25.9 C
Dzaoudzi
jeudi 13 juin 2024
AccueilEconomieLes représentants syndicaux de la Somaco menacés de licenciement

Les représentants syndicaux de la Somaco menacés de licenciement

Ils le craignaient et ils avaient raison. Les représentants syndicaux FO du groupe de distribution Somaco sont convoqués en vue d’un licenciement. Ce que les syndicalistes nomment «la jurisprudence Sodifram» semble devenue la règle.

Les grévistes FO de la Somaco à Kawéni le lundi 13 juillet matin, pour le 1er jour du conflit
Les grévistes FO de la Somaco à Kawéni le lundi 13 juillet matin, pour le 1er jour du conflit

Il ne fait pas bon être gréviste dans une entreprise privée mahoraise. Les Somaco qui viennent d’achever un mouvement social de 7 semaines sur un constat d’échec en font l’amère expérience. Alors qu’ils ont repris le travail en fin de semaine dernière sans être parvenus à un accord avec leur direction, trois délégués syndicaux ont reçu une lettre de mise à pied.

Le délégué syndical de l’enseigne Somaco ainsi que ses homologues de Maharadja logistique (titulaire et suppléant) sont également convoqués le 8 septembre prochain pour un entretien préalable en vue d’un licenciement pour faute lourde, selon FO. Ces trois salariés sont également représentants du personnel.

Ce que les syndicalistes appellent «la jurisprudence Sodifram» semble donc devenir la règle à Mayotte : la direction d’une entreprise licencie les leaders syndicaux et représentants du personnel dès que la grève qui agite la société est terminée. Car si ces procédures de licenciements se confirmaient, elles suivraient en effet la méthode utilisée dans un autre groupe de distribution, la Sodifram, contre 5 représentants syndicaux également délégués du personnel.

La Sodifram ouvre la voie

Ils avaient été licenciés fin octobre 2014 après plusieurs conflits particulièrement durs lors desquels grévistes d’un côté et direction et non-grévistes de l’autre avaient battu le pavés, les uns pour défendre leurs revendications, les autres leur droit à travailler.

Oili Taanlavi Mouhoudoir, un ancien représentant syndical de la Sodifram et aujourd'hui responsable à FO avec les Somaco au tribunal
Oili Taanlavi Mouhoudoir, un ancien représentant syndical de la Sodifram et aujourd’hui responsable à FO avec les Somaco au tribunal

Et ce sont ces personnes licenciés par la Sodifram qui se rappellent depuis, régulièrement, au bon souvenir des groupes de distribution à Mayotte. Ils avaient en effet été embauchés par Force ouvrière pour créer la structure mahoraire de la FGTA, la branche distribution et commerce du syndicat. Oili Taanlavi Mouhoudoir, un ancien de la Sodifram aujourd’hui secrétaire départemental de la FGTA, était d’ailleurs poursuivi par la Somaco au même titre que les grévistes lorsque l’entreprise a obtenu la levée du piquet de grève.

A la Colas aussi

Depuis, le phénomène semble sur le point de se répéter à la Colas. A la fin du mois de juillet, des salariés du groupe de BTP ont déclenché un mouvement pour soutenir leurs leaders syndicaux au moment où le comité d’entreprise (CE) devait donner son avis sur les procédures de licenciement lancées contre eux.

Car les délégués du personnel ou les représentants syndicaux sont censés être des «salariés protégés», une entreprise ne peut donc pas s’en débarrasser aussi facilement. L’employeur doit d’abord respecter la procédure classique (convocation du salarié à l’entretien préalable mais en énonçant les motifs du licenciement envisagé), puis consulter le comité d’entreprise (un avis généralement négatif) avant que l’inspection du travail ne prenne la décision finale d’autoriser ou non le licenciement.

La peur de la grève

Et déjà, l’effet probablement recherché de telles démarches devient une réalité. La CGT Ma n’a pas réussi à lancer un mouvement chez Bourbon distribution (BDM). Il y a deux semaines, le syndicat souhaitait mobiliser les salariés des différentes enseignes du groupe (Jumbo, Score, SNIE, Douka Be) autour de nombreuses revendications mais le mouvement a fait pschitt. Salim Naouda, à la manœuvre, dénonçait alors les pressions de la direction et les menaces à peine voilées faisant référence à la «jurisprudence Sodifram». Il fustigeait une atteinte au droit de grève, les salariés n’osant plus débrayer de peur de perdre leur emploi.

Menaces réelles ou non, c’est en tout cas cette crainte de mesures de rétorsion qui a conduit nombre de salariés à de ne pas prendre part au mouvement qui n’a duré que 2 jours faute de grévistes en nombre suffisant.
La Somaco est donc peut-être en train de confirmer que cette «jurisprudence» est bel et bien devenue la règle.
RR
Le Journal de Mayotte

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...