28.9 C
Dzaoudzi
mardi 23 avril 2024
AccueilorangeLe défenseur des Droits et l’esprit de Noël

Le défenseur des Droits et l’esprit de Noël

Des enfants déscolarisés par les "décasages"
Des enfants déscolarisés par les “décasages”

Le Défenseur des Droits revient dans son avis sur les évènements qui ont touché «les familles et enfants d’origine comorienne expulsés de leurs domicile en raison de leur origine par des collectifs de villageois, dans deux villages dépendants de la commune de A. à Mayotte». On sait que, depuis, l’alphabet a été égrené, puisque les villages de B. et de C. ont été touchés par ces actions,  dans le sud de l’île.

Le Défenseur des Droits croit bon de préciser que les courriers annonciateurs de décasages, «ayant pour objet l’expulsion de clandestins, sont susceptibles d’être qualifiés de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence.» Il revient sur l’inaction des forces de l’ordre, décriée pendant plusieurs mois par les médias, sans plus d’écho à Paris, et reproche aux pouvoirs publics de ne pas avoir déployé de moyens suffisants. Le préfet Frédéric Veau, arrivé en plein marasme, saura en prendre bonne note, c’est sûr…

Le préfet tancé

Les gendarmes viennent sécuriser la zone après un 'décasage'
Les gendarmes arrivent après le décasage

Jacques Toubon, rappelle les violences physiques et psychologiques, la privation de domicile de prés de 200 personnes, la déscolarisation de près de 150 enfants. Il oublie de préciser leur séjour sur la place de la République, pendant plusieurs semaines, de longues semaines sans entendre parler du Défenseur des Droits.

Trois recommandations sont dans sa conclusion, puisqu’il ne peut faire plus que conseiller. Elles s’adressent au préfet pour lui demander de bien vouloir à l’avenir mobiliser les forces de l’ordre nécessaires aux expulsions, et aux maires de bien vouloir faire respecter l’ordre public. Voilà une réprimande sévère à l’égard du préfet et des maires, et une base solide sur lequel ils vont pouvoir s’appuyer! Au pire, nous sommes dans «l’esprit de Noël»…

On peut se demander plus sérieusement à quoi sert un Défenseur des droits, qui, même avec un avis consultatif, aurait du dire le droit au moment des tensions, et pourrait surtout tenter de trouver une solution pour qu’en matière de droit encore, les maires rappellent aux habitants qu’ils en ont, sans avoir à se faire justice eux-mêmes.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...