26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 janvier 2023
AccueilEconomieVent de fronde au CESEM

Vent de fronde au CESEM

Les élus du Conseil économique social et environnemental sont là pour guider les conseillers généraux dans l’élaboration du budget. Des consultants que le Conseil général ignore le plus souvent. Ils ont donc lancé un avertissement.

Abdou Dahalani : "nous répétons les mêmes préconisations depuis 5 ans !"
Abdou Dahalani : “nous répétons les mêmes préconisations depuis 5 ans!”

Les élus du Conseil Economique Social et Environnemental de Mayotte (CESEM) étaient réunis ce mardi 10 juin à 14 heures en séance plénière. Une assemblée importante puisqu’elle concernait en priorité l’avis à donner sur le budget primitif 2014 du Conseil général, avis obligatoire qui, s’il faisait défaut, peut être cause d’annulation du budget.

L’opinion du CESEM n’a pas évolué depuis les préconisations envoyées lors du débat d’orientation budgétaire d’avril.

S’il prend acte du retour à une autonomie financière avec un excédent budgétaire de 45 millions d’euros et des grands objectifs de « maintien d’un bon niveau d’épargne, d’une imposition modérée en prévention de tensions sociales, de maintien d’un rythme de désendettement et de reprise d’investissements », il déplore toujours une présentation qui ne permet pas une lecture par fonction, « qui permettrait de comprendre quelles sont les politiques publiques mises en œuvre ».

« Des lampistes ! »

L’élévation de la masse salariale est un des points inquiétants pour le président Dahalani, qui rajoute qu’« en 2009, les agents étaient déjà indexés. Là, vous venez encore de doubler ! Pourra-t-on voter un budget en 2017 à 40% d’indexation avec des recettes qui stagnent ?»

Le document comptable pour permettre de rendre un avis réfléchi n’est pas arrivé à temps, et les deux interlocuteurs du Conseil général invités du jour ne sont pas décisionnaires des politiques mises en place, alors que c’est le sujet même de l’assemblée. « Des lampistes ! », dira même Riffay Hamidouni, Ascoma et élu du CESEM et qui ne peuvent que répondre « chiffres » quand on leur demande « pourquoi ? » Ils le disent eux-mêmes, « les politiques devraient être à notre place ».

Un problème qui semble spécifique de Mayotte si l’on en croit Abdou Dahalani, président du CESEM : « ailleurs, il y aurait dans la salle un élu et le DGS, il nous avait d’ailleurs promis sa présence à toutes les assemblées. Mais, nous avons malgré tout maintenant un interlocuteur au Conseil général. Les choses avancent peu à peu ».

Une arme nucléaire

Deux assemblées qui ne travaillent pas assez ensemble
Deux assemblées qui ne travaillent pas assez ensemble

Abdou Dahalani se veut consensuel face à la grogne qui monte : « ils sont absents de notre assemblée et ne tiennent pas compte de nos avis, boycottons le vote ! », lançait Kamiloudine Djanffar, syndicaliste et élu du CESEM, appuyé par de nombreux autres élus conscients de détenir là « une arme nucléaire »… leur vote du jour est indispensable avant la plénière du département qui doit se tenir ce jeudi.

Une non-reconnaissance de leur travail, pourtant de qualité, d’ailleurs utilisé lors des débats en assemblée par plusieurs conseillers généraux, en particulier d’opposition. Mais aussi, un dénigrement, « une vision déformée de la part des conseillers généraux qui voient l’élu du CESEM comme un simple encaisseur d’indemnités », déplorent-ils.

Pour calmer son monde, Abdou Dahalani promettait une rencontre annuelle entre les deux assemblées, « autour d’un séminaire de réflexion sur les priorités du département ».

Des recommandations utiles viennent d’être transmises dans l’avis, seront elles suivies alors que la seule opposition qui va les brandir est ultra minoritaire ?

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...