26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 23 juin 2024
AccueilEconomieIntérim: Le MEDEF dénonce le statu quo

Intérim: Le MEDEF dénonce le statu quo

Le courrier du MEDEF Mayotte au préfet
Le courrier du MEDEF Mayotte au préfet

Thierry Galarme écrit au préfet. Le président du MEDEF Mayotte n’est pas content de la lenteur de la transposition dans notre droit du travail de dispositions pourtant très attendues. C’est à nouveau le sujet de l’intérim qui reste dans les starting-blocks. «Rien de nouveau sous le soleil», écrit-il… et ça commence à chauffer, pourrait-on dire.

Reçu en novembre à Paris par Yves Struillou, le directeur général du travail, et Dominique Ledème, chargé de réformer le code du travail de Mayotte, Thierry Galarme avait exposé les mesures du droit national qui, selon lui, devaient être transposées «en priorité» dans notre département. Elles concernent le droit syndical, la rupture conventionnelle du contrat de travail, les tickets restaurant ou encore l’AGS (Assurance Garantie des Salaires) au profit des salariés, «historiquement créée par le patronat», rappelle le MEDEF. On y trouve aussi la législation sur l’intérim, «maintes fois réclamée par notre mouvement».

Si des mesures devraient être effectivement transposées chez nous, ce n’est pas encore le cas de l’intérim. Dominique Delème a en effet indiqué au MEDEF que, certes, «des travaux ont été menés par la direction générale du travail» sur le sujet, mais que la concertation ne serait pas mûre. «Il ne m’est pas apparu (…) que ce sujet ait fait l’objet d’échanges entre les partenaires sociaux pouvant nous assurer d’un consensus en la matière», indique-t-il.

Une situation «figée»

Pour les entreprises, ce sujet commence pourtant à cristalliser des mécontentements. Le MEDEF rappelle ainsi qu’en l’absence de la législation nationale sur le travail intérimaire, les contrats de chantiers sont nombreux et sont souvent la cause de conflits sociaux, comme ce fut le cas à la Colas.

Thierry Galarme
Thierry Galarme

Le MEDEF continue donc d’affirmer que l’intérim à Mayotte «créera de l’emploi en donnant de la souplesse aux entreprises, cela réduira le travail dissimulé et donnera un véritable statut aux salariés intérimaires, un statut auquel sont attachés les intérimaires en métropole comme dans les autres DOM».

Dans cette logique, le patronat se dit «impatient» et «ne comprend pas que la situation soit figée ainsi». Alors que des acteurs nationaux du travail temporaire jettent les bases de filiales à Mayotte, «devrons-nous attendre le 1er Janvier 2018 pour ce sujet basique?» se demande Thierry Galarme.

Pression sociale

Non sans malice, Thierry Galarme qui affiche son «optimisme», espère que le préfet parviendra à convaincre Paris, «la création d’emplois étant une volonté forte du Président de la République». Et pour mieux lui donner des arguments, il rappelle la pression sociale, forte actuellement dans notre département: «Devrons nous attendre que la voix de la rue s’élève le 30 mars pour que les uns et les autres soient entendus?» interroge-t-il.

Enfin, pour finir de brosser le tableau économique, il rajoute les éléments qui plombent les entreprises de Mayotte, des séquelles de la grève de 2011 à la faiblesse de la commande publique… pour mieux demander «qu’à compter du 1er Janvier 2016 et pour une durée de cinq années soit appliquée aux entreprises de Mayotte, l’exonération totale de charges sociales et impôts habituellement appliqués aux entreprises.»

Code du travail«Encore temps»

Il souhaite pour finir, «la création d’un fonds d’aide destiné à allouer des subventions aux entreprises qui forment leurs salariés, accueillent des stagiaires et apprentis … pour suppléer aux carences en la matière et favoriser l’accès des jeunes et demandeurs d’emploi à l’emploi.»

Agitant les menaces d’un nouveau conflit social long et généralisé qui paralyserait le territoire, il estime qu’il est «encore temps» de le désamorcer, mais que «ce temps nous est compté».
Une réunion de la “Commission Consultative du Travail” est prévue dans 10 jours à la préfecture avec l’ensemble des partenaires sociaux.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139113
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139113
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139113
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139113
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139113
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139113
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...