26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 23 juin 2024
AccueiljusticeAgressions en milieu scolaire : elles mènent en prison

Agressions en milieu scolaire : elles mènent en prison

Salle TGI Code pénalCar c’est à la classe de 1ère 17 du lycée Bamana de Mamoudzou, présente dans la salle d’audience dans le cadre du Conseil départemental de l’accès au droit, que s’adressait le président du TGI, Laurent Sabatier : « Nous n’avons pas choisi les affaires, mais nous examinerons notamment l’intrusion d’un parent d’élève violent au sein d’une classe. » Ils étaient donc toute ouïe, à peine une réaction sur la première affaire, pourtant plus difficile à entendre.

Une petite fille de 8 ans se plaint un jour à ses parents du comportement de son instituteur, « expliquant qu’il lui a mis à plusieurs reprises la main à l’intérieur de la culotte, en lui touchant le sexe », le président Sabatier rapporte les faits dans le vide, il n’y a ni victime, ni accusé à la barre. La petite montre un mal être croissant, remarque son entourage, et ne variera jamais dans ses déclarations.

A.C. commence par nier les faits, puis évoque un complot monté par la maman pour marier sa fille de force, pour enfin avouer les abus sexuels, à trois reprises. L’expert psychologue parle de « pédophilie partielle ».

Le vice-procureur Philippe Léonardo souligne, toujours devant la classe, la réaction rapide des parents qui ont immédiatement déposé plainte, « et qui n’ont pas tenté de monnayer un accord financier, comme c’est trop souvent le cas. Du coup, l’examen gynécologique note des traces de lésions provoquées par les doigts de l’agresseur, et a permis de confronter le mis en cause. »

Il invoquera l’abus d’autorité, « et une relation de confiance envers l’enseignant qui est brisée. Elle n’a pas dû comprendre ce qui se passait », pour demander une peine de trois ans de prison, dont deux ans de sursis avec mise à l’épreuve et obligation de soins, « ce que je ne demande jamais quand l’accusé est absent. » Les trois juges l’ont suivi à la lettre, et ont demandé que soit délivré un mandat d’arrêt, et l’inscription du condamné au FIJAIS, le Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes.

Le père fait irruption dans la classe et saisit un élèveBarre

La deuxième affaire se déroule aussi en milieu scolaire, et c’est encore un adulte qui déverse sa violence physique contre des plus jeunes.

L’auteur, comorien, est absent, « reconduit ? » interroge Laurent Sabatier à l’endroit du procureur, on ne saura pas. Mais à la barre, deux petits garçons de 9 ans sont accompagnés de leurs parents.

Un des élèves de leur classe s’était plaint à son père d’avoir été victime d’une bagarre dans l’école.  Sans même vérifier la véracité des faits, le père entre dans l’école, et fait irruption dans la classe de son fils. « Après que son fils lui ait désigné les présumés fautifs, le père en empoigne un par le bras, lui donne un coup de pied dans le ventre, lui tape la tête contre le pupitre », retrace le juge, qui évoque l’émoi suscité ensuite dans la classe, « ni l’enseignante, ni les élèves ne se sentent désormais en sécurité. » La petite victime est blessée à l’arcade sourcilière gauche.

L’auteur des faits a expliqué aux gendarmes qu’il était « dans un tel état de colère, qu’il ne se souvient plus des faits. » Pour le juge, l’infraction pénale est caractérisée.

« C’est une histoire hallucinante ! », s’exclame le procureur, « une violence inouïe dans un établissement scolaire, pour une raison futile, et de la part d’un adulte qui devrait être réfléchi pour être né en 1967. » Il regrette qu’il n’y ait pas eu comparution immédiate, « en dépit de son casier judiciaire vierge », pour qu’il comprenne la mesure de ses actes.

La collégialité des juges va dépasser sa demande de 6 mois de prison, pour le condamner à un an de prison ferme, un jugement contradictoire puisque l’accusé est absent. Le juge indique à la famille victime qu’ils peuvent se constituer partie civile, lors d’un jugement sur les intérêts civil le 8 juillet, l’audience s’étant déroulée sans interprète, bloqué par les barrages érigés autour de Mamoudzou ce mercredi.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...