25.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilSantéLa dengue : la propagation s’accélère

La dengue : la propagation s’accélère

Des cas isolés dans des villages, des foyers de transmission de la maladie très actifs, on pourrait s’approcher d’une véritable épidémie de dengue à Mayotte. Les consignes pour agir n’ont jamais été autant d’actualité.

Pulvérisation d'insecticide sur la côté Sogéa, le jeudi 27 mars. Les campagnes de démoustications se poursuivent
Pulvérisation d’insecticide sur la côte Sogéa, le jeudi 27 mars. Les campagnes de démoustications se poursuivent

47 nouveaux cas de dengue en une semaine, du 12 au 18 mai. Le record est battu et trois zones sont en première ligne. Tout d’abord Petite-Terre où 12 nouveaux patients ont été diagnostiqués à Dzaoudzi-Labattoir et 7 à Pamandzi. Suivent deux quartiers de Mamoudzou : Kawéni avec 11 cas et Mtsapéré avec 8 nouveaux patients. Et des cas isolés dans des villages jusqu’à présent épargnés ont été identifiés. C’est le cas à Hamouro, Poroani, Mroualé et Moinatrindi. La situation fait craindre à l’’agence régionale de Santé (ARS) une extension du virus pour ne pas dire une généralisation de la dengue à l’ensemble du département.

Pour limiter le risque d’évolution vers une épidémie généralisée, l’ARS continue de marteler ses recommandations à la population : se protéger contre les piqûres de moustiques (répulsifs, porter des vêtements couvrants dormir sous moustiquaire) et lutter contre la prolifération des moustiques. Il faut jeter toutes les eaux stagnantes qui sont dans un rayon de 50 mètres autour de votre habitation.

Consulter dès l’apparition des symptômes

Autre élément important pour éviter la propagation de la maladie : consulter dès l’irruption des symptômes : apparition brutale de fièvre, éventuellement associée à des maux de tête, douleurs musculaires, éruptions cutanées, nausées, vomissements, saignements ou fatigue. Dans ce cas, il faut également particulièrement se protéger des piqûres pour éviter de transmettre la maladie à son entourage.

L’Agence de santé fait feu de tout bois pour informer et continuer ses opérations de démoustication.
L’ARS a sollicité l’appui des représentants religieux (cadis, fundis, et imams) pour relayer les messages de prévention auprès de la population. Ainsi, des opérations de sensibilisation sont organisées dans les mosquées.
Depuis le début de l’année, 193 cas ont été détectés à Mayotte.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...