24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 21 juin 2024
AccueilEconomieLes échéances du droit du travail à Mayotte intégrées à la loi...

Les échéances du droit du travail à Mayotte intégrées à la loi travail

Dominique Ledemé et Monique Grimaldi à l'issue de la 2e séquence de travail avec les partenaires sociaux
Dominique Ledemé et Monique Grimaldi, la directrice de la DIECCTE,  à l’issue de la 2e séquence de travail avec les partenaires sociaux

On a beaucoup entendu parlé de l’article 2 de la loi travail. Mais, à Mayotte, c’est l’article «52 bis» qui nous concerne particulièrement. Issu d’un amendement préparé conjointement par les parlementaires et le gouvernement, il fixe dans le marbre de la loi deux dates importantes: au 1er janvier 2018, le code du travail national sera applicable dans notre département.

D’ici là, le gouvernement dispose de 14 mois pour publier une ordonnance qui précise l’intégralité des conditions de cette application. La «loi travail» étant probablement promulguée au mois d’août, 14 mois plus tard, en octobre 2017, l’ensemble des dispositions nouvelles pour Mayotte seront donc connues.
«C’est une étape importante, il n’est plus possible de revenir dessus», explique Dominique Ledemé, chargé de mission au ministère du travail sur ce vaste chantier.

Dominique Ledemé était à Mamoudzou la semaine dernière pour prendre part à la 2e séquence de travail avec l’ensemble des partenaires sociaux pour avancer l’immense chantier de cette transposition réglementaire. Après les questions liées au contrat de travail en avril, cette fois-ci les ateliers ont permis d’aborder les structures représentatives du personnels et le droit syndical.

Le travail temporaire à Mayotte «avant la fin de l’année»

Il a par exemple été question du vote électronique pour élire les représentants du personnel (difficilement applicable chez nous) ou encore de l’avenir d’un organe spécifiquement mahorais : la commission consultative du travail. Faut-il prévoir de prolonger son existence?
De la même façon, si de nombreuses mesures de formations sont prévues dans le code du travail national, les dispositifs qui les financent en métropole n’existent pas chez nous. Il faut donc organiser la transition.

Dominique Ledemé à Mamoudzou annonce la transposition du travail temporaire à Mayotte avant la fin de l'année
Dominique Ledemé à Mamoudzou annonce la transposition du travail temporaire à Mayotte avant la fin de l’année

D’ores-et-déjà, Dominique Ledemé annonce que les dispositions, tant attendues, sur le travail temporaire seront transposées à Mayotte «avant le 31 décembre». «On a pris l’initiative d’une ordonnance avant la fin de l’année», affirme-t-il.

Une étude d’impact, tardive mais nécessaire

Un élément majeur est apparu nécessaire lors de ces travaux : la réalisation d’une étude d’impact pour mesurer les conséquences économiques, sociales, techniques et juridiques de l’application de ce code du travail chez nous. «On aurait pu la faire plus tôt», reconnaît Dominique Ledemé mais le travail va être lancé sans tarder.

Car actuellement, il n’y aurait qu’entre 25% et 30% du code du travail national déjà en place chez nous. Et si sur les 70% restants, «on retrouve une partie non négligeable des principes fondamentaux», tous les acteurs avancent un peu à l’aveugle.

Le temps de la formation

Pour éclaircir l’horizon, un agent supplémentaire vient d’être nommé à la DIECCTE. Cette nouvelle directrice du travail est exclusivement affectée à ces travaux de préparation du code du travail.

Dans la même logique, les partenaires sociaux ont pu rencontrer Daniel Xirau, un expert de l’institut national du travail et de la formation professionnelle (INTEFP) pour identifier les besoins en matière de formation et d’accompagnement.

Code du travail«L’ensemble des partenaires a besoin de ce temps d’information et de formations pour s’approprier ce nouvel outil qui est souvent vu comme une charge mais qui peut être aussi un levier et un code de bonne conduite, de bon dialogue social», insiste Dominique Ledemé.

Prochaine étape, SMIC et 35 heures

«C’est une période exceptionnelle, qui est riche et qui fait peur et c’est normal. Il faut dompter cette peur ensemble».

Désormais, le temps presse car le chantier reste immense et les échéances vont arriver rapidement. «Je suis optimiste, je pense qu’on peut y arriver. Ca dépend des attitudes individuelles et collectives. Si tout le monde veut avancer, on peut y arriver», affirme Dominique Ledemé.

La prochaine réunion de travail avec les partenaires sociaux de Mayotte portera sur des sujets sensibles: la durée du temps de travail et la rémunération et donc la transformation du SMIG mahorais en SMIC national.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...