24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 19 juillet 2024
AccueilorangeMarcel Rufo, pédopsychiatre de renom: «Attention à ne pas tomber dans la...

Marcel Rufo, pédopsychiatre de renom: «Attention à ne pas tomber dans la désespérance à Mayotte!»

Marcel Rufo a pu faire profiter les acteurs du 8ème Forum de la petite enfance de son expérience à Mtsamboro ce jeudi. Il est entre autre le “papa” de la Maison de Solenn. Nous avons pu l’interviewer sur les raisons de sa venue pour 4 jours à Mayotte. 

Marcel Rufo devant le minaret de la mosquée de Mtsamboro
Marcel Rufo devant le minaret de la mosquée de Mtsamboro

Le Journal de Mayotte : Qu’est ce qui vous a incité à venir à Mayotte ?

Marcel Rufo : « J’ai monté une association ADOMTOM l’année dernière. Contraction entre « ado » et « dom-tom », elle a pour vocation de travailler sur deux territoires, la Guyane et Mayotte. Or un de mes anciens élèves et amis, Saïd Ibrahim, un pédopsychiatre d’origine comorienne qui exerce à Marseille, a travaillé à Mayotte. Il a déblayé le terrain.
Nous aurons quatre partenaires principaux. Le service psychiatrique du Centre hospitalier de Mayotte tout d’abord, où j’ai passé une journée de travail avec le chef de service, le docteur Real. Nous voulons monter un service de pédopsychiatrie en hospitalier, avec des assistants conjoints, par exemple marseillais, et avec l’objectif de fidéliser les gens sur l’île.

L’association Tama ensuite, qui a un quasi monopole dans le social ici. Son directeur Philippe Duret a insisté sur le handicap et son Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique. Je rencontre le sénateur et président de Tama Thani Mohamed Soilihi bientôt à Paris. Nous pourrons profiter des compétences du professeur Jamal Benjelloun, médecin spécialiste en psychiatrie à Casablanca, qui vient à Mayotte en mars. Et de celle du professeur Philippe Duverger, pédopsychiatre, chef du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent au CHU d’Angers, qui vient en mai.

Notre troisième partenaire sera l’Education nationale, et une rencontre avec la vice-recteur Nathalie Costantini a débouché sur un projet de formation des infirmières scolaires en pédopsychiatrie.
Enfin, la priorité du territoire que sont les mineurs isolés sera pris en charge en partenariat avec Apprentis d’Auteuil.

Pourquoi ces deux territoires, la Guyane et Mayotte ?

Saïd Ibrahim, élève et ami de Marcel Rufo, revient en décembre à Mayotte
Saïd Ibrahim, élève et ami de Marcel Rufo, revient en décembre à Mayotte

Marcel Rufo : « Les besoins sont forts. Mais surtout, il y a à la fois des chances à saisir ici, la facilité du contact, des énergies, mais aussi des épuisements qui appellent des solutions. Nous allons y travailler pendant trois ans. Nous devrons signer des conventions avec les partenaires comme Tama ou Apprentis d’Auteuil, et avec les PMI, les Protection maternelles infantiles qui soignent les enfants de moins de 6 ans.

Plutôt que superviser, je préfère venir en transversalité, et faire des propositions. Nous avons noté l’importance croissante des drogues, comme la chimique ou la mangrove, mais attention de ne pas être pris dans un système de désespérance…
Autre problème, pour se développer, le territoire a besoin d’investissements, mais aussi de personnes durablement présentes sur les actions mises en place. »

De quels moyens financiers disposez-vous pour ces actions ?

Marcel Rufo : « J’ai bénéficié récemment d’une dotation importante, un million et demi d’euros, d’un membre de la famille Ferrero (marque Kinder, Nutella, Mon Chéri…, ndlr). J’ai financé des opérations à Casablanca, à Bruxelles, et l’association ADOMTOM entre dans cet objectif. Nous réfléchissons à doter le CHM d’une visioconférence pour pouvoir échanger les compétences.
Nous allons aussi créer un Diplôme universitaire Adolescents difficiles, ouverts aux enseignants, aux travailleurs sociaux comme aux juges pour enfants. On l’étendra au plus grand nombre, et il sera largement ‘piratable’!»

Quelle impression emportez vous après 4 jours sur l’île ?

Marcel Rufo : «Etant enfant de migrants italiens, je ressens cet endroit comme essentiel, où on est bercé par l’universalisme. Mais attention à chercher des solutions propres, et ne pas importer un prêt-à-penser métropolitain. Le territoire doit enfin prendre en charge sa population en difficulté. Une société est honorable pour ce qu’elle fait aux plus démunis, elle n’est pas honorable si elle ne s’occupe que des nantis.»

Propos recueillis par Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139521
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139521
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139521
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139521
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...