25.9 C
Dzaoudzi
jeudi 13 juin 2024
AccueilorangeUn mot d'ordre qui peut devenir réalité

Un mot d’ordre qui peut devenir réalité

Rasta, le président de l'AJKE de Kawéni, devant les lieux du crime lors de la marche blanche ce lundi
Rasta, le président de l’AJKE de Kawéni, devant les lieux du crime lors de la marche blanche

Premier vol avec homicide à Mayotte, et la première réunion provoquée en urgence par la préfecture n’a pas été à la hauteur. Si des propositions concrètes ont été émises, elles n’ont pas été relayées par un branle-bas de combat général. En résumé, en dehors des associations, aucun décideur ne porte vraiment le sujet au point de le rendre prioritaire dans son action.

Les élus pas plus que les représentants de l’Etat n’ont présenté de réponse à la hauteur de l’urgence ce lundi. Si les parents n’ont plus les mêmes repères que leurs enfants, et se sentent diminués dans leur autorité parentale, l’autre partie de la population ne peut supporter cette déficience sans être épaulée. Par des forces de l’ordre en nombre suffisant, par des services judiciaires nantis d’outils adéquats, par un Etat qui se sente concerné par leur quotidien.

La presse nationale n’a jamais été aussi nombreuse à relayer les évènements sociaux, non en raison du mouvement de l’intersyndicale, mais par les violences urbaines qui se sont déroulés à la marge. Même si l’image de Mayotte n’en sort pas grandie, que des mutations seront certainement annulées, que le tourisme très embryonnaire va en prendre un coup, l’île ne peut pas continuer à vivre ainsi sur une corde raide, avec une immigration non prise en charge et des mineurs laissés à eux-mêmes. Espérons que cet écho national ébranle quelques murs dans les ministères parisiens.

Quand les faits divers ne le sont plus

Une pierre dans la main... la casse n'est pas loin
Une pierre dans la main… la casse n’est pas loin

Les habitants ne savent plus dans quelle direction regarder, la démission des élus étant actée par la plupart, il va falloir faire montre d’une sérieuse implication pour inverser la tendance.

Ils n’ont donc plus que ce mot d’ordre de «Mayotte, île morte», rassembleur de leurs préoccupations quotidiennes, et qui devrait en fédérer beaucoup. Car si le mouvement social de l’intersyndicale est suspendu, si les violences urbaines se sont tues, le calme de ces dernières n’est que momentané. Et pendant ce temps, cambriolages et violences aux personnes continuent. Les faits ne sont plus divers ici.

Les médias locaux, tous pour un seul titre

«Cessons de nous cacher derrière nos écrans et les réseaux sociaux pour crier notre désarroi face à l’insécurité: violence, cambriolage, raquette, meurtre, que nous subissons au quotidien! MAYOTTE, L’ILE AUX PARFUMS ET NON L’ILE DE NON DROIT. Rendez-vous au Comité du tourisme à 9h et direction la Préfecture», invite le communiqué.

«Ma préoccupation, c’est que mon entreprise continue à fonctionner, avec toutes les perturbations que nous venons de connaître», explique ce chef d’entreprise, qui laissera malgré tous les salariés volontaires à aller manifester.

La Caisse de sécurité sociale de Mayotte ferme ses portes et ses réceptions téléphoniques ce mardi 19 avril, «en soutien aux collègues qui ont subi ces derniers jours des agressions physiques, morales ou des pertes matérielles importantes et en soutien aux familles des nombreuses victimes de crimes commis ces derniers mois. La CSSM affirme sa détermination à continuer à défendre les valeurs de la sécurité sociale qui sont la solidarité, l’unité, la responsabilité et la neutralité.» La mairie de Mamoudzou en fait autant. De manière étonnante, seul le syndicat FSU Mayotte nous fait part de sa solidarité à cette “initiative citoyenne contre la violence.”

La presse locale a choisi de titrer à l’unisson, faisant de la question sécuritaire une priorité ce mardi. Ce soir, plusieurs habitants voudront se rendre chez des amis ou au restaurant, et certains se feront agresser. C’est une certitude, ce n’est pas un sentiment.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...