27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 16 juin 2024
AccueilEconomieAlzheimer, c’est quoi déjà ?

Alzheimer, c’est quoi déjà ?

Bacar Hadurami, président de la FMAPAR
Bacar Hadurami, président de la FMAPAR, coorganisateur de cette journée

C’est la 1ère journée consacrée à cette maladie qui touche surtout les personnes âgées. Difficile d’en cerner les victimes à Mayotte faute de données chiffrées, donc « on suppose » qu’une partie de la population est touchée. « Cette absence de diagnostic nous fait passer à côté du Plan d’action nationale de lutte contre la maladie d’Alzheimer », déplorait Bacar Hadurami, président de la FMAPAR.

Car face à ce constat, la Fédération Mahoraise des associations des Personnes âgées et des retraités, a souhaité cette 1ère journée de réflexion, réunissant différents acteurs. Un travail qu’elle a mené avec l’Association Famille Rurale, qui regroupe 11 associations à Mayotte et l’Union départementale des associations familiales. On ne part donc pas de rien à Mayotte en matière d’accompagnement des personnes âgées.

Les signes de la maladie et ses conséquences pour le patient et sa famille étaient détaillés par le docteur Ramlati Ali. Elle rappelait que cette « démence présénile » avait été décrite par le docteur Alois Alzheimer en 1907, après l’analyse du cerveau d’une femme décédée à 55 ans. « Plus on avance en âge, plus on a la « chance » d’attraper la maladie d’Alzheimer. La prévalence à 80 ans est de 20% ».

Perte de mémoire et désorientation

Le docteur Ramlati Ali détaillait les troubles de la maladie d'Alzheimer
Le docteur Ramlati Ali détaillait les troubles de la maladie d’Alzheimer

A Mayotte, on mourait plus jeune qu’en métropole, mais l’accroissement de l’espérance de vie augmente les risques d’apparition d’une maladie qui peut évoluer « en 3 ans comme en 30 ans », selon le médecin.

Hérédité et maladie génétique sont des facteurs aggravant et l’un des symptômes les plus marquants est la perte de mémoire, « surtout les souvenirs récents. On note aussi des troubles du langage et de la compréhension, la désorientation dans l’espace et le temps, l’incapacité des réaliser des mouvements simples, les troubles du sommeil, les changements d’humeur, l’absence de jugement qui l’incite à porter un manteau d’hiver en plein été, etc. »

Ces évolutions dans le caractère du patient, une brochure publiée par l’association France Alzheimer les décrit particulièrement bien, évoquant le rôle de « l’aidant », « plutôt de la famille ici à Mayotte », corrige Ramlati Ali. En tout cas, un comportement inapproprié peut déclencher une réaction d’agressivité de la personne atteinte.

Proposer des solutions adaptées à la culture

Mayotte va se doter d'un Service polyvalent d’aide et de soins à domicile, indiquait Issa Issa Abdou. A ses côtés, Salim Nahouda, pt de la CSSM
Mayotte va se doter d’un Service polyvalent d’aide et de soins à domicile, indiquait Issa Issa Abdou. A ses côtés, Salim Nahouda, pt de la CSSM

Plusieurs exemples et conseils sont donnés à l’appui : « ne pas allumer la télévision lorsque le malade mange, son attention ne pouvant être mobilisée que sur une seule action », « toujours présenter l’objet évoqué, la personne malade ayant perdu la faculté de concevoir ce qu’elle ne voit pas » ou « ne lui laisser à disposition que les objets nécessaires à une tâche bien précise car elle peut utiliser sa brosse à dents pour se coiffer, ou adopter des comportements dangereux. »

Le nombre de personnes âgées s’accroit donc à Mayotte, de 5 à 8% selon le vice-président en charge du social et de la santé, Issa Issa Abdou, « ce qui incite le conseil départemental à travailler avec l’ARS sur une étude ciblée pour pouvoir bénéficier des dispositifs nationaux. Nous venons d’ailleurs de lancer un appel à projet pour un Service polyvalent d’aide et de soins à domicile. » Un SPASAD que le projet de loi national sur le vieillissement met en avant.

Il invitait les mahorais à se positionner sur les outils à mettre en place sur le territoire, « des solutions issues de leur culture. »

La journée se poursuivait par l’intervention de l’ingénieur de l’ARS Mouhoutar Salim sur « La place des personnes âgées dans notre société », puis par la présentation de la situation à La Réunion par l’administrateur Annie-Claude Félicité, et la réaction des familles à La Réunion par Géorgius Gruchet, psychologue de l’association France Alzheimer.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...