24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 21 juin 2024
AccueilEducation«A Mayotte, le climat d’insécurité est en dehors de l’école»

«A Mayotte, le climat d’insécurité est en dehors de l’école»

Pour André Canvel, le climat d'insécurité ne permet pas aux enfants comme aux enseignants de récupérer après une journée longue
Pour André Canvel, le climat d’insécurité ne permet pas aux enfants comme aux enseignants de récupérer 

Il a ce regard extérieur nécessaire, celui qui pointe les réalités que nous ne voyons plus au quotidien. André Canvel, délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire, a passé une semaine à Mayotte. Alors que la crise sécuritaire du département ne connaît pas de répit, les établissements scolaires sont régulièrement concernés, comme l’ont montré les cas de Chiconi et Kawéni pour ne citer qu’eux.

Pourtant, pour André Canvel, il ne faut pas se tromper d’analyse: «On a souvent tendance à comparer la situation à Mayotte avec celle des quartiers difficiles de métropole. Mais ici, il se passe un phénomène strictement inverse: le climat d’insécurité, il est en dehors de l’école. Il n’y a pas de violence en milieu scolaire à Mayotte comme on peut s’y attendre quand on regarde le département depuis la métropole. Pas à l’intérieur, mais j’ai presque envie de dire partout ailleurs, sur le trajet, dans les rues autour…»

Pour autant, cette situation a des conséquences sur les individus et donc à l’intérieur des établissements. «Le problème qui se pose, c’est que ce climat ne permet pas aux garçons, aux filles, aux adolescents et aux collègues de récupérer de leur journée de travail.
Je travaille dans des établissements difficiles en métropole mais quand on sort, on peut avoir un sas extérieur, marcher, prendre sa voiture, voir des amis… Se ressourcer. Ici, les journées sont très longues et ensuite il faut vite retourner chez soi pour ne pas se faire racketter, pour ne pas être en insécurité. Les lieux de convivialité, pour faire du lien social, ne sont pas toujours évidents à trouver».

Déposer les armes

Pour André Canvel, notre département offre donc cette particularité probablement unique: «les endroits où les enfants se sentent le mieux sont à l’école.»
«Les gamins veulent tous venir à l’école à Mayotte. D’abord parce qu’ils peuvent y trouver leur ration alimentaire, mais aussi parce qu’ils se sentent protégés à l’école. Ils peuvent redevenir enfants ou adolescents et déposer les armes, parfois au sens propre comme au figuré».

Activité normale ce mercredi matin au lycée Bamana de mamoudzou
A Mayotte, les jeunes aiment l’école et s’y sentent en sécurité

Ce n’est donc pas un hasard si les phénomènes urbains, et en particuliers les bandes, se focalisent sur les établissements scolaires. Certes, on y trouve un grand rassemblement de jeunes mais l’explication serait plus profonde.
«Dans les années 1990, lors de l’explosion des banlieues françaises, les jeunes attaquaient systématiquement 3 lieux: les MJC, les salles de sport et l’école, 3 endroits où ils n’étaient pas accueillis à bras ouverts. Ici, les Cadis disent la même chose. Les bandes ciblent l’école parce que cette jeunesse ne peut pas y entrer».

L’individualisme balaye la tradition

A Mayotte, comme partout où ils ont cours, André Canvel explique ces phénomènes de bandes qui permettent à une partie de la jeunesse de recomposer une sociabilité alors qu’ils ne sont pas intégrés dans la société autour d’eux où qu’ils en refusent les modes de fonctionnements : mieux vaut être dans un collectif, une bande, qui va défendre son village, qu’être élève, dans une compétition basée sur les seuls individus.

Des bastons générales régulières dans la grande cours du collège
Accepter de sortir de l’homogénéité du système scolaire français pour repenser l’école à Mayotte

«La ‘modernité’ a fait exploser toute tradition et beaucoup des liens collectifs», constate André Canvel qui s’apprête à faire des recommandations pour l’école à Mayotte. «Il ne faut pas s’attendre à des changements radicaux. Le pire serait encore une fois d’aller trop vite», explique-t-il. Pour autant, pas de doute: «Il faut qu’on repense notre école».

Faire ensemble

La question de la durée des cours, de la durée des journées pourra être posée. «Il faut faire évoluer cette organisation pour s’adapter aux nouveaux besoins et accepter de faire quelques entorses à notre système éducatif homogénéisé, basé sur la réussite individuelle et sur rien de collectif. Autant je déteste l’expression ‘vivre ensemble’, autant il faut réapprendre à ‘faire des choses ensemble’. Faire ensemble pour apprendre de l’autre et apprendre de soi-même.»

Mais pour lui, les choses pourraient aller très vite dans notre département , probablement beaucoup plus vite qu’ailleurs car Mayotte dispose d’atouts et d’au moins 3 points forts: d’abord, un projet académique qui est une véritable «feuille de route» où «tout est écrit» ; ensuite, des enseignants souvent impliqués et prêts aux évolutions pour la réussite des enfants. Et finalement, nos jeunes, ces jeunes qui aiment l’école au point d’être capables de se lever à 4 heures du matin et de revenir chez eux 13 ou 14 heures plus tard… Encore une fois, la solution est peut-être à l’endroit où l’on voit un problème.

RR
www.jdm2021.alter6.com

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139120
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139120
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139120
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139120
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139120
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139120
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...