27.9 C
Dzaoudzi
lundi 27 mai 2024
AccueilSociétéAccidents de la route : L’homo sapiens pas adapté à la conduite

Accidents de la route : L’homo sapiens pas adapté à la conduite

Le cadre des Rencontres de la Sécurité permet de faire le point sur une accidentologie de plus en plus meurtrière sur les routes à Mayotte. L’alcool est impliqué, notamment chez les jeunes.

Les acteurs de la sécurité au lycée de Dembéni
Les acteurs de la sécurité au lycée de Dembéni

Le nombre d’accidents corporel de la route à Mayotte ne cesse d’augmenter. De 217 en 2012, il s’est accru à 291 en 2013. Cette année, à la fin septembre, on totalise le même nombre qu’en 2012, soit 217, dont deux graves sur les deux derniers week-end. Si l’année n’est pas terminée, on peut toutefois espérer ne pas dépasser le chiffre record de 2013.

Ces chiffres ne sont pour autant pas catastrophique puisque, ramenés au nombre d’habitants, les accidents de la route sont presque deux fois moins nombreux qu’en métropole. Mais le potentiel de développement du parc automobile sur notre département doit inciter à la prudence.

D’autant plus que les accidents sont de plus en plus meurtriers : de 3 décès en 2011, nous sommes passés à 7 en 2014. Même si on peut tout faire dire aux chiffres puisque un seul accident impliquant un bus peut faire beaucoup de dégâts, et que le nombre de blessés tous accidents corporels confondus, tend à diminuer, les acteurs de la sécurité ont décidé de prévenir plutôt que guérir.

5 heures pour éliminer deux verres

Un exposé des élèves sur le sujet qui compte pour le Bac
Un exposé des élèves sur le sujet qui compte pour le Bac

Les journées nationales de la sécurité y sont consacrées, et c’est le fléau montant dans le département de Mayotte, l’alcool, qui était prioritairement visé ce mardi au lycée de Dembéni.

Plusieurs classes dont des 1ère STIDD (Développement Durable) ont écouté la conférence menée par le commandant de gendarmerie Larroque épaulé par l’infirmière scolaire Stella Fraticelli. Ils avaient, à l’issue, un quizz de bonne compréhension, et 22 bonnes réponses sur 29 encourageaient les acteurs à poursuivre.

Les élèves apprenaient que la limite acceptable par la loi est de 0,5g d’alcool par litre de sang, « c’est à dire 2 verres de vin, qui vont malgré tout provoquer deux fois plus de risque d’avoir un accident et que vous allez mettre ensuite 5 heures à éliminer », expliquait l’officier de gendarmerie.

L’infirmière glissait qu’un Centre d’addiction est ouvert à Jacaranda (Mamoudzou), « pour l’alcoolisme, la drogue, mais aussi la dépendance aux jeux vidéo ».

Le manque de vigilance en cause

Manuel Fransquin devant les élèves de 1ère à Dembéni
Manuel Fransquin devant les élèves de 1ère à Dembéni

La prévention c’est aussi l’affaire d’une toute jeune association nommée Rasawa (Soyons égaux) qui intervenait aussi parmi les scolaire ce mardi matin. Son président Manuel Fransquin est cogérant de l’autoécole Permis Moov. Il a décidé, en compagnie de sa femme infirmière libérale, de démocratiser l’utilisation de la route : « nous allons par exemple louer des voitures et des deux roues à 6 euros par jour pour un jeune qui devrait se rendre à un entretien d’embauche ou pour un public défavorisé ».

En cours de création, la structure va proposer des formations, « une auto-école sociale pour les personnes inscrites au Pôle emploi », ou de la mécanique sociale, « avec la création d’un atelier où un mécanicien expliquera l’entretien de base des véhicules comme la vidange ou les petites réparations ». Le couple prévoit aussi de faire de la prévention, c’est dans ce cadre qu’ils intervenaient au lycée, « parce que la catégorie d’âge la plus ‘accidentogène’ est 18-24 ans ».

Vitesse et gestes de sécurité étaient des thèmes abordés avec une vidéo de crash test qui ne peut qu’inciter à boucler sa ceinture et celle des enfants. Les jeunes découvraient que les portions les plus à risque « sont celles où la visibilité est bonne et par beau temps car on est moins vigilant », et que « notre cerveau n’est pas adapté à la conduite. Nous sommes des animaux qui devons en permanence nous concentrer pour emmagasiner de multiples informations ».

Associations ou autorités présentes appelaient à la prudence sur la route « et à la conduite citoyenne ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...