24.9 C
Dzaoudzi
samedi 20 juillet 2024
AccueilEconomieParis interpelle l’Europe sur le développement «entravé» de la pêche mahoraise

Paris interpelle l’Europe sur le développement «entravé» de la pêche mahoraise

La prise de position de trois ministres sera-t-elle suffisante pour faire bouger Bruxelles ? Rien n’est moins sûr lorsqu’on évoque une «éventuelle» dérogation accordée à Mayotte pour la construction neuve de navires. Alors que les autres DOM avaient bénéficié de dérogations il y a encore 7 ans à peine.

Sécuriser la flotte existante
Sécuriser la flotte existante

Les pêcheurs mahorais avaient manifesté leur mécontentement l’année dernière sur l’absurdité d’une politique commune européenne visant à restreindre la surpêche, quand à Mayotte il faut au contraire la développer. Ils avaient demandé une dérogation. Le gouvernement prend désormais le relai par la plume de George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, Alain Vidalis, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la pêche et Harlem Désir, Secrétaire d’État aux Affaires européennes.

Dans deux courriers identiques adressés le 25 juin 2015 à Karmenu Vella, Commissaire européen en charge de l’Environnement, des Affaires maritimes et de la pêche, et à Corina Cretu, Commissaire Européenne à la politique régionale, ils rappellent en préambule l’importance de la pêche professionnelle dans les Régions Ultrapériphériques, qui « contribue à l’équilibre social de territoires fragilisés par un chômage important ».

« Gisement d’emploi », « croissance de premier plan », les arguments avancés justifient à eux seuls la demande réitérée aux instances européennes de protéger les 100 milles nautiques autour de l’île, et de mettre en place une politique de compensation des surcoûts.

Permettre le déblocage de finances publiquesPecheurs barques

Mais il s’agit surtout d’appuyer les pêcheurs locaux dans leur demande de développement de leur flottille quand la nouvelle Politique commune de la Pêche est inscrite dans une logique de réduction des surcapacités de pêche, même si un aménagement est prévu pour Mayotte. Le frein porte surtout sur « l’absence de leviers de finances publiques », souligne le courrier.

Le développement embryonnaire de l’île ne lui permet pas de tuer dans l’œuf ce levier de croissance. Surtout à l’heure où le premier ministre vient de signer le document cadre Mayotte 2025, « pour construire l’avenir de Mayotte », rappellent les ministres, « avec un secteur pêche dont le potentiel a été reconnu au niveau international », notamment par le plan de développement de la pêche présenté à la Commission des thons de l’Océan Indien en janvier 2011, il y a donc 4 ans déjà.

Régis Masséaux, président du Syndicat des pêcheurs de Mayotte, regrette qu’aucun engagement ferme soit pris avec un calendrier précis pour imposer des contreparties aux pêches des thoniers senneurs qui croisent dans notre zone, et se plaint d’un autre côté des contrôles intempestifs dont ils sont l’objet, « normes, carburant, contrats de travail, visites de sécurité ».

Plan temporaire de développement de la flottille

Pêcheurs en pirogue à moteur
Pêcheurs en pirogue à moteur

Des tergiversations avec les instances européennes qui ne sont que prise de tête pour le patron des pêcheurs mahorais, « tout ça pour 145 barques à peu prés aux normes, et une centaine à améliorer ».

Si le courrier ministériel parle de dispositifs d’aides permises par le fonds européen FEAMP pour sécuriser une partie de la flotte existante et l’amélioration de la traçabilité du poisson dans le respect des normes sanitaires, il évoque clairement la menace pour le développement de la pêche mahoraise « largement entravé », et évoque des solutions déjà tentées ailleurs : « mettre en place un plan temporaire de développement de la flottille à l’instar de ce qui a été précédemment autorisé dans les DOM français jusque fin 2008 ».

Les ministre Vidalis et Pau-Langevin ont ensuite écrit le 6 juillet au député Mahorais Ibrahim Aboubacar pour évoquer leurs démarches auprès de l’Europe, et indiquer les premières réponses de l’Etat, certainement encouragé par la présence « pour la première fois », d’un représentant de la pêche mahoraise au Conseil du Comité national des pêches maritimes.

Sont donc annoncés des dispositifs d’avances de trésorerie « pour anticiper les sommes qui seront perçues au titre d’anticipation des surcoûts », et « dans l’attente d’une éventuelle dérogation accordée à Mayotte quant au financement de construction neuve de navires, les services de l’Etat étudient actuellement la piste d’une solution locale par un financement via différents dispositifs publics ».

Mayotte arrive encore une fois après que les dérogations accordées aux autres DOM aient pris fin. Sans certitude de pouvoir à son tour en bénéficier.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...