28.9 C
Dzaoudzi
mercredi 19 juin 2024
AccueilorangeLes violences faites aux femmes changent de visage

Les violences faites aux femmes changent de visage

La Journée internationale des violences faites aux femmes était marquée par les portes-ouvertes de l’ACFAV aux autres acteurs et au public, ce mercredi à Mtsapéré. Un contexte qui n’est pas parfaitement connu à Mayotte, pour le directeur de l’ACFAV, qui demande un état des lieux.

Explications de Faouzia Cordji sur la notion de "macho"
Explications de Faouzia Cordji sur la notion de “macho”

« Dis madame, c’est quoi un ‘macho’ ? »… Ce petit garçon de primaire s’adresse du bout de son mètre vingt à Faouzia Cordji, il ne pouvait pas mieux tomber. « Mais attention, je ne suis pas macho ! », précise-t-il alors que celle qui est à l’origine de l’ACFAV, lui décrit l’archétype d’un macho à son âge, « notamment, de ne pas faire son lit parce que ce serait un ‘truc de fille’ ! »

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, l’Association pour la Condition Féminine et d’Aide aux Victimes organisait une journée portes-ouvertes à Mtsapéré. Plusieurs acteurs et associations étaient présents, de Solidarité Mayotte, au Centre départemental d’accès aux droits en passant par le CHM ou la gendarmerie.

Tous œuvrent dans l’accompagnement des victimes, certains sont moins connus. Comme l’association « Super Décidé* » de Tsingoni, un nom évocateur, son vice-président Issouf Mohamed, l’est en tout cas : « Depuis deux ans, nous luttons contre toutes les formes de violence. Qui touchent les femmes, mais aussi dans les établissements scolaires. Nous sensibilisons actuellement au collège de Tsingoni parents et enfants, car chacun a sa part, à commencer dans le respect des professeurs. »

Chantage à la carte bleue

Une évolution des violences pour Djamil Djalalaine
Une évolution des violences pour Djamil Djalalaine

L’ACFAV**, c’est 3 services d’accompagnement : l’aide aux femmes victimes de violences conjugales, le point d’info-famille et le service d’hébergement d’urgence qui accueille les femmes en situation de précarité. « Elles sont mises à l’abri pendant 15 jours, pendant lesquels nous les accompagnons pour trouver un logement à leur sortie. » Les différentes permanences sont à Dzoumogné, Majicavo au Centre pénitentiaire, à Kawéni eu TGI, à Pamandzi, à Mtsapéré et à Cavani, depuis lundi, avec l’ouverture d’un accueil de jour en face du Crédit agricole.

Son directeur, Djamel Djalalaine, évoque une évolution dans les formes de violence, « qui sont plus psychologiques, avec des insultes ou du harcèlement. Souvent pour des motifs d’argent, mais pas dans le sens que l’on croit. Si les femmes en situation irrégulière réclament leur pension alimentaire, les mahoraises, de plus en plus autonomes, peuvent être menacées de divorce si elles ne donnent pas leur carte bleue à leur mari. »

« 80% des femmes violentées retournent avec leur conjoint»

L'association "Super motivé" de Mayotte, œuvre à Tsingoni
L’association “Super motivé” de Mayotte, œuvre à Tsingoni

Lors de son discours inaugural, il soulignait la nécessité d’obtenir un état des lieux fiable, « on sait que 80% des femmes accueillies retournent avec leur conjoint, mais sans en connaître les raisons exactes, les enfants, la dépendance ? ». Mais aussi, l’accès à une aide juridique, « avec notamment la nécessaire présence d’un référent gendarmerie à l’hôpital », et regrettait que des partenaires de l’ACFAV que devraient être les mairies ne s’investissent pas plus. Pour lui, c’est le premier contact qui va être déterminant, « c’est pourquoi notre équipe part en formation technique. »

Les femmes violentées doivent savoir qu’existe le Centre d’accès aux droits (CDAD) qui les conseille sur leurs recours judiciaires, le dépôt de plainte, l’avocat, l’aide juridictionnelle, etc.

A Solidarité Mayotte, on accueille des femmes demandeurs d’asile, marquées à différents stades par la violence : « du viol dans le pays d’origine, aux violences sur la route de l’exil, à la situation sur place à Mayotte, où tant qu’elles n’ont pas le statut de réfugiée, elles doivent se prostituer pour survivre. »

Une journée qui aura accueillis beaucoup de scolaires, mais les jeunes sont eux aussi touchés, de prés ou de loin : « une petite fille nous a demandé qui elle devait contacter si elle était témoin de violences, sans plus de précisions, » glissaient les gendarmes, présents eux-aussi ce mercredi matin.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

* 06 39 21 27 70
** 0269 61 29 49 ou le numéro vert gratuit 5555

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...