26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 29 mai 2024
AccueilEconomieUne filière avicole sur la bonne route

Une filière avicole sur la bonne route

Le spécialiste de l’enrobé et de l’exploitation de carrière, Théophane Narayanin, se lance dans l’agriculture pour, in fine, une synergie des ses activités. Certains secteurs monopolistiques seront touchés.

Théophane Narayanin
Théophane Narayanin

La société Hold Invest de Théophane Narayanin va-t-elle réussir à Mayotte là où les échecs étaient répétés ? En annonçant avec « Volailles soleil Mayotte » le lancement d’une filière avicole, de l’importation d’œufs à l’abatage et la distribution, l’homme d’affaire réunionnais se positionne dans le timing d’arrivée des fonds européens.

Alors que le nombre de projets fiables se comptent sur les doigts d’une main à Mayotte, l’arrivée de la société qui tire son chiffre d’affaire de plus d’un million d’euros de l’extraction de matière première pour le BTP est appréciée, « c’est l’Etat qui me sollicite », savoure le surnommé Guito, lui qui doit être expulsé par le même Etat de la carrière de Kangani, selon un jugement datant de l’année dernière, pour un contentieux avec le propriétaire du terrain.

L’abattoir est une arlésienne au parfum nauséabond à Mayotte : « les bénéficiaires des nombreuses subventions les ont transformées en boite de nuit ou en habitations », glisse-t-il.

Il ne le cache pas, ce projet de filière avicole va donner du travail à son entreprise IBS, « pour 5 à 6 millions d’euros de travaux périphériques en routes et retenues collinaires », et permettra à son projet d’hôtel cinq étoiles Hilton Resort sur Bambo est de bénéficier d’un approvisionnement en produits frais, « obligatoire à hauteur de 60% dans le cahier des charges de ce standing », dont des fruits et des légumes.

Concurrencer la volaille brésilienneLogo Volailles du soleil

Il a donc fait ses calculs en prenant également en compte la perte des poussins d’un jour qui arrive actuellement à Mayotte, « en raison de l’irrégularité de la compagnie Air Austral », et la production locale en poulet, « à peine 1% de la consommation »Il décide donc travailler les agriculteurs locaux, « 4 producteurs et propriétaires de leur terre, à qui nous vendons 2 poulaillers de 400 m2 et une serre », complète son adjoint, David Nagard. Ces derniers bénéficieront de subventions à hauteur de 80% de leur investissement.

Mais il faut parvenir à concurrencer des mabawas (ailes de poulet) très prisées des mahorais, qui arrivent du Brésil à 2 euros le kilo, quand le prix de revient en production locale sera de 7 à 8 euros, « les fonds européens sont indispensables ». Et le changement des modes alimentaires aussi : « il faut communiquer sur la nocivité du mabawa qui apporte cholestérol et diabète ».

Le cheptel sera intégralement racheté aux agriculteurs lorsque les poules auront atteint 7 mois, une espèce tropicale, pour être abattue et consommées en frais, « ce sera mieux que les ailes brésilienne actuelles qui arrivent deux après avoir été tuées », en plat cuisinés ou en congelé.

Une distribution de proximité

David Nagard a porté la réflexion du projet
David Nagard a porté la réflexion du projet

Les points de vente privilégies sont les doukas, relookés pour l’occasion. Quand à la grande distribution, elle n’est pas un partenaire enviée du Théophane Narayanin, « nous ne tomberons pas sous le joug des majors qui nous dicteraient leurs volontés. Ça tue le tissu économique ! ».

S’il vise une tonne en production, « soit 10% du marché », la première année, il pense atteindre 5 000 tonnes dans 5 à 8 ans. C’est Sylvie Magnien, assistante de direction qui prendra en main ce projet, « avec une production de dindes et de foies gras halal », souligne-t-elle.

Un poulailler et une serre seront utilisés en bâtiment test, notamment sur la nourriture pour animaux, la provende, marché monopolistique de la Somadev à Mayotte « où il y a toujours eu des soucis. Nous comparerons l’importée à la nôtre et choisirons la meilleure ».

Potentiel de 300 emplois

Sylvie Magnien
Sylvie Magnien

L’investissement total de 17,5 millions d’euros, mobilisera pour moitié des Fonds FEADER (européen agricole). L’abattoir et couvoir ont en effet déjà été achetés en défiscalisation par l’entreprise, qu’elle va « s’auto-louer ». Ils sont situés en bordure de Vallée III à Longoni. Le projet devrait être lancé en octobre 2015.

Il a fallu rallonger la facture, « pour construire un incinérateur, une obligation pour l’Etat pour éliminer nos déchets carnés, mais aussi tout cadavre d’animal ».

Un projet qui créera 150 emplois, « 300 au bout de 3 ans ». Des emplois non spécialisés qui devraient permettre de recruter de la main d’œuvre locale à 80 %, « avec une formation ». Un partenariat devrait se créer avec le lycée agricole de Coconi.

Et Guito ne s’arrêtera pas là, « nous allons investir le marché du poisson en partenariat avec Espace Fraicheur de La Réunion, mais aussi celui du pain et de l’eau ». En s’attaquant aux prés carrés de coopératives et circuits existants, il sait qu’il ne se fera pas que des amis, « mais je ne suis pas là pour ça ! ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139512
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139512
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139512
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139512
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139512
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139512
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...