27.9 C
Dzaoudzi
lundi 27 mai 2024
AccueilSociétéViolences autour d’un corps à Tsoundzou, une information devient urgente

Violences autour d’un corps à Tsoundzou, une information devient urgente

Les habitants du village de Tsoundzou se sont opposés à la restitution du corps d’un homme retrouvé ce vendredi après-midi sous le pont. Aucun message n’a jamais été délivré à la population dans ce domaine.

Négociation en mairie avec la famille sur la restitution du corps
Négociation en mairie avec la famille sur la restitution du corps

Un corps a été découvert sous le pont de Tsoundzou ce vendredi après-midi. La police a donc été appelée, mais lorsqu’elle s’est rendue sur les lieux, elle a du faire face à la colère des habitants.

Ces derniers avaient en effet déjà récupéré le corps et refusaient de le rendre. Des jeunes s’en sont mêlés et des cailloux ont été jetés dans la direction des forces de l’ordre. Elles sont parvenues à rétablir la circulation autour du pont aux alentours de 16 heures.

La coutume locale veut que l’enterrement se fasse dans les heures qui suivent la mort, après préparation du corps. Les rites funéraires sont codés et se heurtent depuis quelques années, à l’exigence du droit commun dans ce domaine. On l’a vu avec l’émotion suscitée par l’affaire des nourrissons mort-nés de l’hôpital, inhumés sans rite mortuaire.

Douleurs et législation

Tombe dans un cimetière local
Tombe dans un cimetière local

Or la moindre suspicion sur un décès appelle à récupérer le corps afin qu’une autopsie soit éventuellement pratiquée.

La famille dans la douleur ne veut rien entendre et il faut des trésors de persuasion de la part de la justice ou des forces de police pour pouvoir y arriver.

C’est le cas à Tsoundzou ce vendredi après-midi où le commandant Monié-Mali et le 1er adjoint Bacar Ali Boto sont partis en mairie de Mamoudzou à 16 heures négocier la restitution du corps avec la famille. Le procureur Joël Garrigue les a rejoints, ainsi qu’Abdou Saïd Ali, 4ème adjoint et élu du quartier.

Un procureur qui a su rassurer la famille sur une enquête sérieuse autour du défunt, dont le corps a été remis aux autorités.

La somme des cas particuliers de tensions autour des décès, surtout lorsqu’ils surviennent brutalement, doit faire réfléchir sur une nécessaire communication auprès de la population, quelle émane du préfet ou du représentant du département.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139513
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139513
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139513
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139513
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139513
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139513
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...