22.9 C
Dzaoudzi
vendredi 19 juillet 2024
AccueilEconomieLongoni : Nouvelle demande d’expulsion alors que la SMART part démarcher CMA-CGM

Longoni : Nouvelle demande d’expulsion alors que la SMART part démarcher CMA-CGM

Prendre un avion pour aller négocier des contrats, ça n’est pas donné qu’à François Hollande. Traversant une passe difficile, la société de manutention SMART a décidé de se battre pour regagner des parts de marché. Explications des rebondissements de la semaine au port.

Arlette Henry, gestionnaire de la SMART
Arlette Henry, cogestionnaire de la SMART

Lorsqu’ils apprennent que leur principal client CMA-CGM signe avec le gestionnaire du port de Longoni, Mayotte Channel Gateway (MCG), pour le marché de l’aconage, le sang des salariés et de la direction de la SMART ne fait qu’un tour, et ils décident de ne plus décharger les navires de cette compagnie. L’armateur marseillais s’explique alors auprès de la SMART sur les raisons de ce lâchage, «notamment parce que nous n’avions plus d’autorisation d’occupation temporaire (AOT) sur la zone portuaire», nous explique Arlette Henry, cogérante de SMART.

Une AOT que la société n’a jamais eue, même du temps de la gestion par la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI).

CMA-CGM signe alors la convention de manutention avec Manu Port, récente filiale de MCG, «avant de s’apercevoir qu’il n’avait pas obtenu l’agrément du conseil départemental», propriétaire du port, «et de modifier le contrat au bénéfice de MCG.»

Clause de manutention toujours pas tranchée

Porte-containers CMA-CGM
Porte-containers CMA-CGM

Car cette dernière, par la bouche de sa présidente Ida Nel, avance pouvoir être à la fois gestionnaire du port et manutentionnaire en vertu de l’article 4 de la Délégation de service public (DSP). C’est ce point qui est à l’origine du conflit au port, et qui n’a pas vraiment été tranché sur le fond. Mais l’absence d’AOT a incité le tribunal administratif entretemps à ordonner l’expulsion de la SMART.

Pour éviter tout blocage, le préfet était arrivé à obtenir un consensus le 23 décembre en forme de grand écart: la SMART aurait son AOT sur 11.700 m2 et en échange, MCG pourrait effectuer la manutention avec son personnel, mis à disposition par la SMART. Mais l’AOT attendait un conseil portuaire pour être délivré. Problème: alors que la loi les impose semestriellement, cela fait plus d’un an qu’il n’y en a pas eu.

La SMART en position délicate face à CMA-CGM

Face aux agents de  la SMART, les gendarmes interviennent pour déplacer les engins bloquant le déchargement au quai 2
Intervention des forces de l’ordre pour débloquer le port la semaine dernière

«Quand nous nous sommes rendus compte que nous n’avions toujours pas l’AOT, nos agents ont décidé de bloquer le quai et les navires de CMA-CGM en guise de protestation», explique Arlette Henry. En réaction, Ida Nel décide de ne pas respecter l’accord du 23 décembre.

Le préfet demande alors la tenue d’un conseil portuaire exceptionnel ce mercredi 27 janvier, sans condition de délai, où agrément et AOT devaient être octroyés. Qui ne se tiendra pas faute de quorum, notamment par l’absence des représentants de MCG et de la CCI. «Nous avons appris qu’Ida Nel a de nouveau déposé un référé pour nous expulser du port», nous apprend Arlette Henry.

Au regard de la situation, la compagnie CMA-CGM a souhaité rencontrer les dirigeants de la SMART, «ils nous ont proposé dans un écrit de signer avec nous une convention de manutention.» Reste à savoir sous quelle condition… La SMART est loin d’être en position de force: elle ne peut signer ce contrat sans AOT, qui devrait lui être délivré par le gestionnaire MCG, après avoir consulté le département. De son côté, le conseil portuaire dont on ne sait de quel côté va balancer la majorité, MCG ou la SMART -l’absence récente de quorum en donne une idée- peut seulement émettre un avis. L’octroi d’un AOT n’est d’ailleurs pas explicitement mentionné aux 7 points de ses prérogatives, selon l’Art 623-1 du Code des Ports.

Alors que CMA-CGM représentait 70% du chiffre d’affaire de la SMART, on peut supposer que, de toute manière, la compagnie de manutention sera touchée.

C’est donc pour minimiser la casse qu’Arlette Henry, Jacques Virin, actionnaire à 40% de la SMART et Gilles Langlois, autre cogérant, vont rencontrer lundi Franck Magarian, vice-président de CMA-CGM à Marseille.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...