29.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilslidePréférence locale : pour ne pas avoir à arbitrer

Préférence locale : pour ne pas avoir à arbitrer

Recruter un autochtone plutôt qu’une personne arrivant de l’extérieur de l’île, c’est ce que demandent les «Femmes leaders» qui manifestent ce mercredi à 8 heures à Doujani.

Patrick Lebreton à Mayotte en 2013 : « pas de ségrégation basée sur la couleur de peau ! Est Mahorais celui qui veut s’investir pour Mayotte ! »
Patrick Lebreton à Mayotte en 2013 : « pas de ségrégation basée sur la couleur de peau ! Est Mahorais celui qui veut s’investir pour Mayotte ! »

Le point de départ du mouvement est clair, tant le mot d’ordre «tout sauf les Comores» avait été mis en avant contre le choix du directeur du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) qui a longtemps travaillé dans les îles voisines. Les Femmes leader avaient été aussitôt désavouées par le président du département Daniel Zaïdani.

Le mot d’ordre a désormais été élargi : pour Moinaïcha Aniki, il s’agit avant tout de demander que «nos jeunes diplômés aient accès à l’emploi».

Selon elle, la colère est montée lorsqu’un cadre informaticien métropolitain d’Electricité De Mayotte a été recruté. «Le profil de poste publié était calqué sur lui. Du coup, un Mahorais qui avait la même compétence a été écarté», affirme Moinaïcha Aniki. L’informaticien aurait également cherché à faire employer sa femme. «A quel moment nos jeunes qui ont obtenu un master 2 vont-ils travailler ?», se demande-t-elle.

Même combat selon elle au CNFPT, «quatre administrateurs mahorais se sont présentés, deux avaient le diplôme requis, mais ils n’ont pas été retenus».

Le quota, une fausse bonne idée

Ce problème avait été soulevé pour les fonctionnaires par le député Patrick Lebreton, auteur d’un rapport sur la régionalisation de l’emploi dans les DOM : «priorité aux candidats ayant des Centres d’intérêts matériels et moraux à Mayotte», avait-il plaidé, tout en mettant en garde, «pas de ségrégation basée sur la couleur de peau ! Est Mahorais celui qui veut s’investir pour Mayotte».

En garantie, les Femmes leader demandent des quotas, «ça existe dans d’autres départements». Or, si la revendication de la préférence locale à compétence égale est juste, l’introduction de quotas est risqué: il peut être la porte ouverte à moins de performance, à choisir le moins bon entre deux candidats pourvu qu’il soit du cru.

Il arrive, en Métropole aussi, qu’il y ait une discrimination à l’emploi. Pour l’éviter à Mayotte, il faudra sans doute que la peur du clientélisme, d’une gestion sur le mode de la grande époque du «SMIAM» où l’argent s’évaporait, ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

On le voit, la frontière entre le racisme et le discours authentique est friable dans ce domaine de préférence locale. En attendant, au CNFPT, un directeur a été nommé qui se demande quand il va enfin pouvoir commencer les formations des élus.

Les Femmes leader partiront devant le CNFPT de Doujani à 8 heures et se dirigeront vers EDM à Kawéni.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139519
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139519
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139519
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139519
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139519
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139519
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...