25.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilorangeLoi des étrangers: un amendement adopté, un autre encore en lice pour...

Loi des étrangers: un amendement adopté, un autre encore en lice pour Mayotte

Ibrahim Aboubacar lors de la défense de son amendement à l'Assemblée Nationale (©AN)
Ibrahim Aboubacar lors de la défense de son amendement à l’Assemblée Nationale (©AN)

La loi du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers doit s’appliquer en France le 1er novembre 2016. Elle avait cristallisé les contestations à Mayotte sur deux points essentiels : l’intervention du Juge de la détention et des libertés (JLD), sous les 48h du placement de l’étranger en rétention, là où le délai était de 5 jours auparavant, et l’ouverture de la nationalité française à leur majorité aux personnes vivant sur le territoire français depuis l’âge de 6 ans, ayant suivi leur scolarité en France, et qui ont un frère ou une sœur de nationalité française.

Sur le premier, qui permet donc un recours plus rapide pour les étrangers placés en Centre de rétention, le sénateur Thani Mohamed Soilihi avait déposé un amendement demandant le report de l’application de la loi au 1er janvier 2018, faute d’effectif suffisant au tribunal administratif. Il a été jugé irrecevable par la Commission spéciale.

Conciliation difficile entre deux principes

La question du sénateur Thani Mohamed Soilihi au ministre de l'intérieur
Le 2ème amendement du sénateur Thani Mohamed Soilihi doit être défendu à la fin de cette semaine

Mais les députés Ibrahim Aboubacar et Boinali Saïd avaient eux aussi déposé un amendement à l’Assemblée nationale, qui a été adopté (Lire amendement-jld-aboubacar) : il vise à laisser le délai de recours à 5 jours comme c’était le cas auparavant. Si cet article concerne très peu de monde à Mayotte où le temps moyen de séjour au CRA oscille entre 15 et 24h, cela aurait permis de légaliser et d’accroitre le nombre de recours à un avocat.

On peut lire dans l’amendement que les garanties offertes aux étrangers « doivent être conciliées avec l’efficacité de la lutte contre l’immigration irrégulière qui participe de l’objectif de valeur constitutionnelle de sauvegarde de l’ordre public ainsi que celui de la bonne administration de la justice. »

Pas d’information officielle

De son côté, Thani Mohamed a déposé un second amendement, sur les facilités accordées aux fratries pour obtenir la nationalité française. Il sera défendu par son confrère Jean-Pierre Sueur, “à la fin de cette semaine ou en début de semaine prochaine”, nous explique T. Selon le gouvernement, cette disposition ne devrait pas fortement impacter Mayotte, mais en réalité elle pourrait concerner davantage de personnes. « Ce n’est pas parce que le dossier sera présenté à la préfecture qu’il sera accepté, et les conditions à remplir sont nombreuses », nuance Thani Mohamed Soilihi.

Face à cette levée de bouclier, une instance est bien silencieuse, comme nous le fait remarquer Ibrahim Aboubacar : « L’observatoire de l’Immigration qui se réunit deux fois par an doit se pencher sur les conditions d’application de ce texte. C’est même le 5ème point du Plan Sécurité Mayotte de Bernard Cazeneuve. »

Selon le Plan, cette demande visant l’observatoire de l’Immigration présidé par la préfecture, avait pour objectif que «  l’ensemble des acteurs concernés puissent être au même niveau d’information et puissent s’exprimer sur la politique migratoire menée et faire des recommandations éventuellement comme il est dans sa mission. »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...