29.9 C
Dzaoudzi
vendredi 24 mai 2024
AccueilEconomieLa Sacem de passage à Mayotte : pourquoi les musiciens locaux ne...

La Sacem de passage à Mayotte : pourquoi les musiciens locaux ne roulent pas sur l’or

La Sacem vient faire son petit tour à Mayotte, « une semaine par trimestre », précise Patrick Mathieu, son Délégué régional. Il aborde les priorités d’un secteur qui peine à se structurer.

Rencontre avec un musicien ce lundi
Rencontre avec un musicien ce lundi

La Société des Auteurs, compositeurs et éditeurs de musique a été créée en 1851 et comme son nom l’indique, par des musiciens et pour les musiciens. Sa raison de vivre est donc de collecter les droits d’auteur et de les reverser à leurs bénéficiaires.

A Mayotte, la structuration est en cours. Ce n’est pas demain qu’on verra le nom d’un musicien local sur les listes de la filiale Suisse de la banque HSBC…

70 d’entre eux sont malgré tout sociétaires de la Sacem, amateurs comme « professionnels ». Une professionnalisation en marche pour être plus exact, espérée qu’elle est par un secteur qui attend que le statut d’intermittent se mette en place, « peu arrivent à vivre de leur métier ici », souligne Patrick Mathieu.

Les répartitions se font quatre fois par an, dont deux plus importantes, en janvier et juillet, « pour les recettes des diffusions des concerts, radio et télé, mais aussi des pressages de CD, leur reproduction, ce qui est devenu de plus en plus rare ».

Il parle quand même de « phase ascendante » de collecte, environ 30 000 euros en 2013, en attente des chiffres 2014. Mais pour qu’il y ait collecte, il faut que les diffuseurs de musique signent un contrat forfaitisant un montant, dû en pourcentage du chiffre d’affaire : « ils sont 200 à Mayotte, mais nous avons un gros travail de régularisation en cours ». Mayotte 1ère par exemple, remet une playlist des morceaux diffusés en radio, une discipline à acquérir par l’ensemble des diffuseurs.

Des CD taxés à 50%

Des CD hyper taxés
Des CD hyper taxés

Tous ne reversent en effet pas leurs droits, pourtant garantie de survie pour un musicien : « c’est grâce à leurs premiers droits d’auteur qu’ils s’achètent une meilleure guitare ou du matériel-son ». 85% des sommes perçues sont reversées aux musiciens, « les 15% restant sont des frais de gestion, nous n’avons pas de but lucratif ».

Accompagner les musiciens se veut être la vocation principale de la Sacem, partenaire du festival Milatsika du Défi Chanson de 2014 ou du Prix musique océan Indien qui a permis l’essor de Bo Houss.

Outre l’absence d’un statut professionnalisant, les artistes mahorais n’ont pas la vie facile : « les CD conçus et pressés en métropole sont taxés à 50% en entrant sur l’île », confie Patrick Mathieu qui se bat, « la préfecture était prête à laisser tomber les 10% de taxe douanière si le Conseil général faisait un effort sur les 40% de taxe à la consommation ». Selon lui, aucune amélioration n’est à noter depuis l’arrivée de l’octroi de mer.

Un conseil général pas toujours en règle sur la rémunération des artistes, qui n’ont pas de salles de spectacle. Dommage, Bo Houss, Maalesh ou Saandati sont, comme les sportifs du BCM, ou les fonds sous-marins, l’une des vitrines de l’île.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139515
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139515
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139515
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139515
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139515
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139515
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...