26.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilorangeGrève générale: «Un mouvement très encadré»

Grève générale: «Un mouvement très encadré»

Il est très sollicité ce lundi matin. Après avoir répondu à une dizaine d’appels téléphoniques, réuni la vingtaine de branches qui vont défiler, drapeau au poing, ce 3 novembre, Salim Nahouda nous accorde une interview sur les motifs et le déroulé de la grève générale du jour.

Salim Nahouda très sollicité ce lundi
Salim Nahouda très sollicité ce lundi

Et à peine assis, alors que nous l’interrogeons sur le droit syndical, le premier motif d’un mouvement qui fédère toutes les injustices, le secrétaire départemental de la CGT Ma part bille en tête sur son dada, les patrons : « il y a deux sortes de patronat à Mayotte. La plus influente entretient une certaine proximité, lors de soirées, avec les services de l’Etat. Ce qui a permis à la Colas d’exercer des pressions sur la Dieccte depuis Paris pour licencier ses délégués syndicaux. » Si le sort a été différent pour les deux délégués SOMACO épargnés, « pourtant accusés aussi de blocage d’accès à l’entreprise » c’est autant « une prise de conscience de la situation mahoraise », que l’évocation du spectre d’une grève générale, selon lui.

Deux secteurs sont visés par la grève de ce mardi 3 novembre. Le secteur privé pour lequel l’intersyndicale CGT-CFDT-FAEN-FO-Solidaires-FSU, demande l’application immédiate des conventions collective et le code du travail national, le droit à la solidarité nationale pour les retraites de base et complémentaires, les prestations sociales. Et le secteur public, avec une reconstitution de carrière pour les ex-agents de la collectivité départementale (CDM), une indexation des salaires à 53% et l’attractivité du territoire.

« Stop à la production de documents ! »

Un des combats de la CGT Ma
Un des combats de la CGT Ma

Comment Salim Nahouda justifie-t-il  ces revendications ? Il rappelle tout d’abord l’implication de l’Etat, « qui signait jusqu’en 2004 les arrêtés de recrutement des fonctionnaires de la Collectivité. Il devrait donc reprendre la totalité de leurs années de service comme dans les autres départements. » Ce n’est pas le cas, et outre les montants ridicules des pensions à Mayotte, les fonctionnaires ex-CDM, ces « oubliés de la République », partent à la retraite pratiquement au même barème qu’une jeune recrue.

Pour que l’information soit complète, le syndicaliste évoque d’une part la loi de mars 2012 sur la résorption de la précarité dans la fonction publique, « sous condition d’une ancienneté de quatre ans », dont Mayotte est exclue, et l’avancée à l’ARS et la DEAL, « deux services de l’Etat qui ont pu bénéficier d’une prise en charge des ? de leurs années d’ancienneté. »

L’application du code du travail est demandée depuis plusieurs mois maintenant. C’est même une des raisons d’exister du document Mayotte 2025. « Stop à la production de documents ! », réagit Salim Nahouda, « les Etats généraux de l’outre-mer en 2009, la Conférence sociale en 2012 et Mayotte 2025 cette année. On veut des actes ! »

Et toujours la vie chère

Salim Nahouda: "Longoni, lâché par l’État en 2012"
Salim Nahouda : “Des profiteurs aux marges exorbitantes”

Et il y a encore un long chemin : « Seuls 22% du code du travail s’appliquent à Mayotte selon la Dieccte Paris ». Les autres DOM ont quand même attendus 60 ans avant un rattrapage pas tout à fait intégral. Un argument que Salim Nahouda détourne : « Mayotte aussi a attendu plus de 70 ans. Si nous n’avons pas été département en 1946, c’est un choix imposé par le pouvoir parisien ».

Sur le sujet controversé de l’indexation, Salim Nahouda reste ferme : « ce ne sont pas les salaires élevés qui ‘tirent les prix vers le haut’, mais des profiteurs aux marges exorbitantes, déjà contestées lors de la grève de 2011. » Et il le prouve par les yaourts : « un pack de 4 Activia vendu 1,65€ en métropole, va l’être 2,95€ à La Réunion et 7,25 € à Mayotte. Quel fret aérien entre nos deux îles justifie ces presque 5 euros d’écart ?! »

Un parcours de manif  traditionnel

Les supermarchés dévalisés depuis deux jours
Les supermarchés dévalisés depuis deux jours en prévision d’une rupture d’approvisionnement

Il voit plutôt l’indexation comme une relance de l’économie par le secteur privé, « par la dépense individuelle ». Conscient malgré tout que cette surrémunération grève les budgets communaux et départementaux, il estime qu’un supplément de dotation globale de l’Etat très inférieure à Mayotte sur les autres DOM, peut y pallier.

Des revendications assez vastes pour mobiliser une vingtaine de branches, représentées ce lundi matin pour les derniers préparatifs : « rassemblement sur la place de la République, où nous échangerons jusqu’à 10h, puis départ vers la mairie de Mamoudzou côté mer, montée vers le commissariat en passant devant le conseil départemental, Jacaranda, et retour place de la République. » Pas de sit-in devant les grilles de la préfecture, mais un sacro-saint retour de la délégation qui y sera reçue, « que nous transmettrons ensuite aux manifestants. »

Ce qu’ils attendent, c’est l’ouverture de négociations avec l’Etat « que leurs experts se prononcent en argumentant, sur les spécificités et les progressivités de Mayotte, pour adapter toutes les mesures de droit commun. »

Un mouvement hyper cadré, tel qu’il annonce : « chaque organisation syndicale aura son équipe de sécurité, la CGT par exemple aura des brassards jaunes. Si des éléments extérieurs perturbateurs s’immiscent, nous avertirons les forces de l’ordre. »

Reconductible “en fonction de la mobilisation et des réponses de l’Etat”.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...