25.9 C
Dzaoudzi
jeudi 13 juin 2024
Accueilorange«La violence c’est fini, moi j’agis»: le nouveau slogan anti-délinquance à Passamainty

«La violence c’est fini, moi j’agis»: le nouveau slogan anti-délinquance à Passamainty

Les intervenants de cette matinée
Les intervenants de cette matinée

En 2008, au collège K1 de Kawéni, on entrait et sortait comme dans un moulin. En 2016, un double grillage et un filtre à l’entrée veulent laisser la délinquance à l’extérieur de l’établissement. Pour les mêmes raisons, le collège de Chiconi ressemble à un bunker depuis le dernier droit de retrait des enseignants.

En réunissant le temps d’une matinée les élèves de 3ème des 4 collèges du secteur de Mamoudzou, Mgombani, Doujani, Passamainty et Kwalé (Tsoundzou), l’association Ankiba Na Maécha a voulu sensibiliser les scolaires à la violence montante. Son coordonnateur, Bacar Ahamadi, a commencé par présenter ses axes de travail depuis 2014, «l’exclusion sociale, la réinsertion et le vieillissement de la population.»

Il est parti du constat que des outils existent mais qu’ils ne sont pas utilisés, et a voulu une réunion de travail avec les jeunes, tous les délégués de leurs classes de 3ème. «Je suis contente de pouvoir échanger sur des sujets dont nous sommes régulièrement témoins», nous explique Raïnia, du collège de Passamainty.

Non-assistance punissable…

Bacar Ahamadi, veut mener campagne contre la violence scolaire
Bacar Ahamadi, veut mener campagne contre la violence scolaire

Les élèves ont beaucoup interrogé la police nationale, «surtout sur l’intervention de enseignants lors des bagarres hors de l’enceinte du collège, sans soutien ni intervention des parents ou adultes présents», rapporte Bacar Ahamadi. Le capitaine Chamassi répondait aux jeunes, mais n’avait pas autorisation de sa hiérarchie pour parler aux médias, un comble pour un chargé de communication! C’est donc le coordinateur qui nous rapportait sa réponse: «Le capitaine a évoqué longuement la non-assistance à personne en danger qui pouvait amener quelqu’un à la barre du tribunal», et on l’a vu la semaine dernière, avec le risque d’une peine de prison avec sursis.

Chamassi a aussi évoqué les actions mises en place par la police, l’accompagnement des bus scolaires lorsque le besoin s’en fait sentir, «et même la présence d’agents sans uniforme qui patrouillent à proximité.»

Les élèves de Mgombani ont commencé à agir en montant une vidéo sur les violences scolaires, visible sur Youtube, sur leur site du collège de Mgombani.

… Mais la peur de prendre un coup est la plus forte

Après avoir échangé avec le conseiller départemental de Mamoudzou 1 Sidi Mohamed, sur le cadre d’intervention des médiateurs Matis, «sont-ils exclusivement cantonnés à leurs bus ?», un enseignant apprendra que le médiateur doit amener la tranquillité dans le véhicule, mais aussi aux abords, «nous savons qu’ils peuvent encore s’améliorer», avouait l’élu.

Barbelés au collège de Chiconi
Barbelés au collège de Chiconi

Cette matinée est une première pour un rassemblement de scolaires de plusieurs établissements sur cette thématique, «c’est bien que le chargé de communication du vice-rectorat ait pu entendre le ras-le-bol des élèves. Un professeur a dit ‘tout le monde a peur, personne n’agit’. Ils ont peur des représailles», rapporte Bacar Ahamadi.

Son objectif final, c’est de mener une campagne commune avec les médias, «avec un slogan ‘La violence c’est fini, moi j’agis’». Il veut également monter un réseau partenarial avec les chefs d’établissement, la police, les médiateurs, les élus…

Justement, aucun élu communal n’était présent, alors que leur rôle est essentiel.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...