26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 23 juin 2024
AccueiljusticeAgression sexuelle devant le Barakili: 4 mois de prison avec sursis

Agression sexuelle devant le Barakili: 4 mois de prison avec sursis

BièresC’est une affaire d’agression sexuelle impliquant des métropolitains qui était jugée à la barre ce mercredi. En sortant du boulot, ce vendredi 17 juillet 2015, Antoine* part boire un coup dans un bar de la zone Nel. Problème, il n’a pas déjeuné, et de bière en bière, sa route va l’amener au Barakili. D’où il ressort à 2h du matin. Là, le vigile tente de le dissuader de prendre sa voiture et d’appeler un taxi, en vain.

Il préfère diriger ses pas vers un groupe de trois personnes, glisse sa main sous la robe d’une des deux filles et traite de « pute » sa copine. A qui il va porter des coups de poing, taper la tête contre une rambarde et déchirer la robe. Ce sont les policiers de la BAC (Brigade anti-criminalité) qui vont mettre un terme aux violences, et qui vont conseiller aux deux femmes de porter plainte.

Les médecins constatent les traces de violence : hématomes au cuir chevelu, ecchymoses sur les cuisses et un genou, la principale victime bénéficiera de 3 jours d’interruption temporaire de travail (ITT). Lui est entendu par la police qui relève 1,25 mg d’alcool par litre d’air expiré, « soit trois fois la dose autorisée », souligne la procureur.

Oubli totalBarre réduc

Outre l’abus de produits toxiques, l’examen psychiatrique révèle une tendance à banaliser les faits liés à l’abus d’alcool, qui désinhibe son comportement. Il faut dire que le prévenu a déjà été condamné pour conduite sous l’empire d’un état alcoolique à La Réunion le 19 février 2015, ce qui lui avait valu une suspension de permis de 5 mois, soit quasiment jour pour jour au moment des faits…

Employé de la SOGEA Réunion, en mission à Mayotte depuis mars 2015, l’homme fait profil bas. Sa perte de mémoire l’y aide, il ne reconnaît ni les jeunes femmes à la barre, qui lui rappellent le déroulé des faits, ni même s’être rendu au Barakili : « J’ai encore maintenant du mal à me remettre de l’idée d’avoir agressé quelqu’un. J’attendais d’ailleurs le jour de mon jugement avec impatience. Je ne supporte pas l’idée de taper sur une femme ou un enfant. »

Il est séparé de sa compagne qui vit avec leur enfant de 11 ans à La Réunion. Il avoue avoir suivi un « petit traitement » dans un Centre d’addictologie réunionnais.

La « Marche des salopes » invoquée à la barre

Me Simon qui l’assiste se demande pourquoi le copain d’une des filles, présent sur les lieux, n’a pas été entendu, « surtout que le prévenu s’est retrouvé dans la voiture des policiers avec une grosse blessure à la tempe, qui lui vaudra 3 points de suture. Soit disant liée à une chute parce qu’il ne tenait pas debout. » IL n’ira pas plus loin faute de preuve.

La vice-procureur elle, goûte peu l’appellation de « petit traitement » de la part du prévenu. Elle voit à la barre un individu alcoolique qui minimise les faits, et « capable d’agressions sexuelles et de violences. » Elle demandera 4 et 6 mois de prison avec sursis pour chacun des agressions, avec mise à l’épreuve.

L’avocate des victimes, Me Ghaem, livrait une plaidoirie féministe, commençant par rappeler le droit pour une femme de porter une jupe, pour évoquer ensuite l’agression sexuelle mais aussi morale des deux jeunes femmes, et pour conclure sur l’utilité de « La marche des salopes » en Suisse, ces femmes qui dénoncent « le viol et l’injustice. » Elle demande prés de 1.000 euros de réparation de préjudice pour chacune des deux femmes, « dont le remboursement de 300 euros de la robe » et préconise un travail d’intérêt général à l’ACFAV**.

Entre ACFAV et judokas

Une affaire de robes
Histoire de robes

Une suggestion qui fait bondir Me Simon qui prendra une posture à l’exact opposé, dénonçant un statut de victime programmé chez certaines femmes : « Arrêtons de faire un lien permanent entre le statut des femmes et celui de victime ! »

Il pousse même jusqu’à envisager la défense de la gente masculine, « qui se fait toucher le sexe dans certains bars, par des filles qui veulent aboutir plus vite et passer une nuit à la clim. On ne dépose pas plainte pour autant ! » Il déplore que les deux filles n’aient pas uni leur force pour se défendre, « et lui balancer un coup de pied dans les parties génitales ». Plus facile à dire qu’à faire. Quant à la robe, « même si la seule que j’ai jamais achetée, c’est celle que je porte, je demande d’écarter la facture. »

Le prévenu adressait ses excuses aux deux victimes en se tournant vers elles, « je suis de votre côté, pour la défense de la condition féminine », dira-t-il. Ce qui ne suffira pas à attendrir les trois juges qui le condamneront à 4 mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

* prénom d’emprunt
** Association pour la condition féminine et l’aide aux victimes

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139509
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139509
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139509
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139509
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139509
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139509
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...