29.9 C
Dzaoudzi
lundi 30 janvier 2023
AccueilorangeArmamie Abdoul Wassion a-t-elle signé son exclusion de la majorité ?

Armamie Abdoul Wassion a-t-elle signé son exclusion de la majorité ?

Armamie Abdoul Wassion aux côtés de son binôme Mohamed Sidi, lors de leur élection en 2015
Armamie Abdoul Wassion aux côtés de son binôme Mohamed Sidi, lors de leur élection en 2015

C’est en tenant un discours militant (Lire discours-de-arentabe-du-06-novembre-2016), qui se revendique des chatouilleuses, que la conseillère du 1er canton de Mamoudzou commence son intervention devant le « peuple de Mayotte, peuple debout, engagé depuis le combat de Zéna Mdéré », cet après-midi, à Passamainty, au lieu-dit Nyambotiti.

Celle qui rappelle son rôle d’ancienne présidente de la section UMP de Mamoudzou, revient sur les élections de 2015, et l’organisation de la majorité, préambule à l’élection de Soibahadine Ibrahim Ramadani. Il s’était exprimé sur ce point dans nos colonnes évoquant la déception de l’élue de ne pas avoir de vice-présidence, les deux récits se recoupent d’ailleurs, la confiscation des portables en plus, rapportée par Armamie, qui rappelle son patronyme exact Abdoul Wassion Boina Riziki Abdouldjabar

Sa première charge est portée contre le cabinet du président, qu’elle nomme depuis quelques semaines « le cabinet de mercenaires dirigé par Adadi Andjilani ». Les décisions prises selon elle vont « à l’encontre des intérêts même de la population », jugement que partageraient ses collègues mais qui disent « avoir peur de réagir par peur d’être sorti de la majorité. » Même l’ancien président Douchina aurait refusé d’intervenir depuis son banc de l’opposition, « nous ne sommes pas assez nombreux. »

Pas de discours devant les ministres

Armamie Abdoul Wassion, conseillère de Mamoudzou
Armamie Abdoul Wassion, rapporte sa déception de l’absence de parité dans les vice-présidences

Un discours qui devient peu à peu passionnel, emprunt de fanatisme, lorsqu’elle se dit prête à tout pour défendre l’intérêt de la population « devant Allah », « Vous pouvez appeler ça Djihad si vous voulez, parce que la mort ne me fait pas peur tant que je vous dis la vérité et que je défends vos intérêts. »

Elle y dévoile les dessous du jeu politique du cabinet, dont l’exclusion du 7ème président en charge des finances, Ben Issa Ousseni, de l’élaboration du budget. Le jour du vote, elle a d’ailleurs quitté l’hémicycle en signe de mécontentement. Elle reproche d’ailleurs de manière générale, de ne pas être associée au travail des commissions, et au président ses absences répétées lors des réunions de la majorité.

Sa critique la plus précise repose sur la rencontre à Paris lors de la présentation du document « Mayotte 2025 », au cours de laquelle le président du département n’a aligné que « tout a été dit le jour de la réunion avec Monsieur le Premier Ministre », « le cabinet n’ayant rien préparé comme discours. »

« Mayotte va mal, mon peuple ! »Conseil general batiment

Elle adresse sa 2ème charge à Issa Issa Abdou, 4ème VP chargé du social, qu’elle soupçonne d’avoir favorisé l’obtention du marché du SPASAD à une association de son canton. Une affaire actuellement instruite à la suite de son dépôt de plainte. Auquel elle a joint une suspicion d’absence d’encadrement de l’attribution de bons alimentaires aux personnes en difficulté.

« Mayotte va mal, mon peuple ! Notre pays est mis à mal par ce cabinet de mercenaire, principalement composé d’anciens élus battus aux dernières élections, qui font obstacle à notre activité d’élu au service de notre intérêt général », harangue-t-elle. Et demande leur départ d’ici le 14 novembre, à midi.

Car à cette date, elle se rendra à Dzaoudzi avec ceux qui veulent la suivre, pour se recueillir sur la tombe de Zéna M’dere, puis revenir au conseil départemental pour scander « Libérez les otages, libérez les élus, mercenaires sortez ! Nous dirons au monde entier que notre peuple ne courbe jamais l’échine et que face aux mercenaires la force est aux libérateurs. »

Sans allié(e)s déclaré(e)s dans sa majorité, son appel pourrait retentir dans le vide, et son siège menacé.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...