26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 21 juillet 2024
AccueilEconomieFutures lois de finances : perte de ressources pour les communes… excepté...

Futures lois de finances : perte de ressources pour les communes… excepté Koungou

Alain Guenguant, expliquait les lourds impacts de la loi de finances 2016 sur le moyen terme
Alain Guenguant, expliquait les lourds impacts pour les communes de la loi de finances 2016 sur le moyen terme

L’heure de la préparation du débat d’orientation budgétaire a sonné dans les communes. Pour les aider à anticiper sur la réforme en cours, le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) a organisé une journée de formation dispensée par Alain Guenguant, directeur de recherche au CNRS-Université de Rennes I.

Sur la cinquantaine d’articles qui composent la loi de finances 2016, celui qui porte sur la réforme de la dotation globale de fonctionnement est central : « elle va impliquer une modification importante de cette distribution de l’Etat vers les communes à court et surtout moyen termes. »

La dotation globale de fonctionnement (DGF) créée en 1979, est la plus importante contribution de l’Etat aux collectivités, qui se sont partagées 15 milliards d’euros l’année dernière en France. Sa réforme devait entrer en application au 1er janvier 2016, mais un point pose problème et devrait faire l’objet d’une évolution, différant la réforme d’un an.

20 euros par habitant pour les communes ruralesLoi finances dotation centralité

Les trois quarts de cette DGF sont alloués grâce à une dotation forfaitaire, elle-même partagée en trois dotations aux noms évocateurs : la dotation de base, la dotation de ruralité et la dotation de centralité.

Comme son nom l’indique, la dotation de base alloue 75,72 euros exactement par habitant à chacune des communes de France, qu’elle s’appelle Paris, Rochefourchat (la plus petite avec 1 habitant) ou Bandrélé. Mayotte est à ce sujet désavantagée, “nous ne sommes recensés que tous les 5 ans!”, faisait remarquer un DGS. Petite anecdote, on ajoute à la population du dernier recensement, un habitant par résidence secondaire, “et en métropole, les gens du voyage, mais ici vous n’en avez pas?”, s’enquérait Alain Guenguant. Laissant un sourire planer dans l’assistance qui suggérait qu’il y avait bien “des gens du voyage” à Mayotte… Et justement, à rajouter au recensement.

La dotation de ruralité est perçue par les communes… rurales, caractérisées par une faible densité de population, qui reçoivent 20 euros par habitant. A Mayotte, seront bénéficiaires Bandrélé, Kani Keli, Tsingoni, Chirongui, Dembéni, Bandraboua et Mtsangamouji.

C’est la troisième qui pose problème : « La dotation de centralité est à l’origine du report de la réforme », explique l’expert en finances locales. La volonté du gouvernement est de territorialiser les dotations, c’est à dire de les allouer aux intercommunalités (groupements de communes) naissantes, « mais les maires s’y sont opposés ». Paris y est arrivé malgré tout, par un calcul savant, et à impact différé.

99% des crédits à Mamoudzou

Seule Koungou s'en sort dans cette simulation
Seule Koungou s’en sort dans cette simulation

Comment s’y sont pris les spécialistes ? En répartissant aux interco puis aux communes, dans un schéma qui va peu à peu léser ces dernières. Ils ont d’abord décrété que chaque interco serait dotée en fonction de sa population, 15 euros par habitant pour les moins de 500.000 habitants, 45 euros pour les autres, « on suppose en effet que les charges de l’intercommunalité augmentent avec leur taille ».

Quant aux communes, ce sont les têtes de pont des interco qui devaient être les mieux dotées, les communes considérées comme « centrales » de par leur population. Un calcul savant mais inégal : « lorsqu’une commune se détache franchement, le partage devenait inéquitable, comme Paris ou Mamoudzou qui captaient plus de 99% des crédits, au détriment des périphéries, comme Dembéni ici. »

Les financiers ont donc décentralisé les décisions en proposant que les interco puissent voter leur propre schéma, ou au pire, décider d’une attribution des dotations en fonction de l’investissement de chacune des communes.

77% des communes ultramarines y perdront

Les mesures dérogatoires en débat
Les mesures dérogatoires en débat

Mais le clou, c’est la contrainte finale : aucune commune ne pourra percevoir moins de 95% de sa dotation de l’année précédente, ou plus de 105%. Une règle reproduite chaque année à l’infini… « En calculant 95% de 95% etc., dans 15 ans, le plancher sera à 50% des montants d’avant réforme, et à l’inverse, à 200% pour les communes au plafond… ».

Pour faire simple, les communes actuellement au plafond auront doublé leur dotation en 2031, quand les autres en auront perdu la moitié ! Notre expert du jour a effectué une simulation : « les 2/3 des communes françaises seront au plancher, elles seront prés de 77% dans les DOM. Et à Mayotte, la seule commune à s’en sortir c’est Koungou. »

La preuve selon lui que les règles dérogatoires ne servent pas toujours nos populations ultramarines (la preuve Koungou ne fait pas partie des communes rurales dotées), et Alain Guenguant répétait ce qu’il avait confié il y a un an au JDM : « les départements d’Outre-mer seraient gagnants en adoptant les règles de droit commun… »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...