24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilEconomieLes élus de la Chambre d’agriculture demandent une tutelle complète de l’Etat

Les élus de la Chambre d’agriculture demandent une tutelle complète de l’Etat

CAPAM pancarte«On dit à l’Etat: ‘Vous prenez en charge les affaires de la CAPAM!’ Ca suffit!» Il est en colère le président de la chambre d’agriculture. Il avait réuni les élus de l’institution ce lundi matin pour faire un point sur la situation financière difficile que traverse actuellement la chambre. Et les tensions avec l’Etat et particulièrement la DAAF (la direction de l’agriculture) sont encore montées d’un cran. «Nous sommes actuellement sous ‘régime spécial’, nous demandons que l’Etat place la CAPAM sous tutelle complète», tranche Mouslim Payet.

C’est la réponse de ces élus face à l’effondrement des finances de la chambre. Car pour eux, pas de doute: les services de l’Etat ont joué un rôle central dans la crise actuelle.

Ce sont en réalité les subventions du conseil départemental qui font défaut à la Chambre. Mais Mouslim Payet affirme que les services de la DAAF (Direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) sont intervenus pour qu’aucune aide du département ne soit plus versée. «En 2013, on a touché 800.000 euros du département. En 2014, 450.000 et en 2015, zéro! On m’a expliqué que la DAAF est intervenue pour que rien ne nous soit donné. Je ne comprends pas. Je vais de réunions en réunions pour développer l’agriculture à Mayotte. Et l’Etat nous bloque», s’emporte le président.

«On veut du mal à la CAPAM»

Le JDM expliquait en mai dernier que la CAPAM a en effet perdu une part considérable de ses recettes tout en continuant à lancer des actions que ses finances ne permettaient pas toujours.

Mouslim Payet défend sa gestion malgré les déboires financiers de la CAPAM
Mouslim Payet: “Que l’Etat prenne en charge la CAPAM!”

Conséquence, la CAPAM a déjà été placée sous une forme de tutelle. Il y a quelques mois, la préfecture avait retoqué son budget initial pour 2016, constatant «une aggravation des difficultés à l’examen du compte financier 2015 qui met en évidence une augmentation des charges et une diminution des recettes», avec pour conséquence un résultat dans le rouge. Un audit avait été commandé pour sortir de l’impasse et répartir clairement les missions entre la DAAF et la chambre. La préfecture voulait ainsi s’appuyer sur ce diagnostic pour «prendre toutes les dispositions utiles à l’exercice de sa mission de tutelle et à la relance de cet outil de développement».

Mais aujourd’hui, les élus n’acceptent plus la situation. «On nous a privé de tous nos moyens et les élus ne décident plus de rien. C’est grave. Aujourd’hui, on accorde 2,6 millions de subventions à une structure privée et on ne veut pas que la chambre reçoive 600.000 euros pour développer ses actions et appuyer les petites entreprises du secteur. Nous sommes une structure d’intérêt général, avec 40 employés… Je n’arrive pas à comprendre qu’on veuille du mal à la CAPAM et qu’on bloque le développement du territoire».

«On ne peut pas avancer»

Et le président Payet de conclure: «Il faut être clair. L’Etat est là pour accompagner le développement de l’agriculture. Le département est là pour accompagner le développement de l’agriculture. S’il y a une de ces deux entités qui passe derrière pour bloquer, on ne peut pas avancer».

Contactée par le JDM, la préfecture a fait savoir que les services de l’Etat ne s’exprimeraient pas sur le sujet. Tout au long de l’année, la préfecture avait précisé à plusieurs reprises que la bonne santé de la CAPAM était «une préoccupation majeure de l’Etat» et «un objectif inscrit au plan Mayotte 2025». Elle avait également tenu à réaffirmer «à l’ensemble des agriculteurs, pêcheurs, aquaculteurs, ainsi aux partenaires, élus et agents de la CAPAM, sa détermination pour accompagner le redressement de l’établissement».
En attendant, la chambre de l’agriculture est en crise. Encore et encore.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139112
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139112
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139112
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139112
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139112
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139112
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...