27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 16 juin 2024
AccueilorangeLa France condamnée pour des enfants placés dans les CRA métropolitains

La France condamnée pour des enfants placés dans les CRA métropolitains

La Cour européenne des droits de l'Homme à Strabsbourg (Photo: Wiki Commons)
La Cour européenne des droits de l’Homme à Strabsbourg (Photo: Wiki Commons)

«Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants». Ce sont les termes de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme, cet article dont la violation vaut une série de sanctions contre la France.

Ce mardi, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a annoncé la condamnation de notre pays dans sept dossiers différents. Cinq de ces dossiers concernent le placement d’enfants dans des centres de rétention administrative (CRA).

Ce n’est pas le placement de mineurs dans les CRA qui est directement condamné mais les conditions de leur rétention. Pour la Cour de Strasbourg, c’est une «conjonction de trois facteurs» qui est inacceptable: «le bas âge des enfants, la durée de leur rétention et le caractère inadapté des locaux concernés à la présence d’enfants». Sur la base de ces critères, la CEDH considère que ces mineurs ont placés dans un univers carcéral et ont fait l’objet de mauvais traitements.

La condamnation porte également sur la notion de détention arbitraire. Pour la CEDH, les autorités françaises ne se sont pas pliées à l’exigence de recherche d’une solution alternative à la rétention, comme l’assignation à résidence. C’est enfin le droit au recours des personnes privées de liberté que la Cour estime être violé par la France, leur statut de mineur n’a pas été pris en compte lors des recours déposés.

Une inversion de tendance

Dans la foulée de ces condamnations, Jacques Toubon, le défenseur des droits, a dans un communiqué de mettre «immédiatement» fin à «la rétention des enfants». Et il va plus loin. Il affirme que la loi du 7 mars 2016 sur le droit des étrangers est «contraire à la Convention européenne des droits de l’homme».

L'entrée du Centre de rétention administrative de Mayotte
L’entrée de l’ancien Centre de rétention administrative de Mayotte

Pourtant, François Hollande avait fait de la fin du placement de familles avec enfants dans les CRA une de ses promesses de campagne. Et de fait, suite à une circulaire de Manuel Valls de juillet 2012, l’assignation à résidence pour les mineurs plutôt que le placement en rétention semblait devenir la règle. En métropole, le nombre d’enfants passés par les CRA avait été ramené à 45 en 2014 contre 312 en 2011.
Mais depuis, la tendance est repartie en sens inverse. En 2015, ce sont 105 enfants qui ont été placés avec leurs parents en CRA, et ils sont déjà 67 sur les 6 premiers mois de l’année.

Mayotte, la bombe à retardement

Au regard de cette situation, Mayotte apparaît, toujours plus, comme une anomalie dramatique. Chez nous, les chiffres sont sans commune mesure avec ceux de la métropole. En 2015, ce sont ainsi 4.373 mineurs qui sont passés par le CRA de Pamandzi. Ces enfants proviennent essentiellement des kwassas interceptés en mer ou lors de l’arrivée à terre par les forces de sécurité.

Alors que dans le CRA de Mayotte, la durée de rétention est généralement plus courte qu’en métropole, souvent moins de 24 heures, la situation conduit à un autre problème de droit: la quasi impossibilité de lancer des recours.

Ces condamnations par la CEDH confirment une situation ancienne et une dénonciation constante de la justice européenne (la France a déjà été condamnée en 2012 dans les mêmes termes) et de nombreuses associations. Et du point de vue du droit international, les pratiques mises en place par la France pour le CRA de Mayotte apparaissent plus que jamais comme une véritable bombe à retardement qui ne peut que déboucher sur de nouvelles et lourdes condamnations.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...