26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 3 décembre 2023
AccueilSociétéLecture au deuxième degré de Charlie Hebdo : « ne soyez pas...

Lecture au deuxième degré de Charlie Hebdo : « ne soyez pas musulman par héritage ! », interpelle un foundi

Tout le monde n’a pas le recul nécessaire pour appréhender les caricatures de Charlie Hebdo. C’est pourquoi Caritas France avait décidé d’éduquer ses jeunes à l’esprit critique. Un long chemin…

Le  Père Vincent Ngoie Mitenga et les foundis dont Mmadi Youssouf à droite
Le Père Vincent Ngoie Mitenga et les foundis dont Mmadi Youssouf à droite

Ce jeudi matin, Caritas France-Secours Catholique proposait un échange entre une trentaine de jeunes de 16 à 25 ans scolarisés dans son centre Nyamba, et des représentants religieux, en l’occurrence le foundi Mmadi Youssouf et le Père Vincent Ngoie Mitenga, curé de la paroisse de Mamoudzou.

Un dialogue long à démarrer. Une prise de parole pas facile pour des jeunes qui ont plus de facilité en shimaoré (c’est d’ailleurs dans cette langue que se poursuivra l’échange), mais surtout une méconnaissance des faits et du média qu’est Charlie Hebdo. Une jeune fille tenait bien un flyer « Je suis Charlie », mais sans grande conviction, « on l’a vu à la télé », convient-elle.

C’est principalement sur l’explication du mot « caricature » que Christophe Vénien, le délégué de Caritas France-Secours Catholique, s’arrêtait, en faisant circuler celle du Christ et de la Cène, « Un dîner de cons », titrait alors le Journal.

A ce point du débat, la condamnation est unanime chez les jeunes, « on ne peut pas tuer les gens à cause de Dieu », un autre lance « les tueurs ont annoncé vouloir défendre les musulmans, mais le prophète a dit qu’on ne peut pas tuer. Ce ne sont pas des vrais musulmans ».

Le choc de la caricature

Le jeune Anzam
Le jeune Anzam

Pour évoquer la liberté d’expression, le délégué de l’association humanitaire joue la provoc’ : « si je vous dis ‘j’aime pas les comoriens’, il ne se passera rien. Si je le dis en Grande Comore, je ne suis pas sûr d’avoir la même liberté. C’est un exemple ! », nuance-t-il, mais le rire général valait compréhension.

Surtout que, rappelle-t-il, « il y a plusieurs siècles, les chrétiens étaient moins tolérants, et tuaient au nom de Dieu ».

Lors du débat en shimaoré, menée par l’animatrice Maria Saïd-Salim, la parole prenait de la vitesse, et du volume aussi. Car ils découvraient une des caricatures à l’origine de la tuerie, celle d’un Mahomet se prenant la tête entre les mains en se lamentant « c’est dur d’être aimé par des cons ! ». Les propos fusaient alors : « on ne doit pas dessiner le prophète comme ça ! », alors qu’un autre lançait « c’est normal qu’ils soient partis les tuer ! Les dessinateurs les ont insultés, ils n’auraient jamais été jugés par un tribunal sinon ! ».

Le recul qui ne tue pas

Christophe Vénien avec les jeunes de Nyamba
Christophe Vénien avec les jeunes de Nyamba

Le débat est agité, « s’ils étaient de vrais musulmans, ils n’auraient jamais tiré. Ça n’est pas à nous de juger, c’est Dieu qui juge », tranche Anzam. Une journaliste qui assiste au débat témoigne des propos de beaucoup de musulmans à Mayotte qui ne condamnent pas ces actes terroristes.

C’est surtout aux dessinateurs qu’ils en veulent, car lorsque Christophe Vénien parle de la fusillade contre les juifs de l’épicerie Casher, la condamnation est unanime, « à chacun sa religion ». Le délégué revenait sur la caricature du Christ lors du « dîner de cons » : « je pourrais dire qu’elle m’offense, mais elle s’adresse aux intégristes catholiques, je ne me sens pas visé. C’est la même chose pour la caricature de Mahomet, ‘aimé par des cons’ ».

Le Père Vincent intervient pour parler de tolérance, « il ne faut pas arrêter sa lecture au premier degré ». C’est bien la difficulté de l’exercice, tout le monde n’ayant pas les mêmes clefs de lecture. Tandis que Mmadi Youssouf met en garde : « la majorité des musulmans connaissent les piliers de l’islam, mais peu les piliers de la foi. Ça n’est pas parce que nos parents nous ont voulus musulmans que nous ne devons pas faire d’efforts pour s’approprier la religion. Ne soyez pas musulman par héritage ! ».

Connaître sa religion

Des réactions vives aux caricatures, encadrées par Maria Said Salim
Des réactions vives aux caricatures, encadrées par Maria Said Salim

C’est en effet ce qui est demandé par plusieurs imams, de la mosquée de Drancy ou du porte parole du Grand Cadi de Mayotte. Car si les prêtres ont suivi des études théologiques les aidant dans ce genre de circonstances, les imams ont besoin d’approfondir un apprentissage souvent mécanique du Coran.

La présence des foundis s’avère utile par les métaphores qu’ils transmettaient : « à l’époque du prophète, un bédouin entre dans la mosquée en sa présence. Il urine. Une provocation. Alors que tout le monde veut le chasser, le prophète demande qu’on le laisse terminer. Il s’approche alors de l’homme en lui indiquant qu’il s’agit d’un lieu de culte, d’un lieu de paix. Ce dernier a alors décidé de se convertir à l’islam qu’il a vu comme une religion de paix ».

Le but était d’interpeller les jeunes, les inciter à avoir un esprit critique, « à réfléchir par eux-mêmes », indiquait Christophe Vénien. Une pierre vient d’être apportée, elle en appelle beaucoup d’autres, « ce seront sans doute des réflexions par petits groupes ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...