

Deux choix s’offre au vice-rectorat : d’un côté, faire passer l’ensemble des personnels de l’éducation au régime mahorais versé par la CAF, auquel cas les profs du second degré seraient lésés en attendant l’alignement des versements prévu sur 25 ans. Le risque, c’est la crise sociale. De l’autre, il intègre dans le système du «décret 1996» tous les personnels et se retrouve alors à payer une masse d’allocations familiales non budgétisée.

La décision est sensible mais aussi très importante car, au-delà de l’enseignement, la question pourrait bien enflammer d’autres corps de métiers également concernés.

La question des congés

Une deuxième revendication se mêle aux allocations : la fin des congés administratifs remplacés par des congés bonifiés. Le syndicat réclame une période transitoire pour passer d’un système à l’autre et ainsi ne pas léser certains enseignants. «Le vice-recteur nous dit que le projet de décret est dans les tuyaux, ce qui signifie qu’on ne peut plus rien changer», indique Rivo. Le syndicat réclame que le vice-rectorat prenne sur ses fonds propres pour assurer les derniers congés administratifs aux agents.

La fin de cette année scolaire promet donc d’être chaude dans les écoles. Et ces questions mériteraient d’être réglées avant les grandes vacances pour ne pas percuter le dossier des rythmes scolaires qui sera au cœur des tensions à la rentrée. C’est en partie cette semaine que se joue l’ambiance sociale du mois de septembre.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139112
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139112
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139112
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139112
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139112
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139112
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...