24.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilorangeRondes de voisins : Une pièce du puzzle de reconstruction de la...

Rondes de voisins : Une pièce du puzzle de reconstruction de la société mahoraise

Ce n’est pas par hasard si le dispositif renforcé de Voisins vigilants fait écho à la devise de Mayotte, « Ra Hachiri », « nous sommes vigilants ». Il correspond pour son initiateur Elad Chakrina, à une adaptation nécessaire à la déliquescence de la société mahoraise, à sa perte de repères, pour pouvoir se réapproprier ses valeurs.

Elad Chakrina en compagnie du commissaire Miziniak lors de la première réunion des voisins vigilants
Elad Chakrina en compagnie du commissaire Miziniak lors de la première réunion COSEM des voisins vigilants

Au titre d’avocat Elad Chakrina peut rajouter l’adjectif « boulimique ». Arrivé de métropole en août 2013, il initiait en juillet 2015 le COSEM, et le dispositif de rondes de nuit qui font des voisins davantage des alliés contre la délinquance que de simples « vigilants ». « Il fallait combler les carences du terrain », nous explique-t-il pudiquement, lors d’un échange sur un bilan des premiers mois du dispositif.

Les insuffisances des forces de l’ordre à Mayotte font que « l’espace public est occupé par les voleurs et les délinquants, les riverains devaient se le réapproprier. » Les premiers effet se sont immédiatement faits sentir, pas seulement auprès des délinquants : « Dans les quartiers où les rondes sont mises en place, nous notons une présence plus régulière des forces de l’ordre. »

Il ne s’agit pas d’une démarche uniquement sécuritaire, au risque de faire à la place de l’Etat dans son rôle le plus régalien, mais aussi de recréer une dynamique que les quartiers avaient perdu : « Ce lien rend les voisins, moins vulnérables, plus soudés. »

Aucun dérapage, mais de la dissuasionGilet fluo COSEM

Si elles ont commencé par le quartier de Convalescence, six communes ou quartiers sont maintenant couverts par les rondes, Hauts Vallons à Mamoudzou, Kangani, Bouéni, Tsoundzou, Mtsamboro et un début à Sada : des rondeurs par groupe de quatre, patrouillent certaines nuits, de 22h à 4h du matin, équipés de gilets fluo, de sifflets et de lampe de poche. « On trouve des volontaires », explique-t-il face à notre étonnement.

La crainte était d’assister à des réactions d’impulsivité de la population excédée par les cambriolages à répétition, mais rien de tout cela, « chacun est responsable de ses gestes, nous le répétons à chaque ‘rondeur’, et leurs noms sont systématiquement diffusés aux services de gendarmerie ou de police de garde. Il n’y a pas eu de dérapages.» Plusieurs fois, les habitants se sont trouvés nez à nez avec des jeunes qui manifestement n’étaient pas du coin, « une simple discussion est dissuasive, et les jeunes prennent conscience que les habitants sont soudés, et s’en vont. C’est d’ailleurs un réflexe villageois qu’on avait ici autrefois. »

De 2011 à la déstabilisation des Comores, plusieurs explications

Elad Chakrina : "Plusieurs explications à cette situation"
Elad Chakrina : “Plusieurs explications à cette situation”

Alors, comment en est-on arrivé là ? Le mouvement social de 2011 revient comme un boomerang en première explication, et « le sentiment d’impunité des jeunes qu’on a laissé rançonner. Nous n’avons d’ailleurs jamais fait le bilan de ces évènements, car il y a eu des dégâts matériels mais aussi et surtout sociaux, moraux et une perte de la tolérance avec une radicalisation communautaire. » Un bilan qui semble urgent, « certains élus irresponsables minimisent et disent qu’il n’y a pas de problème de sécurité. »

C’est une succession de faits ensuite : « la déstabilisation des Comores avec une succession de coups d’Etat dans les années 90, le visa Balladur, des arrivées dans des conditions difficiles, des villages entiers qui se bâtissent un peu partout dans l’île, des Mahorais qui partent en métropole, et qui apprennent vite les actes violents dans les quartiers difficiles et qui finissent par revenir à Mayotte, puis les expulsions en chaîne dans les années 2000, laissant des mineurs seuls sur le territoire. 2011 arrive alors comme une cerise sur un gâteau explosif, avec des forces de l’ordre en nombre insuffisant, et personne pour inverser la tendance. »

Mayotte la bantoue, l’arabo-musulmane et l’occidentale

Signature de la convention par Nourdine Bacar
Signature de la convention par Nourdine Bacar

Il accuse des représentants de l’Etat qui minimisent en permanence auprès de Paris la gravité des situations, « et nous ne savons pas nous-mêmes faire du lobbying, tisser des réseaux pour être entendus. Pire, avec notre fichu complexe d’insulaire, nous confions cette tâche à des cabinets réunionnais, métropolitains ou bruxellois ! » Tisser de la proximité avec les hommes de pouvoir, c’est cela aussi défendre son territoire.

Troisième manque : les crédits. « En brigade de gendarmerie notamment, pour laquelle on pourrait créer une école, mais en amont, des finances pour accompagner l’emploi, et monter des partenariats publics-privés ».

En 2016, le COSEM passe à la vitesse supérieure, avec notamment la convention signée avec les cadis. Il s’agit de revenir à la structure initiale de la société mahoraise en impliquant les cadis, « et prendre conscience pour toute nouvelle évolution, de notre triple dimension culturelle : bantoue qui implique de prendre une décision de manière tribale collégiale, arabo-musulmane qui met en avant l’organisation de confréries et le poids des cadis, et enfin, occidentale qui incite à respecter la position sociale de l’individu. »

L’aboutissement, à moyen terme, serait de rendre les trois compatibles « dans un Conseil des sages, qui rassemblerait tous ces éléments, et en n’oubliant pas ceux qui travaillent dans le sport et l’associatif dans les villages. »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...