25.9 C
Dzaoudzi
samedi 22 juin 2024
AccueiljusticeAgression au couteau: Légèreté des paroles du prévenu face à la gravité...

Agression au couteau: Légèreté des paroles du prévenu face à la gravité de l'acte

Salle d'audience code pénal sur le bureau du président« Je reconnais. Bien sûr que je suis responsable »… Ce n’est pas un petit délinquant qui est à la barre, ni un de ces nombreux jeunes qui errent sur des bancs publics : Daniel F. a un Bac pro en poche, un stage dans une entreprise de sécurité, et la volonté de l’intégrer un jour.

Le président Sabatier lui demande de revenir lui même sur le déroulé de cette journée. « C.A. m’a accusé d’avoir frappé son chien, alors que je n’ai fait que le repousser du pied parce qu’il sautait sans arrêt sur ma jambe. Il est venu me voir agressivement, on s’est battu à mains nues. Lorsque je suis allé chez lui, il est allé chercher une hache, et a frappé un pote qui s’interposait. J’ai alors sorti un couteau que j’avais pris avant de monter le voir. » Et là, il assène plusieurs coups dans l’abdomen de son vis à vis de 17 ans.

Le président Sabatier est aussi attaché à la valeur pédagogique de l’audience qu’à la sanction : « Vous avez frôlé le meurtre et la cour d’Assises. Vous avez eu de la chance que le juge n’ait pas retenu l’intention de tuer ! » Surtout qu’au moment de frapper, la victime avait déjà lâché sa hache, désarmé par les témoins.

Il le laisse les intestins à l’air

Me Saïdal
Me Saïdal reprochait une légèreté de paroles du prévenus

Pas de légitime défense donc, et une certaine lucidité dans l’action, « vous expliquez en garde à vue avoir laissé le doigt sur la lame pour qu’elle ne s’enfonce pas trop », relève la substitut du procureur. C’est l’aspect intentionnel d’un geste qui aurait pu être meurtrier qui conditionnera le verdict. Défenseur de la partie civile, Me Saïdal, enfonce donc le clou : « Si vous ne vouliez pas le tuer, pourquoi être revenu chez lui plusieurs fois et avoir frappé à trois reprises ?! Et vous repartez sans vous inquiéter de son état… »

Et pourtant, la victime a bien les intestins à l’air, décrira son avocat, « il en fera un malaise et de retrouvera la mémoire que quelques jours plus tard, et bénéficiera de 33 jours d’arrêt de travail. »

« Comment pensiez-vous intégrer une profession d’agent de sécurité qui demande des compétences techniques et morales ?! », s’enquiert le président face à l’air perdu du prévenu. « C’est ça le problème ! », répètera-t-il à plusieurs reprises. Repris par une assesseur : « C’est ça le problème ? Pas les blessures ! »

Multiplication des atteintes aux personnesBarre tribunal

Me Saïdal s’y engouffre : « Notez la légèreté de ces paroles ! Alors que mon client a les intestins à l’air libre, ce qui lui laisse une cicatrice à vie, lui ne pense qu’à son casier judiciaire ! » Il demandera 15.000 euros de préjudice.

Pour la substitut du procureur, c’est un dossier de violence de plus, « entre 2012 et 2015, les atteintes aux personnes ont cru de 39%, pour des stup, des rivalités entre bandes, ou même un simple regard. » Le caractère intentionnel ne fait aucun doute pour elle, « il se rend chez la victime à plusieurs reprises, plante le couteau jusqu’à éviscération, la technique maîtrisée. » Elle demande 18 mois d’emprisonnement dont 6 avec sursis.

Me Andjilani avait bien peu de marge de manœuvre pour défendre son client. Il impliquait la victime, « Il  a commencé. Il va comparaître au tribunal pour enfant pour avoir quand même donné deux coups de hache et pour des faits de violence contre mon client. »

Après un long moment de délibération, le tribunal décidait d’ordonner 12 mois de prison dont 4 avec sursis, et 8 mois ferme aménageables. Il y aura renvoi sur intérêt civil le 1er février. Sa peine sera bien inscrite sur son casier judiciaire. Il devra indemniser la victime pour ses frais de justice.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...