24.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilEducationItinéraire parisien au pays de Delacroix et de Marivaux pour des étudiants...

Itinéraire parisien au pays de Delacroix et de Marivaux pour des étudiants du CUFR

La Comédie Française, l’Opéra Garnier ou le Louvre ne sont plus des rêves abstraits pour 12 étudiants du CUFR. Entrainés par leur enseignant, ils ont découvert Paris et ses chefs d’œuvre. Un voyage quasi initiatique qui les a aidé à évoluer.

Sur les ponts de Paris...
Sur les ponts de Paris…

L’initiative vient d’un enseignant présent depuis 20 ans à Mayotte. Jean-Louis Rose est professeur de littérature médiévale au Centre Universitaire de Formation et de Recherche (CUFR) de Mayotte. Mais pas seulement. Il anime un atelier théâtre, la toute jeune université mahoraise née en 2011, n’ayant pas encore de Centre culturel.

En novembre 2014, il avait amené ses élèves et des lycéens de Bamana à La Réunion pour y découvrir des spectacles. « Ce qui a créé une émulation chez les jeunes qui ont eu envie de poursuivre cette action et de créer un atelier », rapporte-t-il. Et deux mois plus tard, accompagnés par la compagnie Ari Art d’El Madjid Saindou, un atelier de 3 heures de théâtre hebdomadaire voyait le jour.

La nécessité d’une politique culturelle au sein du CUFR se fait jour, dont il devient le coordonnateur, nouant des partenariats avec Hippocampus ou Ciné Musafiri. Il choisit le créneau disponible entre midi et 14h pour les étudiants, et des conférences hebdomadaires sont lancées, « Améliorer l’apprentissage grâce aux neurosciences », « Utilitarisme et économie », sont deux des thèmes abordés en 2016. « Je profite de la présence à Mayotte d’intervenants qui apportent leur savoir en le rendant accessible à tous. » Une convention « Université lieu de culture », a été signé dans ce cadre à la préfecture le 2 juillet 2015.

Grandes chorégraphies et tableaux d’anthologie

Les grandes scènes de théâtre
Les grandes scènes de théâtre

Mais le déplacement à La Réunion l’année précédente leur donne des envies d’ailleurs, et l’atelier théâtre se déplace à Paris, avec 12 étudiants en Lettres, AES, Droit ou Géographie. C’est Anne-Violaine Taconet, professeur certifiée de théâtre qui assure le relai sur place et qui prépare le séjour du 4 au 11 novembre. Le financement de 18.000 euros est assuré par la DAC de la préfecture de Mayotte, le fonds FEBECS de financement des voyages culturels, le CUFR et un mécénat d’IBS.

La nuit, ils dorment à l’auberge de jeunesse Yves Robert dans le 18ème, et le jour, ils écument les plus grandes scènes parisiennes, l’Opéra Garnier, pour un spectacle chorégraphique, la Comédie Française et « La Double Inconstance » de Marivaux, ou le Théâtre de l’Odéon pour « Vu sur le pont » d’Arthur Miller,  et approchent les grands chefs d’œuvres des musées, au Louvre, « La liberté guidant le peuple » de Delacroix, les sculptures de l’Egypte ancienne, de l’Antiquité grecque, ou la Grande galerie de l’évolution du Musée d’Histoire Naturelle avec une exposition de photographies de Robert Doisneau.

La misère à Paris

Découverte du Sénat
Découverte du Sénat

Et bien sûr, Thani Mohamed Soilhi les a accueillis à bras ouvert pour une visite poussée du Sénat, « où nous avons assisté à une partie des débats », indique Jean-Louis Rose. Avec une réflexion menée avec le sénateur sur le fonctionnement de la République, « et la possibilité pour chacun de gravir les échelons de la société ».

La plupart des 12 étudiants n’avait jamais mis un pied en métropole. Ce n’est pas exagéré de dire que Naïlami Hadhari a encore des étoiles dans les yeux : « J’ai enfin un aperçu de la culture française. J’ai surtout été marqué par la chorégraphie qui racontait à sa façon une histoire d’amour et la pièce de théâtre « Père » d’Auguste Strinberg ».

Ce qui l’a choqué nous ramène à la réalité parfois oubliée de la métropole : « Je n’ai pas aimé voir cette misère, les mendiants dans la rue et ceux qui dorment dans le métro. »

48h avant les attentas

Jean-Louis Rose et Naïlami Hadhari
Jean-Louis Rose et Naïlami Hadhari

Un voyage qui l’a amené à revenir sur un éventuel départ vers la métropole, « je ne suis pas sûr de vouloir partir, entre le dépaysement et la météo de novembre… ». Des prises de conscience indispensables en amont, pour infléchir le fort taux d’échec de nos étudiants en métropole.

Cet enrichissement collectif ne reste pas sans écho puisque Naïlami Hadhari, qui travaille à côté de sa 2ème année de licence de Lettre moderne comme assistant d’éducation au collège de Koungou, œuvre à la création d’une troupe de théâtre.

Leurs « Itinéraires culturels » 2015, comme aime à l’appeler Jean-Louis Rose, s’est achevé deux jours seulement avant les attentats terroristes de Paris. Un événement qui les aura plus particulièrement bouleversés, eux qui côtoyaient les centres névralgiques culturels parisiens 48h avant, « Plus que jamais, la culture sous toutes ses formes est certainement la meilleure arme contre la violence aveugle et le fanatisme », souligne gravement l’enseignant.

Il ne manque pas de projets pour l’avenir et louche du côté de Strasbourg, de son Théâtre national et des instances européennes.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139515
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139515
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139515
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139515
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139515
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139515
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...