25.9 C
Dzaoudzi
samedi 22 juin 2024
AccueilFaits diversLa Kwalé devient à nouveau une zone dangereuse

La Kwalé devient à nouveau une zone dangereuse

Dispositif policier allégé en fin de matinée à Tsoundzou. Les forces de l'ordre restent tout de même positionnées autour du pont de la kwalé
Un véhicule de police à proximité du pont de la Kwalé (Archives)

Nous relations hier le nouvel acte de moto jacking survenu jeudi dernier à la Kwalé, un fait divers qui met en lumière la pente dangereuse sur laquelle glisse à nouveau le quartier. Peu à peu, il semble renouer avec les pires moments qu’il a connu ces dernières années. L’ensemble de logements SIM s’était vidé de ses habitants. Plus personne ne voulait vivre dans un endroit à l’origine agréable, à proximité de la rivière, mais devenu cauchemardesque pour cause d’insécurité.

Face à la crise, la SIM avait «résidentialisé» le quartier pour tenter de mettre un terme aux cambriolages et aux agressions. Une clôture et un éclairage a été installés pour sécuriser l’endroit. Et de fait, dans un premier temps, cette politique a porté ses fruits. La SIM a trouvé de nouveaux locataires à tel point qu’une liste d’attente a même été créée pour faire face aux demandes, liées à la proximité du nouveau collège. Mais depuis quelques mois, les actes de délinquance minent à nouveau la zone.
C’est ainsi que jeudi dernier, un homme a donc été victime d’un moto jacking à la mi-journée alors qu’il rentrait chez lui pour déjeuner.

Un trio bien organisé

Sur le chemin qui mène au quartier, il s’arrête sur son scooter pour discuter avec quelqu’un qu’il connait. «Je n’ai rien vu venir. L’individu est arrivé par derrière et il a coupé le moteur et a pris les clés», nous raconte la victime. «Il avait un gros bâton, une sorte de matraque». «Descend», lui dit-il alors. Il répètera son ordre plusieurs fois.

Car sur le deux-roues, la victime n’a pas du tout l’intention de lâcher son scooter. Il est quasiment neuf et c’est un bel engin qui a une certaine valeur.
«Mon ami a parlé avec lui en comorien. J’ai essayé de lui dire que je pouvais lui donner de l’argent», explique la victime, mais rien n’y fait. «Il n’arrêtait pas dire ‘descend’». Alors que le malfrat lui donne alors un petit coup sur le casque, deux autres individus surgissent de la brousse. L’un d’eux est armé d’une grosse pierre qu’il menace de lui jeter dessus.

.
Une interpellation puis une expulsion avant un jugement: de quoi décontenancer les victimes

Le scootériste essaie de gagner du temps, espérant qu’une voiture arrive pour mettre les jeunes en fuite. Mais elle ne viendra jamais et l’homme est contraint de laisser son scooter puis son casque.

Un lacrymogène sur le deux-roues

La victime tentera d’empêcher le voleur de partir avec le deux-roues, en vain. «Je me suis accroché au scooter pour essayer de le faire tomber. Il a fait deux embardées mais il a réussi à partir. L’autre jeune a lancé la pierre. Je l’ai vu arrivée et j’ai réussi à l’esquiver.» Le voleur du deux-roues s’enfuie tandis que les deux complices repartent tranquillement vers Tsoundzou 1.

Face à l’agression, le sentiment de la victime en dit long sur l’état d’esprit qui règne sur les routes de Mayotte. «Je m’en veux de ne pas avoir fait ce qu’il fallait pour ne pas que ça arrive. Je circule toujours avec un lacrymogène à portée de main. Mais ce jour-là, je l’avais laissé dans le coffre du scooter», nous confie-t-il. Car dans le quartier, on enregistre déjà trois ou quatre vols de deux-roues garés devant les cases et un autre cas de moto jacking il y a quelques semaines…

Une commande depuis Anjouan

Mais cette fois-là, la victime a eu le temps de voir ses agresseurs. L’homme a fourni une description précise à la police et il a également alerté ses connaissances. Le porteur de la pierre a ainsi été identifié, interpellé et le scénario de ce vol a pu être reconstitué : il s’agirait d’un acte patiemment prémédité pour répondre à une commande de scooter faite depuis Anjouan. «Ils sont passés à l’acte le jeudi mais ils me surveillaient depuis le lundi. Je pense qu’ils avaient l’intention de venir chez moi pour me cambrioler», relate le scootériste.

Malgré l’interpellation d’un des membres du trio, la victime est un peu désabusé. Car le jeune homme sera bien jugé au mois de février prochain. Mais il a été expulsé. Concrètement, cela signifie qu’il peut couler des jours paisibles à Anjouan. Quant au jugement du tribunal de Mayotte, il ne sera applicable que lorsqu’il lui sera notifié… S’il revient à Mayotte et s’il se fait interpeler de nouveau… Pas sûr que cela lui serve réellement de leçon et lui passe l’envie de recommencer.

Une insécurité causée par le manque d’aménagements

A Kwalé, l’interpellation n’a pas vraiment changé l’état d’esprit des habitants, contraints de vivre dans un climat d’insécurité largement créé par les lourds problèmes de voierie de la zone. Pour accéder aux cases, il faut en effet emprunter le chemin défoncé que les relient à la nationale.

La SIM, la mairie et l’Etat se renvoient la balle pour savoir qui doit faire en sorte que les contribuables puissent à nouveau rouler à allure normale et ne se mettent plus en danger sur cette portion de route. A l’heure de la vidéo-protection et d’une politique volontariste de lutte contre la délinquance, il existe donc des zones, ici comme ailleurs, où des aménagements relativement simples pourraient en partie résoudre bien des problèmes.

RR
www.jdm2021.alter6.com

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139114
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139114
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139114
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139114
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139114
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139114
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...