24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 19 juillet 2024
AccueilEducationFlorence Robine et «le temps long» de l'éducation

Florence Robine et «le temps long» de l’éducation

La numéro 2 du ministère de l’éducation nationale a passé 3 jours à Mayotte. La directrice générale de l’enseignement scolaire revient sur les budgets, le personnel et les méthodes d’apprentissage, en particulier dans le 1er degré.

Florence Robine, N°2 du ministère de l'éducation nationale à Mayotte
Florence Robine, N°2 du ministère de l’éducation nationale à Mayotte

Elle s’occupe de tous les enfants de France et logiquement elle est venue à Mayotte pour «voir à quoi ressemblent les chiffres et les notes que le vice-rectorat (lui) envoie régulièrement», pour mettre du concret sur ce département qui tranche dans la masse de données du ministère de l’éducation nationale. Florence Robine, directrice générale de l’enseignement secondaire, avait aussi intégré Mayotte dans sa tournée pour expliquer la réforme du collège dans laquelle elle est particulièrement impliquée.

«J’ai trouvé des enseignants motivés, très en avance sur la métropole dans leur réflexion pédagogique et leur capacité à travailler ensemble», relève-t-elle. Car si les défis de l’enseignement à Mayotte sont «immenses», la N°2 du ministère est lucide sur le constat mais optimiste.

«Ma visite correspond à un moment intéressant», note Florence Robine. «Dans 15 jours, c’est le dialogue de gestion, le moment où toutes les académies présentent un état des lieux, un bilan du travail engagé et les axes du travail pour l’année à venir». C’est donc le moment où le ministère tranche la question de la répartition des moyens, pour qu’elle soit «équitable»… Et Florence Robine affirme que «Mayotte n’est pas hors de vision de Paris», loin de là.

Avec la vice-recteur lors de l'inauguration du collège de Kwalé ce vendredi
Avec la vice-recteur lors de l’inauguration du collège de Kwalé ce vendredi

«Actuellement, quand on construit un budget, on sanctuarise d’abord les budgets pour Mayotte», affirme la directrice générale. Et de fait, ce sont 60 millions d’euros qui sont injectés dans les constructions pour tenter de répondre à l’enjeu de la scolarisation des jeunes mahorais dans de bonnes conditions.

Les murs, les personnels, les méthodes

Et toutes les questions s’entremêlent. Il y a celles du bâti, Florence Robine a inauguré le collège de Kwalé et a visité le chantier de celui d’Ouangani… «Il faut que les conditions pratiques des apprentissages soient là». La rénovation de classes faisait aussi partie de son programme de visite.

Il est aussi question du personnel : «Il faut des enseignants bien formés» et «il faut que les gens restent». Clairement, le ministère sort de la logique qui consiste à attirer à coup de primes des fonctionnaires qui vont rester deux ans. «Les gens qui viennent et restent doivent apporter leur expertise et nous devons travailler à former ceux qui sont là, élever le niveau des contractuels qui ont besoin d’être accompagnés et formés… Mais concernant les contractuels, le niveau de recrutement n’a jamais été aussi élevé», note Florence Robine.

Les responsables du vice rectorat entourent la directrice générale de l'enseignement scolaire du ministère, en salouva, lors de l'inauguration du collège de kwalé
Les responsables du vice rectorat entourent la directrice générale de l’enseignement scolaire du ministère, en salouva, lors de l’inauguration du collège de kwalé

Interrogée sur l’échec du 1er degré, avec un niveau d’acquisition en particulier en langue toujours globalement faible, c’est la vice-recteur qui prend la parole et répond sans détour: «Si on n’arrive pas à apprendre le Français, c’est qu’on s’y prend mal. Nous avons organisé des formations au plus près de la classe pour que les formateurs puissent identifier les problèmes et travailler sur ces situations», rajoute Nathalie Costantini, la vice-recteur de Mayotte.

«Il est important d’avoir des gens qui maîtrisent la langue à un haut niveau pour faire des passerelles. En Guyane, depuis 3 ou 4 ans, nous avons les 1ers amérindiens, des gens du fleuve, qui décrochent les concours de profs des écoles», se félicite Florence Robine qui fut rectrice de l’académie guyanaise.

D’une langue à l’autre

Quant au bilinguisme des premières années de scolarité dans lequel beaucoup fondent de l’espoir, la question demeure «délicate» pour Florence Robine qui cite tout de même l’exemple d’éveils aux langues dans lesquels les enfants jonglent avec le Français, l’Anglais, le Mahorais, le Kibushi et l’arabe… «Les enfants ont acquis des compétences en langue incommensurables et qu’on n’arrive pas à en tirer profit, ça m’échappe…»

Florence Robine et Nathalie Costantini face aux enjeux de l'éducation à Mayotte
Florence Robine et Nathalie Costantini face aux enjeux de l’éducation à Mayotte

Là encore, ce qui est fait en Guyane pourrait servir de point de référence. «Dans des classes d’immersion, les premiers apprentissages sont en langue locale et on passe progressivement à la langue française. Ça permet de stabiliser les acquis des enfants dans leur propre langue et de faciliter le passage vers le Français».
Florence Robine pointe le développer de la recherche et de la réflexion sur cette question linguistique pour disposer d’un corpus pour, par exemple, transmettre aux enfants les notions de genre, de temps ou de nombre propres à chaque langue.

Enfin, même si le niveau de réussite au bac à Mayotte reste 20 points en dessous de celui de métropole, Florence Robine invite à «arrêter de se comparer en permanence», pour «ne pas décourager les gens» mais aussi parce qu’il ne faut pas oublier d’où on vient. La première école maternelle à Mayotte a été ouverte en 1994. «En matière d’éducation, les temps sont longs. Tous les efforts que l’on fait aujourd’hui vont donner des résultats dans 10 ans», note Florence Robine. 2025, décidément, semble être l’horizon vers lequel regarde Mayotte.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139114
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139114
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139114
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139114
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139114
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139114
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...