26.9 C
Dzaoudzi
vendredi 23 février 2024
AccueiljusticeIls ont frôlé la prison pour avoir voulu se faire justice

Ils ont frôlé la prison pour avoir voulu se faire justice

Gendarmerie gendarme de dosS’il est arrivé que des personnes se retrouvent à la barre du tribunal correctionnel, c’est peut-être la première fois qu’il y avait autant de décalage entre le fait commis et le châtiment infligé.

Lorsqu’il aperçoit le 28 avril, 5 jeunes dans son arbre à pain, B., propriétaire d’une menuiserie à Sada, décide de réagir, et en attrape un qui tient dans ses mains deux fruits à pain. Le chapardage dans son terrain, il n’en peut plus, lui qui a appelé de multiples fois les gendarmes, et qui a entendu le même refrain en réponse , « vous savez, ils seront relâchés tout de suite. » Il en déduit que « la loi est faite pour protéger les voleurs », comme ce qu’il répètera aux enquêteurs.

Son ras le bol dépasse la raison, la sienne on ne sait pas, mais la nôtre à coup sûr, puisqu’il va attacher le jeune T. de 13 ans, à une machine, et va, 6 heures durant, le fouetter avec une corde, après avoir tenté de le forcer à manger un fruit à pain cru. Ils sont quatre hommes à la barre, dont deux à avoir été actif dans cette histoire, puisque N. lui donnera un coup de barre de fer. Les deux autres ne réagissent pas, « c’est une histoire entre Mahorais », répond l’un, « non entre des adultes et un enfant », reprendra fermement le juge.

« Ce n’est pas la rue qui gouverne »code-penal-salle-correctionnelle

Ils le traineront vers la cour où il subira le même acharnement attaché à un arbre, « on voulait avoir les coordonnées de ses parents pour les appeler », tente de se justifier B. Le jeune donne pourtant les noms de sa mère, native de Mangajou et de son père, de Pororani, mais n’a pas leur numéro de téléphone. C’est ce qui lui vaudra ces tortures, 30 à 40 coups de corde « une flagellation considérable, les chairs sont éclatées », relève le président d’audience, choqué à la vision des photos. Le jeune a bénéficié de 8 jours d’ITT.

Il pleure, crie même selon l’un des prévenus, se défend d’avoir volé. Pour l’avocat de sa maman, Me Hessler, l’affaire sordide aurait mérité un tout autre traitement, « la cour d’Assise », et accuse le parquet d’avoir cédé à la pression populaire, « ils ont été mis sous contrôle judiciaire, et non en détention provisoire », faisant le lien avec l’émeute provoqué par plusieurs villageois en soutien le jour de leur interpellation, « des émeutes avec caillassages ont éclaté aux abords de la gendarmerie de Sada pour qu’on les libère, un fonctionnaire a été blessé. » Il appelle le tribunal à ne pas craindre le trouble à l’ordre public, « comme l’avait dit Jean-Pierre Raffarin, ‘ce n’est pas la rue qui gouverne’ ».

Le droit à la correction… sous conditionsSalle d'audience tribunal

L’avocat reconnaît que le contexte mahorais est compliqué, avec un taux de délinquance des mineurs hors norme, « mais ce n’est pas une raison pour s’acharner 5h durant contre un gamin. Le droit à la correction existe en France, mais doit être exercé par les parents et sans excès. » Le jeune est désormais en métropole, où il est suivi en psychiatrie. Il demande 15.000 euros d’indemnisation.

La substitut du procureur Prempart défend le parquet de toute intimidation, « lors du caillassage de la gendarmerie, deux personnes ont d’ailleurs été déférées au procureur », et appelle à la nuance, « même si les lois de la République s’appliquent comme en métropole, nous sommes obligés de tenir compte du contexte local. » Revenant au dossier, elle fait référence aux châtiments du Moyen-Âge : « Quel exemple vous donnez à ces jeunes ? Celui de se rendre justice comme vous l’avez fait entre eux, et quand ils seront grands ?! »

Pour justifier les peines de prison ferme qu’elle allait demander, la substitut du procureur rappelait que s’il avait été jugé avant 2014, B. aurait été sous le coup des peines plancher, « avec 18 mois de prison provisoires pour les trois circonstances aggravantes : violences et séquestration le tout commis en réunion. Elle requiert donc 5 mois, 7 mois et un an de prison avec sursis pour les trois acolytes en fonction de leur implication, et 3 ans de prison ferme, dont 2 avec sursis, et mandat de dépôt. Les murmures de ses proches se font entendre dans la salle.

“Des faits graves”, selon leur avocat

« Lourde tâche », introduira leur avocat Yannis Souhaïli, qui évoquait immédiatement « des faits très graves, et ils en sont conscients. » Un petit geste pour le parquet « qui n’a pas cédé à la pression populaire », et au préfet Morsy, « qui n’a pas relâché les deux mis en cause du caillassages à Sada affirmant ainsi l’Etat de droit ». Il axera sa défense sur les casiers judiciaires vierges de ses clients et leur statut social, « c’est leur première erreur, B. a créé sa menuiserie après s’être formé et a 3 enfants. » Il informait que le jeune auteur du vol et ses 4 comparses étaient mis en examen au tribunal pour enfant.

C’est d’une voix imperceptible que le juge Bouvart donnera son verdict : N. et M. seront condamnés à 3 mois et 5 mois de prison avec sursis, N. à 12 mois et B. à 20 mois de prison avec sursis. On  souffle dans la salle. “Le tribunal n’a pas voulu rendre une justice à la métropolitaine, mais c’est un avertissement gravissime”, commente le juge Pascal Bouvart. Ils devront tous les deux dédommager solidairement la maman de 12.000 euros.

C’était encore une fois le jugement du traitement des plaintes pour vol commis par des mineurs. « A force de prévenir la gendarmerie et de n’avoir aucune nouvelle des plaintes », plaidait Me Soihaili. Les plaignants ne se retrouvent plus dans une justice où ils ne se sentent pas écoutés comme victime. « Il y a 10 jour, B. a repris deux gamins en train de voler dans son terrain, les gendarmes les ont interpellés, ont déclaré, ‘il ne va rien se passer’, et le lendemain, ils étaient à nouveau là ! Le dossier est symbolique de ce que vivent les habitants… », concluait l’avocat.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139520
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139520
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139520
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139520
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139520
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139520
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...