24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 19 juillet 2024
AccueilFaits diversDiffamation présumée: La Somaco et ses dirigeants réclament 90.000€ à France Mayotte...

Diffamation présumée: La Somaco et ses dirigeants réclament 90.000€ à France Mayotte Matin

CARNET DE JUSTICE DU JDM. L’article remonte au 9 mars dernier. Le quotidien France Mayotte Matin (groupe Kwezi) publie ce jour-là l’interview de David Weber, un ancien salarié de la Somaco, qui dénonce les conditions de travail et de vente au sein du groupe de distribution.

Porte de la salle d'audience du TGI de MamoudzouLe couple à la tête de la société, «Sam» Aziz Akbaraly et son épouse Caoneine, estime que ce contenu porte atteinte à son honneur et à celle de sa société. Il porte plainte pour diffamation et ce mercredi matin, Patrick Milan en sa qualité de directeur de la publication et responsable de la société Edimay, Samuel Boscher en tant que journaliste et David Weber se retrouvent sur les bancs des accusés.

Face à eux, la Somaco et ses dirigeants font intervenir un avocat parisien spécialiste de ce type d’affaires, Me Morain, associé pour l’occasion à Me Konde. «Ce n’est pas un procès de la liberté d’expression ou de la liberté de la presse. On parle d’un article qui veut faire passer pour une information ce qui n’est que cancan, rumeur et règlement de compte», commence Me Morain.

Pour l’avocat, si «les journalistes sont les chiens de garde de la démocratie», faire «des révélations», ça obéit à des règles : «chien de garde ou roquet, il faut savoir où on est.»

«Règlement de compte»

Ce sont 4 passages de l’article que la Somaco reproche à FFM. «On impute à la Somaco une infraction à la législation du travail, une corruption active, des faits de procédure douanière et une infraction à l’hygiène et à la sécurité du consommateur». Pour Me Morain, si la diffamation est «incontestable», «l’excuse de bonne foi» dont peut se prévaloir la presse ne tient pas dans cette affaire.

Salle d'audience du TGI de MamoudzouPour l’avocat, il s’agit bien d’un règlement de compte aussi bien de la part d’un salarié qui a quitté la société, que du groupe Kwezi qui veut «se faire la Somaco» après avoir perdu, en 2012, un procès au tribunal de commerce contre le groupe de distribution. Quant à l’enquête qui doit être «sérieuse et contradictoire», elle se résume pour l’avocat à deux coups de fils passés en vain aux dirigeants la veille de la publication.

Un débat sur la place publique

C’est évidemment tout autre chose que l’on entend lorsque Me Journiac prend la parole pour défendre David Weber. Elle raconte le parcours de son client au sein de la Somaco, devenu superviseur des magasins du groupe après 2 ans passés dans l’entreprise. C’est en 2013 que tout se serait gâté après son élection au comité d’hygiène. «Il a entendu les voix qui n’ont jamais osé parler», explique l’avocate, «la peur, le harcèlement, le temps de travail pas respecté, le flicage constant…»
Il aurait alors porté ces réclamations auprès de la direction. «En un an, il subit 11 mutations et il est discriminé à son tour», avant finalement d’être «mis au placard», affirme l’avocate.

Panneau salle d'audience TGI MamoudzouMe Journiac indique pourtant que David Weber ne porte aucune animosité contre la société et ses dirigeants. La meilleure preuve serait une longue lettre de 3 pages écrites au moment de quitter la société dans laquelle il affirme : «Je n’ai rien contre vous».

«Il choisit la voie de la presse pour raconter ce qu’il a vu, une parole légitime après plus de 5 ans dans la société», relève l’avocate. Il n’y a «aucune expression outrageante» mais uniquement «des faits». Evoquant «les Mahorais et les clandestins qui jamais n’osent saisir le tribunal parce qu’ils ont des cartons de mabawas décongelés puis recongelés», «moi, je remercie M. Weber d’avoir porté ce débat sur la place publique», conclut l’avocate.

Les produits périmés

Vient enfin la plaidoirie de Me Kamardine qui défend FMM, Patrick Milan et Samuel Boscher. Pour lui aussi ce procès est important. Il doit permettre de définir «pour la presse, ce qu’on peut dire ou pas, pour la Somaco, ce qu’on peut faire ou ne pas faire.»
Il balaie les accusations de rancune et compte faire valoir la bonne foi de ses clients en déposant un sac de courses, faites à la Somaco, dont les produits présentés comme périmés viendraient «confirmer les pièces antérieures.»

Pour le bâtonnier, l’article relève d’un sujet d’intérêt général et il est normal que la presse puisse évoquer les comportements et les responsabilités du N°3 de la distribution à Mayotte.

La Somaco réclame 50.000 euros de dommages et intérêts et 20.000 euros pour chacun des deux dirigeants, soit un total de 90.000 euros. On connaîtra le verdict le 9 septembre.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...