28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 23 juin 2024
AccueilEconomieLa tomate bonne élève, mais peut encore mieux faire

La tomate bonne élève, mais peut encore mieux faire

Tomates hors sol
Tomates hors sol

La tomate est la principale culture maraîchère à Mayotte. Elle se pratique de 3 manières: majoritairement en « plein champ » (en ligne et arrosage au trou), sous abri (serres plastiques et plantation en terre), en hors-sol (culture en hydroponique). La première est la moins contraignante au niveau des équipements et des connaissances techniques, et reste privilégiée par les paysans anjouanais, « c’est aussi une production à cycle court, visant à fournir rapidement de la trésorerie », rajoute la note de la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt.

Les importations de tomates fraîches n’ont pas cessé de baisser depuis 2013, de 60 tonnes à 16t en 2015. Saluons donc les campagnes de structuration de l’agriculture. Elles ne se font plus qu’en saison de pénurie, de janvier à avril, et vient à 96% de Madagascar. C’est là aussi une victoire des échanges régionaux.

Le hors sol 10 fois plus productif, mais 2 fois moins qu’en métropole

Les efforts sont à fournir sur la conserve, puisque ce conditionnement est très prisé par les plats locaux : « La mise en conserve locale est à étudier lorsque le prix est au plus bas (septembre et octobre). Il pourrait y avoir synergie d’usage d’équipements puisqu’un des volets des travaux actuels du programme de R&D porte sur la mise au point d’une filière « mataba en conserve », dont la période de fonctionnement serait complémentaire à celle de la tomate. »

Du côté des prix par contre, ça coince, sans doute en écho aux faibles rendements : de 2 euros le kilo en saison sèche à plus de 5 euros en saison des pluies, où les rendements peuvent être divisés par 3. Le hors sol est prés de 10 fois plus productif que le plein champ, mais deux fois moins qu’en métropole, et même 10 fois moins pour le plein champ.

Engrais à base de fiente de poule

Autre débouché, la confiture de tomate que goute ici l'ex préfet Seymour Morsy
Autre débouché, la confiture de tomate que goute ici l’ex préfet Seymour Morsy

Les coûts des approvisionnements sont à pointer du doigt en raison des taxes de douane et d’octroi de mer. Les paysans utilisent peu d’engrais chimique ici, privilégiant la fiente de poule.

Par contre, les ennemis de la tomate que sont le flétrissement bactérien et la mouche de la tomate, incitent à s’armer en produits phytosanitaires quand les services de l’agriculture préfèreraient trouver des alternatives : « L’utilisation répandue de la variété Mongal, résistante au flétrissement bactérien, permet par exemple de limiter les pertes causées par cette bactérie du sol. »

Le temps de main d’œuvre explique aussi le niveau des prix de vente : 700 heures par ha.

La mise en place du réseau Dephyferme devrait améliorer les connaissances technico-économiques. La DAAF est en tout cas optimiste en annonçant que le renforcement de la coopération dans le secteur maraicher va permettre de mieux organiser la commercialisation et de rechercher la valorisation par la transformation.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...