26.9 C
Dzaoudzi
vendredi 12 juillet 2024
AccueilFil infoDeux gardes à vue dans l'affaire du «gourou» de La Réunion

Deux gardes à vue dans l’affaire du «gourou» de La Réunion

Le présumé gourou de Saint-Louis et une des membres de sa communauté ont été placés en garde à vue hier mardi matin. L’interpellation a eu lieu dans la maison où ils vivent depuis environ un mois avec une vingtaine de jeunes femmes, des Réunionnaises mais aussi des Mahoraises. Une personne a été arrêtée avec lui. Il pourrait s’agir de sa compagne.

Le calme est revenu à Saint Louis devant la maison du présumé gourou (Crédits photo: JIR)
Le calme est revenu à Saint Louis devant la maison du présumé gourou (Crédits photo: JIR)

Tous les deux se trouvaient encore hier soir en garde à vue pour «abus frauduleux de la situation de faiblesse d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique». Une infraction utilisée fréquemment lors d’enquêtes sur les sectes, punissable de trois ans d’emprisonnement. «On la manie peu fréquemment, et elle est difficile à caractériser», convient le vice-procureur Martin Genêt.

Lundi soir, le magistrat a demandé l’ouverture d’une information judiciaire. L’affaire est depuis donc pilotée par une juge d’instruction. «C’est compliqué, commente une source proche du dossier. On est vraiment dans de l’humain, sur le fil du rasoir, avec cette histoire.» Compliquée, car les 17 victimes présumées défendent bec et ongles celui dénoncé comme un gourou par leurs familles.

Une doctrine particulière de l’islam

À l’issue de leurs auditions, menées hier dans différentes brigades du sud de l’île, elles ont réintégré leur domicile dans le centre-ville de Saint-Louis. Ces femmes majeures, pour la plupart diplômées, revendiquent le droit de vivre comme elles l’entendent, et pratiquer l’islam selon la doctrine de leur compagnon. Quitte à couper les liens avec leurs proches, qui depuis une semaine manifestent devant leur maison.

Le présumé Gourou nie toute emprise sectaire sur les membres de sa communauté
Le présumé Gourou nie toute emprise sectaire sur les membres de sa communauté (Photo : JIR)

La situation a dégénéré jeudi, avec l’irruption violente de proches, mais aussi de jeunes désœuvrés, dans l’habitation. Depuis, celle-ci est gardée 24/24h par les forces de l’ordre. Une situation peu commune.
Certaines des «adeptes» ont déposé plainte suite à cet épisode, lors duquel elles ont empêché le lynchage de leur compagnon en formant une barrière humaine entre lui et la foule.

“Il a été arrêté mais elles sont toujours là-bas”

Le mis en cause se défend avoir forcé personne à suivre ses enseignements autour du soufisme, une branche de l’islam. C’est sa compagne qui aurait «recruté» les jeunes femmes, notamment à la fac.
Placé quelques heures en garde à vue suite à la dénonciation d’une proche il y a deux semaines, l’homme en était ressorti sans aucune charge contre lui. Ce sont d’autres témoignages recueillis dimanche par les enquêteurs, et considérés comme de nouveaux éléments, qui ont conduit aux interpellations d’hier.

«Il a été arrêté, mais elles sont toujours là-bas », tempête le père d’une des victimes présumées, bien qu’apaisé par ces arrestations. Ce dernier est persuadé du caractère sectaire de l’affaire. «Ma fille a arrêté ses études à cause de lui. Y’a même des professeurs là-dedans qui ont arrêté de travailler».

Secte ou choix de vie, c’est désormais aux enquêteurs de le déterminer.

Le JDM
avec E.Z. le JIR

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139114
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139114
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139114
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139114
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139114
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139114
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...