27.9 C
Dzaoudzi
mardi 23 avril 2024
AccueilPolitiqueRisque de pente dangereuse pour le budget du conseil général

Risque de pente dangereuse pour le budget du conseil général

Les chiffres donnés par le président Zaïdani dans son document sur l’orientation budgétaire du département en 2015 ne sont pas bons. Ils étaient soumis à l’examen du CESEM, le conseil économique, social et environnemental. Les récents recrutements et la morosité des recettes en sont la cause.

Abdou Dahalani et les élus du CESEM, ici Nadine Hafidou et Isabelle Chevreuil
Abdou Dahalani et les élus du CESEM, ici Nadine Hafidou et Isabelle Chevreuil

Les rumeurs de recrutements massifs à l’approche des élections font craindre le pire pour le budget du département. On attend donc avec impatience le débat d’orientation budgétaire qui va se tenir entre les conseillers généraux lors de la Séance plénière du 9 mars.

Mais le rapport qui concerne le débat qui oriente la politique du département pour l’année inquiète déjà. Il est signé de la main de Daniel Zaïdani, le président du Conseil général qui avertit que « ce ne sera pas sans difficultés que le Département parviendra à équilibrer l’exercice budgétaire 2015 ».

Un document « didactique », comme le résumera pudiquement Abdou Dahalani, le président du Conseil Economique, social et environnemental de Mayotte (CESEM) qui l’a reçu ce mercredi, pour rendre un avis avant ce lundi. Ses membres l’ont malgré tout épluché ce jeudi, et, pour la troisième année consécutive portent le même avis : « le Débat d’orientation budgétaire ne donne justement pas d’orientations sur les grandes masses financières à affecter aux politiques visées ».

Elle sont au nombre de 5 telles que les énumère le président du Conseil général : la professionnalisation de l’administration générale par la formation des agents, le développement économique par l’aide aux investissements en faveur des entreprises, assurer pleinement le rôle de chef de file de l’action sociale, mettre en œuvre une politique en faveur de la jeunesse et travailler à l’aménagement du territoire.

A chacun sa littérature

Les agents du Conseil général
Agents du Conseil général

S’il ne s’agissait d’un document de projection de la politique du département, on pourrait presque croire à une propagande électorale. En effet, la plupart des thèmes ont déjà été abordés en début de mandat, le rapport Mensia commandé en 2011 commandant d’alléger la masse salariale et de la professionnaliser, doublé d’un audit de l’Europe : « il y a eu une grande littérature depuis 2009 sur ces sujets, mais peu d’engagements concrets », résumait Abdou Dahalani.

Pour s’atteler aux cinq objectifs voulus par Daniel Zaïdani, le CESE appelle depuis plusieurs années à la création d’une conférence des exécutifs locaux, rassemblant l’ensemble des élus, du département, des mairies etc., « pour constituer une force de proposition face à leurs interlocuteurs régionaux et nationaux ».

Un cadre du service des finances de la collectivité dressait le tableau réaliste mais inquiétant de l’avenir du budget de la collectivité.

Inquiétant par le manque de levier sur les recettes dont dispose désormais le département : « alors que les rentrées se faisaient par les taxes de douane, les impôts sur le revenu, ceux sur les sociétés, avec la bonne surprise de l’excédent de 28 millions d’euros en 2013, elles seront désormais fixes et constituées à 60% de dotations d’Etat, dans un contexte d’austérité, donc sans espoir de progression. » Les recettes de fonctionnement baissent d’ailleurs de 305 millions d’euros en 2013 à 236 millions d’euros en 2014.

Progression de la masse salariale de 8% en un an

Un texte débattu au CESEM
Un texte débattu au CESEM

Même les enfants qui jouent « à la marchande » savent cela : s’il n’est pas possible d’agir sur les recettes, il faut se tourner vers les dépenses. Daniel Zaïdani le souligne, il faut baisser les dépenses de fonctionnement, « notamment à travers la réduction des effectifs » ce qui va à l’encontre de la politique de recrutement actuelle, puisque, toujours selon le président, « la masse salariale progresse de 8% entre 2013 et 2014 ».

Le non-remplacement des départs à la retraite n’a pas été tenu, sans compter que la nouvelle gouvernance issue des urnes voudra mettre en place ses équipes. Autre poste à souffrir du vent de folie pré-électoral, les subventions aux associations et organismes divers.

Les finances s’étaient pourtant redressées, et il serait dommage de revenir au point de départ, si ce n’est déjà fait. Surtout que le contexte est différent cette fois : il faut dégager une capacité d’épargne pour participer aux financements des projets européens. Or, le taux d’épargne qui était de 21% en 2013 « risque de se dégrader en 2014 et pour les années à venir », toujours selon Daniel Zaïdani, « conséquence de la baisse des recettes de fonctionnement et si maintien des dépenses de fonctionnement au même niveau ».

Le taux d’endettement est de 6% des recettes, « une zone verte », mais qui nécessiterait pour y rester de dégager de l’épargne.

Un bon diagnostic donc d’un président toujours aux manettes… Le CESE, bien que découragé par l’absence de prise en compte des préconisations passées, encourage toute volonté visant à redresser la situation d’un territoire où le défi majeur « reste la compétitivité de ses entreprises et de son système de cohésion sociale ».

Le risque de voir un budget repasser par la Cour des comptes avec tutelle préfectorale est grand.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...