26.9 C
Dzaoudzi
samedi 24 février 2024
AccueilEducationQuelle issue pour la «crise de l'école»

Quelle issue pour la «crise de l'école»

Ali Nizari, le président de l'UDAF à l'origine de la rencontre, en médiateur du débat
Ali Nizari, le président de l’UDAF à l’origine de la rencontre, en médiateur du débat

Une tentative de médiation face un mouvement social qui s’enlise et qui a conduit à la fermeture d’une grande partie des écoles de l’île. Devant l’absence d’issue à la grève des enseignants du 1er degré, Ali Nizari a décidé de tenter une médiation entre les différentes parties.

Logiquement, le président de l’UDAF Mayotte (Union Départementale des Associations Familiales) est «particulièrement préoccupé par la déscolarisation forcée dont ont été victimes les enfants de l’île pendant le mois précédant les vacances de décembre». C’est la raison pour laquelle il a réuni des élus, des maires et des syndicalistes dans l’hémicycle Yanoussa Bamana hier mercredi matin, pour renouer le dialogue et «permettre que les enfants puissent reprendre le chemin de l’école dès la rentrée de janvier».

L’UDAF s’érige en médiateur

Pour Ali Nizari, la solution ne peut être que collective, une union des bonnes volontés, dans le respect de tous. «Si je déplore les méthodes des grévistes qui portent préjudice à nos enfants, je n’en comprends pas moins les enseignants. Ils ont leurs raisons d’agir ainsi devant un Etat qui reste sourd à des revendications légitimes».

Elus et syndicats, ensemble dans l'hémicycle pour tenter de trouver une solution à la crise de l'école
Elus et syndicats, ensemble dans l’hémicycle pour tenter de trouver une solution à la crise de l’école

La réunion fut d’abord pour chacun, l’occasion d’exposer longuement ses points de vue. Port Saïd Ansiffoudine et Salim Nahouda, respectivement secrétaires généraux du SNUipp et de la CGT, ont rappelé leurs principales revendications: le droit à l’ancienneté générale de service (AGS) pour les enseignants mahorais, l’amélioration des conditions de travail dans les écoles du premier degré (beaucoup de bâtiments ne sont toujours pas aux normes) et une adaptation des rythmes scolaires plus conforme à la réalité de l’île.

«Si on continue comme ça, toute une génération d’enseignants, qui a travaillé toute sa vie dans l’Education Nationale, partira à la retraite avec trois francs six sous! Nous demandons réparation!» a martelé le secrétaire général adjoint du SNUipp, rejoint par Salim Nahouda: «Sans conditions de travail dignes, il ne peut pas y avoir d’enseignement de qualité».

La vice-présidente de l’Union syndicale des familles a ensuite interpellé les maires. Elle a pointé du doigt leur principale responsabilité dans la mauvaise gestion des écoles primaires de l’île. «Dans l’état actuel de l’île, les rythmes scolaires sont un luxe que Mayotte ne peut pas se permettre», lui a répondu Anchya Bamana, la maire de Sada, qui a rappelé son refus d’appliquer la réforme dans sa commune.

La vice-présidente de l'Union syndicale des familles interpelle les maires sur leur responsabilité
La vice-présidente de l’Union syndicale des familles interpelle les maires sur leur responsabilité

«Et ce n’est pas pour cela que le préfet m’a démise de mes fonctions», a-t-elle précisée avec une pointe d’humour. Tout en comprenant les revendications des grévistes, elle a néanmoins dénoncé la fermeture des écoles, appuyée en cela par le maire de Kani-Kéli, également présent à cette réunion de crise.

Quelques timides avancées

Revendications d’un côté, droit fondamental des enfants à recevoir un enseignement digne de ce nom de l’autre… Mais quelles propositions concrètes sont réellement ressorties de cette séance? Comme une enseignante présente dans la salle l’a fait remarquer à juste titre, beaucoup de points de vue ont été échangés, mais les idées et les solutions restent bien minces.

Si le retard qu’a pris la réunion et la longueur excessive de certains discours ont singulièrement écourté le débat, quelques pistes ont néanmoins fait surface.
Tout d’abord, la nécessité d’unir ses forces pour trouver des solutions, comme un leitmotiv pour les différents intervenants. Ensuite, la volonté de former un comité de médiation ainsi qu’une plateforme. Leur rôle sera de rédiger une motion réunissant toutes les revendications des grévistes afin de les faire remonter à Paris.

Le débat souhaité par Ali Nizari n’a pas réellement eu lieu et rares ont été les intervenants à faire des propositions de nature à débloquer véritablement une situation qui semble s’enliser toujours plus. Les enfants reprendront-ils le chemin de l’école à la rentrée de janvier? Le président de l’UDAF a effectivement de quoi être inquiet.

Nora Godeau
www.jdm2021.alter6.com

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...