28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilFaits diversRifki: De Mayotte à Rennes, le parcours chaotique d'Ansuifoudine Ahamed

Rifki: De Mayotte à Rennes, le parcours chaotique d’Ansuifoudine Ahamed

Qui est donc “Ahmed”, le jeune homme écroué pour l’enlèvement présumé du petit Rifki à Rennes samedi dernier? Parti de Mayotte alors qu’il était enfant, Ansuifoudine Ahamed aurait eu des enfants à La Réunion avant un «déracinement» en métropole qu’il aurait très mal vécu.

Image de l'alerte enlèvement diffusée par le ministère de l'intérieur le week-end dernier
Image de l’alerte enlèvement diffusée par le ministère de l’intérieur le week-end dernier

On en sait un peu plus sur celui que toute la France connaît sous le nom d'”Ahmed” depuis samedi et l’alerte enlèvement diffusée suite à la disparition d’un enfant de la communauté comorienne de Rennes, Rifki, âgé de 4 ans.

Ahmed s’appelle en fait Ansuifoudine Ahamed, il a 24 ans et, d’après les déclarations qu’il a faite durant sa garde à vue, il a connu une vie de galère et de misère entre plusieurs îles de l’océan Indien, dont Mayotte où il est né et la Réunion où il a vécu de nombreuses années, jusqu’à son départ pour la métropole il y a quelques mois.

Après avoir passé les premières années de sa vie à Mayotte, Ahmed passe par Madagascar. Il vient d’un «milieu défavorisé» et aurait lui-même subi des maltraitances intrafamiliales dans notre département. «Il raconte qu’il a subi des sévices sexuels de la part de son grand-père, mais aussi qu’il fumait de la drogue dès l’âge de huit ans, alors que son père l’envoyait en acheter pour lui», explique Me Emmanuelle Khan-Renault, l’avocate rennaise qui l’a assisté durant sa garde à vue, contactée par nos confrères du JIR.

Il parle le créole réunionnais

Durant son audition, le suspect s’est parfois exprimé en créole réunionnais, notamment lorsqu’il se mettait «en colère.» «Il a même demandé un interprète en créole pour être certain d’être bien compris», précise l’avocate.

"Tonton" Ahmed déjà mis en cause dans une autre affaire (Crédits photo: DR/JIR)
“Tonton” Ahmed déjà mis en cause dans une autre affaire (Crédits photo: DR/JIR)

Il aurait ainsi expliqué avoir été envoyé à la Réunion alors qu’il était encore mineur, pour y être placé en foyer d’accueil où, là aussi, il aurait subi des sévices sexuels. Majeur, il vit néanmoins un semblant de vie normale à la Réunion où «il dit avoir eu quatre enfants, de deux mères différentes», poursuit Me Khan-Renault. Des éléments difficiles à vérifier pour le moment, provenant des déclarations faites spontanément par Ahmed aux enquêteurs.

«Complètement paumé»

C’est toujours lui qui raconte que, «craignant des représailles pour une histoire de cambriolage», il aurait accepté de quitter la Réunion avec l’aide d’une collectivité locale pour suivre en métropole «une formation d’animateur.» Ce qui étonne compte tenu de son faible niveau scolaire, alors qu’il est «pratiquement illettré.»

La place de la mairie de Rennes le 16 août, une ville où le petit Rifki à retrouvé sa mère dès dimanche (Crédits photo: JIR)
La place de la mairie de Rennes le 16 août, une ville où le petit Rifki à retrouvé sa mère dès dimanche (Crédits photo: JIR)

C’est ainsi qu’il serait arrivé à Rennes il y a quelques mois. Sans apparemment démarrer sa formation. Il se retrouve rapidement sans domicile fixe. Et se rapproche de la communauté comorienne, dont la famille du petit Rifki chez qui il trouve refuge. «Son arrivée en Bretagne a représenté un choc pour lui. Il était complètement paumé», confie Me Khan-Renault.

Déjà mis en cause

Mis en cause dans une affaire d’attouchements sur mineur en juin dernier, il doit comparaître en janvier prochain devant un tribunal. Et il a spontanément reconnu en garde à vue avoir eu «un geste déplacé» envers le petit Rifki.

«Mais on ne sent pas pour autant quelqu’un de crapuleux. C’est quelqu’un de très perturbé, désorienté, qui dit souffrir d’épilepsie sans être suivi médicalement et a demandé à ce qu’on l’aide avec ses angoisses.» Si son état a été jugé compatible avec la garde à vue et qu’il dit n’avoir jamais séjourné en hôpital psychiatrique, les expertises médicales seront déterminantes dans la suite de ce dossier. Il devait déjà rencontrer un psychologue en septembre prochain dans le cadre de sa précédente convocation en justice. «Mais pour moi, même s’il est considéré responsable, c’est quelqu’un qui mériterait d’être sous tutelle», estime Me Khan-Renault.

«Peut-être qu’il n’aurait jamais dû venir en métropole. C’était un déracinement trop profond à supporter pour lui», conclut l’avocate rennaise.

Sébastien Gignoux
le JIR.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139114
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139114
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139114
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139114
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139114
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139114
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...