25.9 C
Dzaoudzi
jeudi 13 juin 2024
AccueilorangePour prendre soin de nos personnes âgées chez elles

Pour prendre soin de nos personnes âgées chez elles

Mirhane Abdallah en soins à domicile
Mirhane Abdallah en soins à domicile

« Même si on parle de solidarité à Mayotte, tout le monde travaille ou a des occupations, souvent jusqu’en métropole, et n’a plus de temps à consacrer à leurs aînés »… Celui qui fait ce constat est infirmier libéral, à la suite de ses études à l’IFSI Mayotte.

Après deux ans passés au CHM, Mirhane Abdallah a créé en 2013 son cabinet d’infirmier Hamsine, de soins à domicile. Face aux difficultés rencontrées par ses patients, personnes âgées ou en situation de handicap, dont l’isolement, il a décidé de réagir. Il envisage un temps monter une EPHAD, une maison de retraite, mais la juge inadaptée au contexte local.

Si la proportion de personne âgée à Mayotte est faible au regard des autres territoires, 4,2% ont plus de 60 ans, elle ne va faire que s’accroitre, au fur et à mesure du vieillissement des 55% de moins de 20 ans de l’île, et du rallongement de l’espérance de vie.

Un établissement de 57 placesLogo

C’est la rencontre avec Jacques Lombardi, Directeur du Centre communal d’action sociale (CCAS) de Saint-Pierre à La Réunion, venu à Mayotte mettre en place un CCAS, qui l’aidera à structurer son projet. Il se lance et créée la société Dagoni Services*, en décembre 2015.

Elle oriente son action vers l’adaptation au vieillissement et au handicap, notamment par la recherche de modes d’accueil adaptés, le soutien et l’accompagnement à domicile dans les actes de la vie quotidienne, la prévention de la perte d’autonomie notamment en tentant de maintenir le lien social, et l’information pour l’accès aux droits.

C’est aussi l’opportunité pour lui de répondre à un appel à projet d’un SPASAD, lancé par le conseil départemental et annoncé par le conseiller en charge de l’action sociale Issa Issa Abdou. Un Service polyvalent d’aide et de soins à domicile de 57 places, dont 40 allouées aux personnes âgées et 17 au handicap, « nous attendons la réponse. » Le SPASAD proposera deux services, « celui de soins infirmiers à domicile, et un autre de soins d’accompagnement. »

500 bénéficiaires potentiels de l’APA

Chrystel de Bricourt du CJD Maurice, en appui
Chrystel de Bricourt du CJD Maurice, en appui

Pour lancer complètement son activité, il lui manque l’agrément pour proposer des services mandataires, « il y a blocage.» Dans le cadre d’une offre de services mandataires, c’est la personne âgée ou en situation de handicap qui devient l’employeur, et qui rémunère la prestation. Il faut pour cela qu’elle perçoive l’Allocation personnalisée d’autonomie.

Le conseil départemental a pris du retard après la parution du décret de l’APA fin octobre, mais Issa Issa Abdou nous indique que les 500 personnes âgées ou en situation de handicap sont bien éligibles depuis le 1er janvier 2016. Il devrait donc y avoir rétroactivité.

Et Mirhane Abdallah a reçu un appui de taille dans ce dossier, puisqu’il est accompagné de Chrystel de Bricourt, chef d’entreprise à la tête de Oazure Villa Maurice, et membre active du CJD, le Centre des jeunes dirigeants, représenté à Mayotte par Mohamed Assani Abdou.

Une entreprise qui s’annonce sociale et solidaire

Mirhane Abdallah membre de l'élite des arbitres locaux et régionaux
Mirhane Abdallah “Gaz” est aussi membre de l’élite des arbitres locaux et régionaux

C’est le CJD qui l’a d’ailleurs parrainé pour créer un site internet et une page Facebook, et mettre en place un service informatique de gestion d’entreprise.

Dagoni services c’est son bébé, «j’y ai mis 10.000 euros de fonds propre», parce qu’il a découvert, trop tard, qu’il aurait pu bénéficier d’aide à la création d’entreprise.

Une autre voie s’ouvre pour lui : celle initiée par l’ordonnance présentée en conseil des ministres sur l’application à Mayotte de la loi sur l’Economie sociale et solidaire, où les services à la personne sont rois. Notre département est en attente du décret pour les modalités d’application.

Mirhane Abdallah, également connu comme “Gaz”, membre de l’élite des arbitres de football locaux et de l’océan Indien, est prêt à entrer dans la partie, qui aura besoin d’acteurs opérationnels, «pour le SPASAD, il faut l’être au 30 juin 2016.»

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

*Egalement sur Facebook

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139518
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139518
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139518
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139518
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139518
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139518
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...