31.9 C
Dzaoudzi
dimanche 21 avril 2024
AccueilorangeMusique et vidéo: fin d’année créative pour les élèves de l’ITEP Mar’Ylang

Musique et vidéo: fin d’année créative pour les élèves de l’ITEP Mar’Ylang

L’institut thérapeutique, éducatif et pédagogique accueillait les familles de ses élèves. Les jeunes présentaient leurs créations musicales et les clips créés lors d’un atelier avec Khalifa.

Impro de Hip Hop pour les élèves de l'ITEP
Impro de Hip Hop pour les élèves de l’ITEP

«La musique doit servir à éduquer tout en explorant les profondeurs de l’âme». La phrase est de Khalifa, auteur et interprète, venu assurer un atelier pédagogique avec la vingtaine de jeunes scolarisés à l’ITEP (Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique) Mar’Ylang de Kahani, la seule structure de Mayotte qui prend en charge les enfants atteints de trouble du comportement dans un cadre scolaire.

L’artiste, originaire de Caen, a déjà sorti quatre albums mais il s’investit aussi dans des ateliers musicaux très atypiques. Il a ainsi travaillé en milieu carcéral en métropole, dans des camps de réfugiés en Palestine ou encore pour les enfants des quartiers à Oran en Algérie, la ville natale de ses parents.

Khalifa présente le travail des ateliers aux jeunes et à leurs proches
Khalifa présente le travail des ateliers aux jeunes et à leurs proches

A Kahani, il a passé 10 jours avec les élèves répartis en 3 groupes. «Avec les 7-9 ans, je me suis appuyé sur le travail de l’équipe éducative pour parler des valeurs de l’amitié. La nécessité de se regarder dans les yeux, de dire bonjour et de faire confiance pour évoluer dans un groupe», explique Khalifa.

La visite des familles

Les 10/12 ans, abreuvés de Hip Hop violent et caricatural, ont eu droit à une autre approche de cette musique qui peut aussi véhiculer des messages de paix. Enfin, les plus grands, les 13-17 ans, «ont souhaité parler de respect et de leur reconnaissance pour Tama (responsable de l’ITEP)», relève Khalifa, toujours sensible aux messages que les jeunes souhaitent porter dans les différents environnements où ils se trouvent.

Projection des clips créés pendant l'atelier
Projection des clips créés pendant l’atelier

Pour l’ITEP, ces ateliers éducatifs de création musicale et de mise en scène étaient une première. Ecriture de textes, composition, enregistrement de chansons, atelier scénique… et réalisation de clips vidéo, projetés ce lundi aux proches, familles et amis, venus spécialement assister à ces festivités de fin d’année.

Un temps pédagogique plus long

A Mar’Ylang pourtant, l’année scolaire est loin d’être achevée. Si les enseignants sont calés sur les rythmes scolaires «classiques», les élèves bénéficient de temps éducatifs plus longs, avec d’autres types d’apprentissage. La scolarité se termine ainsi le 15 juillet pour reprendre le 15 août.

Les familles, heureuses de voir le spectacle de leurs enfants
Les familles, heureuses de voir le spectacle de leurs enfants

Ils ne seront que quelques enfants parmi la vingtaine de cette année à retourner à Mar’Ylang. Certains auront 18 ans et ne pourront plus y être scolarisés, d’autres partiront vers d’autres structures, certains rejoindront des écoles «classiques». «Pour certains, l’ITEP doit être un passage pour acquérir des savoirs et réapprendre des fonctionnements», indique Marion Bréziat, chef de service.

24 places pour tout Mayotte

La structure va évoluer à la rentrée. L’ITEP pro ferme ses portes pour redéployer les 24 places disponibles en direction de plus jeunes, à condition que les notifications de la MPH suivent. Huit places supplémentaires seront créées en SESSAD (service d’éducation spéciale et de soins à domicile). 32 places alors que la moitié de la population a moins de 17 ans et demi, il semble évident que la prise en charge est très loin d’être à la hauteur des enjeux.

Impro sous le regard de Khalifa
Impro sous le regard de Khalifa

Il est trop tôt pour dire si cet atelier de création musicale, qui entre dans la convention «culture-santé» de la DAC (direction des affaires culturelles de la préfecture) et l’Agence régionale de Santé (ARS), sera reconduit.

Ce lundi, Alexandra Bouysse, enseignante spécialisée semblait aussi heureuse que les jeunes de l’atelier. «Ils ont découvert un studio de musique, un micro et par la même occasion leur voix», se réjouissait-elle. Et la timidité au moment de présenter leur clip était bien oubliée lors des impros de rap au micro quelques minutes plus tard.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139118
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139118
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139118
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139118
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139118
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139118
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...