22.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilEconomieCité des métiers: les deux ans d’une institution déjà bien installée

Cité des métiers: les deux ans d’une institution déjà bien installée

La cité des métiers présentait ce mardi une salle de vidéoconférence. Le nouvel équipement vient parachever deux années de monter en puissance d’un outil au service du développement économique.

La présentation de la salle de visioconférence par Bacar Achiraf, le directeur de la cité des métiers
La présentation de la salle de visioconférence par Bacar Achiraf, le directeur de la cité des métiers

Quand Mayotte se donne les moyens de rattraper ses retards, le succès peut être rapidement au rendez-vous. C’est la démonstration faite par la cité des métiers. Elle avait obtenu un accord de principe d’Univers sciences qui détient le label «cité des métiers» le 5 avril 2013. Le département a délibéré le 30 avril suivant pour une ouverture en août de la même année. «Ils ont été bluffés par la rapidité de la mise en œuvre du projet. A La Réunion, ils ont mis 2 ans pour faire la même chose», se félicite Bacar Achiraf, le président de la cité des métiers de Mayotte.

Deux ans plus tard, les institutions nationales qui chapeautent ces cités pourraient être tout autant surprises. Car Mayotte s’apprête à rendre des comptes, et notre département a un beau dossier à présenter. Doté du label «projet», la cité des métiers mahoraise doit prouver à présent qu’elle a rencontré son public, ses partenaires et que ses missions sont bien remplies. L’objectif est de décrocher le label de façon définitive.

Un outil au service de l’emploi

«Les partenaires sont essentiels car l’équipe n’est là que pour huiler les rouages. Ceux qui la font vivre, ce sont tous ceux qui ont signé un partenariat avec nous et qui en ont fait un outil», souligne Bacar Achiraf. Ils sont une quinzaine à avoir signé: La couveuse d’entreprise Oudjerebou, le centre de bilan de compétence, le vice-rectorat, la mission locale, l’Adie, les CEMEA, Ladom, le BSMA, le CRIJ, la BGE, le CCI, des associations… Chacun, avec ses problématiques liées à l’emploi, à la formation professionnelle et aux métiers, s’est approprié la structure.

A côté du lycée de Mamoudzou, la cité des métiers s'est installée
A côté du lycée de Mamoudzou, la cité des métiers s’est installée

Hier mardi, Pôle emploi réunissait par exemple des chefs d’entreprises pour présenter l’ensemble des dispositifs disponibles à Mayotte en terme de contrats aidés. «C’est une session intéressante parce que nous cherchons à faire venir tous les publics. Et les chefs d’entreprise doivent aussi nous considérer comme un lieu qui peut leur être utile».
Le public est toujours plus nombreux avec près de 9.000 visiteurs enregistrés en 2015 alors que l’année n’est pas terminée. Les jeunes, particulièrement les moins de 26 ans, forment le gros des usagers. D’où l’importance de toucher d’autres publics, les chefs d’entreprises mais aussi les salariés.

Amener la cité hors de Mamoudzou

Pole emploi présentait les dispositifs de contrats à des chefs d'entreprise ce mardi à la cité des métiers
Pole emploi présentait les dispositifs de contrats à des chefs d’entreprise ce mardi à la cité des métiers

«Nous avons un 2e défi à relever, c’est amener la cité de métiers auprès de ceux qui ne peuvent se rendre facilement dans nos locaux», relève Bacar Achiraf. Ainsi, avec le vice-rectorat, le partenariat vise à porter l’information sur les métiers, les filières et la formation professionnelle directement dans les écoles. Ce mercredi par exemple, quatre classes de 4e seront sensibilisés aux métiers de journaliste ou greffier, comme d’autres l’ont été sur, par exemple, la profession de «géomaticien», «une profession qui mêle géographie et informatique, un métier d’avenir à Mayotte où on a des besoins importants en cartographie», souligne le directeur.

L’arrivée de la Cité des métiers répondait à Mayotte à un véritable besoin alors que nos jeunes manquaient souvent d’ambition faute de pouvoir se projeter dans des professions. «C’est malheureusement encore vrai. Il y a encore beaucoup de fausses représentations sur de nombreux métiers et des orientations que l’on choisit par défaut sans qu’il y ait de vrais débouchés. D’où l’importance de ce travail pour que Mayotte puisse former des jeunes pour des postes dont elle a besoin».

Un centre d’examen

Les partenaires sont venus découvrir un nouvel outil à leur disposition
Les partenaires sont venus découvrir un nouvel outil à leur disposition

La mise en service de la salle de visioconférence, présentée ce mardi, permet à la cité de développer de nouvelles missions. La présentation à peine achevée, des étudiants sont d’ailleurs venus suivre un cours dispensé par l’université de La Réunion.

Formation à distance ou entretiens d’embauche, la ligne sécurisée permet de multiples applications. «On va même pouvoir réaliser des oraux d’examen», s’enthousiasme Bacar Achiraf. Voilà une mission que la cité des métiers n’avait pas anticipée et qui est pourtant devenue une réalité. Elle est devenue un centre d’examens pour Mayotte avec des épreuves qui se déroulent à distance. Un argument de plus à verser au dossier pour obtenir le label final.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139114
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139114
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139114
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139114
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139114
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139114
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...