27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 16 juin 2024
AccueilEconomieLa SMART condamnée à payer 335.000 euros à MCG

La SMART condamnée à payer 335.000 euros à MCG

Un engin de manutention bloque l'entrée du port de Longoni ce mercredi 19 août
Les agents de la  SMART menaçaient d’un nouveau mouvement au port

La présidente de Mayotte Channel Gateway, Ida Nel, avait assigné en référé la société de manutention SMART afin qu’elle règle les astreintes dues de 5.000 euros par jour. Elles avaient été validées par un premier jugement du Tribunal administratif du 9 octobre 2015, le juge Aebischer estimant que la SMART occupait la zone portuaire sans titre.

Depuis, un accord avait été trouvé le 23 décembre, le gestionnaire MCG devait donner agrément et titre d’occupation à la SMART, qui mettait du personnel à disposition pour travailler les grues dans lesquelles MCG a investi. Dans l’espoir de défiscaliser, et donc théoriquement soumis à recrutement de salariés.

La SMART n’est plus expulsée

La délibération du tribunal administratif
La délibération du tribunal administratif

Mais le conseil départemental, propriétaire du port, indique régulièrement ne reconnaître qu’un seul manutentionnaire sur le port, la SMART, et le député de Mayotte Ibrahim Aboubacar a même pris sa plume pour dénoncer “un abus de pouvoir condamnable de MCG”, estimant que la société ne pouvait être à la fois gestionnaire et manutentionnaire.

Le tribunal administratif, par la voix du juge Aebischer, donne donc raison une fois de plus à Ida Nel en ordonnant à la SMART de payer les astreintes sur 67 jours, soit 335.000 euros.

L’avocate de la SMART, Me Bernardot, avait introduit une procédure de référé-suspension sur la décision de résiliation de contrat, à la suite d’une proposition d’agrément jugé non conforme par la SMART, « MCG ayant dénoncé la convention de partenariat qui rendait viable la convention”, justifiait l’avocate. Là encore, elle est déboutée, “la juridiction n’est pas compétente”, tranche le TA.

Non seulement la société de manutention a du considérablement réduire son activité en raison de la perte de contrat avec CMA-CGM, mais elle devra payer de lourdes astreintes, comme le précise L’ordonnance du tribunal administratif de MAYOTTE du 11.03.16.

Enfin, MCG ne demande plus l’expulsion de la SMART du port, le tribunal notifie son désistement.

A.P-L.

Le Journal de Mayotte

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139519
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139519
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139519
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139519
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139519
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139519
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...