27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 16 juin 2024
AccueilorangeJacques Toubon dénonce une "logique de suspicion" des étrangers en Outre-mer

Jacques Toubon dénonce une “logique de suspicion” des étrangers en Outre-mer

Bernard Cazeneuve en visite au service des étrangers de la préfecture le 19 juin 2014
Bernard Cazeneuve en visite au service des étrangers de la préfecture le 19 juin 2014

L’ensemble des actions juridiques déployées par les représentants du défenseur des droits sur chaque territoire, ont été recensées au sein d’un rapport publié ce lundi. Il rappelle plus qu’il ne dévoile, les obstacles qui se dressent et qui “entravent l’accès des étrangers aux droits fondamentaux”, notamment à Mayotte, et évoque “l’écart entre les droits proclamés et les droits effectivement exercés”.

Il rappelle avant tout que, concernant l’entrée, le séjour et l’éloignement, “le droit positif autorise les différences de traitement fondées sur la catégorie juridique ‘étranger'”, mais qu’il “n’est pas sans limite”, et ne saurait être “discriminatoire”.

Ainsi, en Outre-mer, mais pas seulement, il dénonce qu’une “logique de suspicion irrigue l’ensemble du droit français applicable aux étrangers (…) et va jusqu’à contaminer des droits aussi fondamentaux que ceux de la protection de l’enfance ou de la santé”.

Quatre départements en dysfonctionnement

Un service toujours très encombré
Un service toujours très encombré

Les étrangers ayant tenté plusieurs fois un accès au service des étrangers de la préfecture de Mayotte ne pourront que se retrouver dans le relevé de l’Inspection générale de l’administration qui dénonce les cas de personnes s’étant présentées sans pouvoir accéder aux guichets. Quatre départements sont concernés par ces dysfonctionnement: l’Essonne, l’Isère, le Val de Marne et Mayotte.

Le rattachement arbitraire des mineurs, contre lequel le tribunal administratif a souvent arbitré en faveur des plaignants est aussi dénoncé: “Faute de pouvoir reconduire à la frontière un mineur isolé interpelé à son arrivée sur le territoire mahorais via une embarcation de fortune, l’administration cherche parfois à établir un lien artificiel entre cet enfant et un adulte en situation irrégulière arrivé par les mêmes moyens”. Jacques Toubon rappelle qu’il s’agit d’une entorse à la la Convention européenne des droits de l’homme. Saisi par le défenseur des droits, et par une décision du 9 janvier 2015, le Conseil d’Etat a estimé que le placement en rétention et l’éloignement forcé d’un mineur devaient être entourées de garanties particulières.

Toujours rien pour les demandeurs d’asile à Mayotte

Banderole de demandeurs d'asile (Images d'archive)
Banderole de demandeurs d’asile (Images d’archive)

Si en métropole, un délai de 48h est obligatoire avant toute expulsion, histoire de laisser le temps à un recours possible, cette mesure n’est pas applicable en Guyane, à Mayotte, à Saint-Martin, en Guadeloupe et à Saint-Barthélémy. Et surtout, le recours n’est pas suspensif à la procédure d’éloignement. Le défenseur des droits demande que les droits soient applicables de la même manière sur l’ensemble du pays. Et s’appuie sur un  chiffre: en 2013, seules 93 personnes sur 16.000 placées au Centre de rétention administrative, ont pu formuler un recours devant le juge.

Enfin, sur le chapitre des demandeurs d’asile, on sait qu’à Mayotte n’existe aucune aide temporaire d’attente (ATA) ou au logement. Ils peuvent ainsi rester plusieurs années en attente de traitement de leur dossier par l’OFPRA et la CNDA sans aucune ressource. Jacques Toubon demande un alignement sur les conditions métropolitaines.

A.P-L.

Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139517
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139517
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139517
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139517
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139517
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139517
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...