25.9 C
Dzaoudzi
samedi 22 juin 2024
AccueilorangeLa deuxième chance de l’école de la deuxième chance

La deuxième chance de l’école de la deuxième chance

Le Bac à force de volonté, dans l'école de la deuxième chance
Le Bac à force de volonté, dans l’école de la deuxième chance

Les Ecoles de la Deuxième Chance s’adressent aux jeunes de 18 à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme, c’est-à-dire pour qui l’école n’a pas été un succès.

L’Ecole de la Deuxième Chance offre une formation de 4 à 18 mois. Il s’agit de parvenir à la maîtrise des savoirs de base : lire, écrire, compter, notions d’informatique, notions d’une langue étrangère. Pendant cette période, les jeunes sont amenés à faire deux ou trois stages en entreprise. La formation est très personnalisée, c’est-à-dire que chaque jeune est suivi à l’intérieur de l’école par un « référent » avec qui il peut s’entretenir de ses problèmes tant pédagogiques que personnels. Dans l’entreprise, il est suivi par un tuteur.

100.000 euros plus du tout symboliques

Mariame Saïd a défendu le dossier
Mariame Saïd a défendu le dossier

A la fin de son parcours dans l’Ecole de la Deuxième Chance, le jeune se voit remettre une Attestation de Compétences Acquises (ACA) qui lui sert de passeport pour entrer dans la vie active. Elles sont présentes dans 48 départements, et 4 ultramarins.

A Mayotte, l’école avait ouvert en mars 2015, mais avait connu depuis quelques difficultés, que nous retrace Mariame Saïd, conseillère départementale en charge de la formation professionnelle. C’est l’AOFM (Association des organisme de formation de Mayotte) qui l’avait sollicitée : « Lorsque le dossier m’a été présenté, il ne s’agissait que d’une participation symbolique du département. Or, ils m’ont ensuite demandé 100.000 euros, ce qui était impossible dans le contexte budgétaire que nous connaissons. »

Le préfet vole au secours de l’E2C

La directrice de la Dieccte (Direction du travail), Monique Grimaldi, se saisit alors du dossier, et informe Mariame Saïd de la prise en charge de l’Etat, « nous n’avions plus qu’à verser 10.000 euros, ce qui me semblait raisonnable. » Bien qu’elle donne son accord, au département ça freine toujours « d’abord parce qu’ils craignaient que cela nous engage sur les années à venir », puis, malgré les propos rassurants du directeur de l’école E2C, « ça bloquait toujours du côté du cabinet de la présidence du département ». Pourtant, selon Mariame Saïd, tous les élus soutiennent le dossier.

C’est le préfet Seymour Morsy qui va débloquer la situation : « Il est intervenu auprès du président Soibahadine pour lui demander de soutenir ce dispositif. Ce qu’il a fait. L’école de la deuxième chance a donc notre accord et notre soutien financier de 10.000 euros pendant 3 ans, en plus de la prise en charge de la rémunération des stagiaires. »

Un projet de convention pluriannuel doit encore être rédigé par la Dieccte, « mais on peut dire que l’école de la deuxième chance va pouvoir assurer ses cours », se réjouit Mariame Saïd.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...